🎙Interview Flavie (emlyon)🎙

🎙 INTERVIEW #1 🎙
Flavie (emlyon)

Après deux années de classe prépa ECE, Flavie a intégré emlyon, où elle travaille sur ses projets. 

Vie en prépa, coups durs, période des concours, elle nous raconte ici comment elle a vécu sa prépa et nous explique pourquoi cela vaut le coup ! Entretien.

M.P. : Peux-tu nous résumer ta prépa en 3 mots ? 

Flavie : Je garde un merveilleux souvenir de mes deux années de prépa, j’ai aimé essayer de relever tous les défis qui nous étaient proposés. Mais c’est surtout les amitiés que j’ai nouées en prépa qui ont rendu l’expérience si belle.

M.P. : En quoi la prépa t’a-t-elle été le plus utile ?

Flavie : La prépa m’a permis de me poser un peu et de réfléchir sur la vie que je voulais mener. J’en ai d’ailleurs profité pour ne plus utiliser Internet pendant un an et ça n’aurait vraiment pas été possible dans un autre cadre. Finalement, la prépa a été une petite bulle hors du temps dans laquelle je me suis renforcée grâce à mon entourage et à tous les challenges. 

M.P. : Comment as-tu fait face aux difficultés pendant ta prépa ?

Flavie : Les difficultés que j’ai rencontrées en prépa étaient surtout des coups de mou, il y a des périodes assez déprimantes. Et dans ces moments, la bonne nouvelle c’est que l’on est tous dans le même bateau. Donc ma solution était de passer beaucoup de temps avec mes amis, surtout que ça me poussait à travailler plus. Par exemple, travailler pendant les vacances était un échec perpétuel, du coup on a fini par partir réviser à plusieurs à la montagne, et c’était vraiment une bonne idée. Face aux difficultés, une seule solution : Bien s’entourer.

Par contre je n’ai jamais réussi à m’organiser, à respecter ne serait-ce qu’un tiers de planning. (J’ai trouvé un semblant de méthode en école, comme quoi tout peut arriver)

M.P. : Comment as-tu vécu la période des concours ?

Flavie : De manière assez stressante puisque je révisais la nuit, le matin, et le midi entre les épreuves (ce que je déconseille fortement au passage). Mais arrivée à chaque épreuve je n’avais pas conscience d’être stressée ou fatiguée, c’est la magie de l’adrénaline des concours. Mon avis est donc mitigé, mais globalement je n’ai pas trop réalisé ce qu’il se passait. C’est surtout après coup que j’ai réalisé le nombre d’épreuves qu’on avait passées ! 

M.P. : Quelle école as-tu intégrée ? Comment résumerais-tu la vie en école de commerce ?

Flavie : J’ai intégré em lyon. 

Libre. C’est le mot qui caractérise le plus ma vie cette année. On a finalement assez peu d’heures de cours, et on est libre de s’investir dans n’importe quel projet qui nous tient à cœur. 

M.P. : Pour finir, un mot pour les milliers de candidats qui s’apprêtent à passer les concours ?

Flavie : N’ayez pas peur des concours, vous vous êtes entraînés pendant très longtemps, et même si vous n’aurez jamais l’impression que c’est le cas : vous serez prêts. Être prêt ce n’est pas connaître tous ses cours par cœur. C’est être bien psychologiquement pour aborder les concours sereinement. Il faut se faire confiance et passer les étapes une par une, sans regarder en arrière, en ne pensant qu’à donner le meilleur de soi-même à chaque épreuve. Et finalement c’est aussi l’état d’esprit à adopter pendant la préparation des concours !

Benjamin Hautin

Etudiant à emlyon et fondateur du média, je m'occupe principalement des relations avec les Grandes Ecoles et du contenu en culture générale. Mon mot d'ordre : que chacun d'entre vous puisse viser les écoles de ses rêves, peu importe son lycée d'origine !

Vous pourriez aussi aimer :
Un grand merci à Emilie W. pour sa copie qui devrait en inspirer plus d'un ! 👏