Intégrer Science Po Saint-Germain-en-Laye après une prépa A/L : le témoignage de Mariam

Ancienne élève du Lycée du Parc, Mariam a réussi à intégrer Science Po Saint-Germain-en-Laye. Voici l’entretien que j’ai pu avoir avec elle.

 

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Mariam et j’ai 20 ans. Après mon bac L (spécialité mathématique et option latin), je ne savais pas trop dans quelle voie m’engager. Je suis allée en prépa car ma professeure de français me l’avait conseillé. J’ai donc fait 3 années de classe préparatoire AL (Ulm) au lycée du Parc à Lyon (spécialité espagnol/anglais). Je suis désormais en année préparatoire intégrée à Science Po Saint-Germain-en-Laye.

 

En quelle année peut-on intégrer Science Po ?

Il y a plein de façons d’intégrer Science Po. On peut y entrer en post-bac en réussissant le concours commun des IEP. On peut intégrer en bac + 3 comme je l’ai fait, ou alors en bac +4 où l’on intègre l’école en M1. Si l’on ne fait pas le concours commun des IEP en terminale, la procédure est souvent la même : un dossier à rendre puis un oral.

 

Comment as-tu fait ton dossier ? As-tu un conseil pour le faire ?

Le dossier est composé de 3 parties : une lettre de motivation, un CV, et un devoir où l’on doit raconter 5 expériences marquantes. Je n’ai pas été aidée par les professeurs car en vérité je ne leur ai pas demandé, mais je conseillerais de le faire. Le dossier n’est pas très long à écrire, mais je déconseille de le faire en une seule fois pour autant. Il vaut mieux le faire au fur et à mesure et y revenir plusieurs fois pour avoir du recul dessus. Mon principal conseil est de prendre en compte les spécificités de l’école pour montrer à quel point elle correspond à votre projet pro et à votre personnalité. Par exemple, Science Po St Germain est très axé sur l’international, donc j’ai pas mal insisté dessus dans mon dossier.

 

Qu’est-ce qui a été déterminant dans ton dossier ?

D’abord, je venais d’une bonne prépa et mes notes étaient plutôt bonnes aussi. Ça m’a aidé. Comme l’école est tournée vers le monde étranger, j’ai mis en valeur le fait que j’étais en option langue. J’ai aussi essayé de créer d’autres liens avec l’école. Par exemple, en khâgne, le thème de notre programme de philosophie était la politique. J’ai donc expliqué que ça m’avait initié aux questions de politique et de droit et que j’avais beaucoup aimé ça.

 

Quel type de notes avait-tu ? Quel type d’élève étais-tu ?

J’étais plutôt une bonne élève de prépa, surtout en khûbe, sans être pour autant parmi les tous premiers de la classe. En vérité, je ne pense pas que les notes soient si déterminantes. Des gens de ma promo à Science po viennent de prépa de province moins connues et avaient de moins bonnes notes, et ils ont quand même été pris. Avoir des bonnes notes est un atout, c’est sûr, mais ce n’est pas absolument nécessaire.

 

En quoi consiste l’oral ? et comment t’es-tu préparée pour l’oral ?

L’oral est composé de deux parties : une présentation de 5 minutes et un échange avec le jury pendant 10 minutes. Pour me préparer, j’avais d’abord un peu rédigé ce que j’allais dire dans ma présentation. Puis j’ai fait 2 oraux blancs avec mes professeurs d’histoire et d’espagnol. Je n’ai pas particulièrement suivi l’actualité, et je n’ai d’ailleurs eu aucune question dessus. Je connaissais un peu les masters proposés par l’école, mais rien de plus.

 

Comment s’est passé ton oral ?

Mon oral s’est plutôt bien passé. Il n’y a pas eu de question piège. Le jury est revenu sur certains points de ma présentation pour les approfondir. Notre programme d’histoire était sur la Russie, donc ils m’ont posé quelques questions dessus.

 

Est-ce que tu pensais être prise ?

Etant donné que l’oral s’était bien passé, j’étais assez confiante dans le fait d’être acceptée.

 

Comment se passent tes études à Science Po St Germain ?

J’ai des matières assez diverses : droit constitutionnel, sociologie politique, micro-économie, sociologie générale, cours de débat et argumentation, géopolitique, anglais. Nous avons évidemment moins de travail qu’en prépa mais il faut tout de même travailler et rester organisé pour ne pas être débordé par tous les exposés et les travaux de groupe qu’on a à faire chaque semaine !

 

Etre khâgneuse, un avantage ou un désavantage ?

Après la prépa, tout a l’air plus simple ! Donc oui, avoir été khâgneuse est un avantage. En prépa, on acquiert une méthode de travail, des connaissances et des capacités de réflexion qui aident beaucoup pour la suite. En revanche, les études à Science po et les études en prépa sont très différentes ! Les attentes ne sont pas du tout les mêmes. Ici, on fait beaucoup d’exposés, on travaille beaucoup notre oral, ce qui n’est pas vraiment le cas en prépa. A Science Po, on nous demande d’avoir des connaissances très variées, mais pas forcément très poussées.

 

As-tu un dernier conseil pour les étudiants de khâgne qui visent les IEP ?

J’aurais deux conseils : 1) N’hésitez pas à demander de l’aide à vos professeurs. Même s’ils ne connaissent pas les attentes ou les règles des épreuves, vous pouvez toujours leur expliquer et ils s’adapteront. 2) Malgré le concours de l’ENS qui prend tout notre temps, il ne faut pas négliger les épreuves du concours de Science-Po. Si on le fait bien, ça peut vraiment payer.

Vous pourriez aussi aimer