Khâgne : progresser en khôlle de géographie

Souvent négligée par les étudiants, la géographie est pourtant une discipline-clé pour espérer intégrer la prestigieuse ENS de Lyon. En effet, même une fois admissible, vous devrez démontrer au jury votre capacité à structurer une réflexion au cours de l’épreuve orale d’admission de géographie. Format, préparation, conseils, on vous donne toutes nos astuces dans cet article pour performer à votre khôlle de géo !

 

Lire plus : Khâgne : Top 5 des ressources pour progresser en géographie

 

Rappel du format

À l’instar de la plupart des épreuves orales d’admission à l’ENS de Lyon, la khôlle de géographie se décompose de la manière suivante : une heure de préparation, suivie de trente minutes de passage (20 minutes d’exposé et 10 minutes d’échange avec le jury). La khôlle de géographie est un oral spécifique à la khâgne moderne : en effet, au contraire de l’ENS Ulm, l’ENS Lyon compte cet exercice parmi ses épreuves orales d’admission. Ce qui signifie que les étudiants en khâgne classique qui souhaitent tenter leur chance à l’ENS de Lyon doivent se préparer à cette épreuve très particulière.

Voici différentes astuces pour vous préparer à cet exercice si vous êtes en khâgne classique :

  • Manifester sa volonté de s’entraîner auprès d’un professeur de géographie de votre prépa ;
  • Demander à ses connaissances de khâgne moderne de bien vouloir reprendre leur cours de géographie au fur et à mesure de l’année;
  • Demander à ses connaissances de khâgne moderne leurs sujets et corrigés de khôlles de géographie;
  • À partir des sujets donnés, s’entraîner en autonomie à structurer et à formuler une réflexion pendant le temps imparti ;

 

Lire plus : Épreuves de la BCE : choisir histoire ou géographie ?

 

Bien organiser sa préparation

La khôlle de géographie aussi demande organisation et rigueur. Voici les différentes étapes à suivre pendant votre temps de préparation :

  • Analyse du sujet : de même que pour la dissertation de géographie, votre premier réflexe doit être de faire une analyse fouillée du sujet : définition des termes du sujet, reformulation du libellé, explicitation de l’enjeu.
  • Définition des bornes géographiques : il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une épreuve de géographie ! Dès lors, il serait très mal vu de ne pas définir l’espace géographique étudié. Soyez concis, mais juste et nuancé.
  • Identification de la problématique : si le libellé est déjà posé sous forme de question, vous pouvez choisir de la conserver telle quelle ou de la reformuler. Si le libellé n’est pas déjà sous forme de question, vous devez formuler la problématique par vous-même. Pour rappel, la problématique n’est pas une question posée au hasard : il s’agit de la question à laquelle vous allez répondre tout au long de votre développement.
  • Élaboration d’un plan en trois grandes parties : il s’agit du cœur de votre préparation : le plan détaillé. Commencer par identifier les trois grandes parties de votre raisonnement, de sorte à avoir une réflexion structurée et bien articulée. Puis vous pouvez densifier vos parties au moyen d’exemples, de chiffres, etc.
  • Préparation de la conclusion : vous pouvez préparer quelques points-clés qui vous permettent de répondre à la problématique de manière précise et nuancée, sans rien rédiger : selon le temps qu’il vous restera à disposition pour conclure à la fin de votre présentation, vous pourrez plus ou moins étayer cette conclusion.

 

Schémas ou pas schémas ?

Si les schémas de géographie sont considérés comme obligatoires dans votre dissertation de géographie, la situation est différente à l’oral : en une heure, on considère que vous n’avez pas le temps de préparer un sujet ET des schémas. Toutefois, si vous terminez votre préparation à l’avance, rien ne vous empêche de préparer un schéma. Attention cependant, un bon schéma doit respecter certains critères, à savoir :

  • Avoir un titre ;
  • Avoir une légende ;
  • Être fait au crayon de couleur (pas au feutre, encore moins au fluo) ;
  • Être propre : si vous n’avez que cinq minutes devant vous, mieux vaut ne pas faire de schéma ;
  • Être pertinent par rapport au sujet donné !

 

Lire plus : Tout savoir sur les schémas en géographie quand on est en khâgne

 

Vous pourriez aussi aimer