Khâgne : zoom sur la spécialité Géographie

Etudier la géologie en khâgne ? Quel rapport avec les humanités ? C’est pourtant bien l’une des disciplines proposées par la spécialité géographie. Un peu atypique, cette matière quitte la dissertation pour explorer l’exercice du commentaire de carte. Elle s’accompagne de la spécialité histoire en khâgne moderne (A/L-LSH), et se suffit à elle-même en khâgne classique.

L’épreuve de cartographie en quelques mots

Certes, l’épreuve de cartographie appartient au champ de la géographie. Mais elle est radicalement différente de l’épreuve de la dissertation en tronc commun. Quelles différences ?

Le format

Le commentaire de carte écrit se réalise en l’espace de trois heures. Ce qui est très court, particulièrement quand on est habitué au format six heures. Pour autant, les exigences demeurent élevées. Il s’agit donc d’une épreuve très dense. D’autant plus qu’elle se réalise dans la foulée de l’épreuve de spécialité histoire aux écrits de l’ENS Lyon (trois heures également). L’oral, lui, consiste également en un commentaire de carte, en 20 minutes (suivies de 10 minutes de question), avec une heure de préparation.

 

Les compétences requises et l’objet d’étude

Si la dissertation fait davantage appel à des concepts, le commentaire, lui, s’appuie sur plusieurs objets : une carte IGN au 1/25 000, éclairée par un ou plusieurs documents d’accompagnement (statistiques agricoles, carte ancienne, carte d’un autre format…). L’approche est donc différente : elle est davantage fondée sur de la géographie physique, et s’appuie autant sur de la lecture de document que sur de la connaissance. Toutefois, les deux épreuves nécessitent de solides capacités d’analyse, de synthèse, de mémoire et de problématisation.

Autrement dit, l’aisance en dissertation de géographie n’assure pas l’aisance dans l’épreuve de spécialité et vice-versa. Elle ne doit donc pas être un critère de choix.

 

Quel rythme de spécialité géographie en khâgne ?

En khâgne moderne, la spécialité géographie représente trois heures de cours hebdomadaires (en plus des trois heures de la spécialité histoire) dédiées à l’étude de tous les ensembles géologiques du territoire français (métropolitain et ultramarin). En classique, elle occupe quatre heures de cours par semaine.

Cependant, il faut bien avoir en tête que c’est la spécialité la plus prenante en khâgne moderne, car elle s’accompagne de la spécialité histoire (trois heures de cours hebdomadaires), qui est une spécialité passionnante, certes, mais chronophage. Mais, les efforts demandés sont souvent récompensés, car il est possible d’obtenir des notes très hautes à ces épreuves !

Quel profil pour choisir géographie en khâgne ?

Vous l’aurez compris, cette spécialité s’adresse à des khâgneux très organisés et rigoureux, qui ne craignent pas de faire face à une montagne de travail ! Mais il faut aussi être très curieux, et ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus, puisqu’étudier la géologie quand on est littéraire peut surprendre !

Comment travailler la spécialité géographie en khâgne ?

La réussite en spécialité géographie est tout à fait possible ! Il faut simplement savoir exactement comment travailler, pour ne pas s’éparpiller.

Le plus important dans cette matière, c’est la méthode. Il faut avoir une trame très précise pour savoir comment analyser la carte, et en dégager les enjeux rapidement, puisque l’épreuve est courte. Il faut donc s’entraîner plusieurs fois par semaine pour que cela devienne un réflexe. Cependant, si cette grille de lecture est très cadrée, elle doit être souple, car les exigences portent sur la capacité à lire la spécificité de chaque carte, c’est-à-dire ce qui la différencie du territoire avec lequel elle est en contact.

Pour avoir des réflexes analytiques, il est également essentiel de lire régulièrement des bonnes copies et des rapports de jury, qui prodiguent de bons conseils. Cela doit évidemment s’accompagner d’un travail de relecture de ses copies pour constater les manques, les contresens, etc.

La partie apprentissage n’est pas non plus à négliger. Elle permet de connaître le contexte des cartes, de comprendre des phénomènes, de maîtriser du vocabulaire très précis, et d’éviter les gros contresens. Il faut donc préparer des fiches réflexes par grands ensembles géologiques, avec

  • Le vocabulaire propre à chaque région
  • Les phénomènes récurrents
  • Les chiffres clés
  • Des éléments culturels/ d’actualité

 

Comment obtenir la meilleure note possible ?

Il suffit de lire les rapports de jury pour se rendre compte des exigences de l’épreuve. D’abord, celles-ci sont lexicales. D’où l’importance d’apprendre du vocabulaire pour analyser les cartes avec un regard technique et précis.

Ensuite, il est très important d’avoir une lecture fine pour saisir la spécificité de la carte, et éviter les généralités. Il faut donc systématiquement se demander si ce que l’on écrit n’est pas aussi valable pour la carte voisine. Si c’est le cas, alors votre analyse est trop grossière.

Ensuite, l’épreuve évalue votre capacité à raisonner, et à conceptualiser. Il faut donc avoir une pensée diachronique, et varier les échelles d’analyse pour rendre le propos dynamique, et éviter la paraphrase. Le souci de concret est également très valorisé par le jury. Il est donc important de donner des effets de réel (mobilités des habitants de la carte, vue depuis un territoire, etc…).

Enfin, une bonne astuce pour augmenter sa note est celle des croquis. En effet, ceux-ci ne sont sanctionnés que par des points bonus (ils peuvent faire monter la note de trois points) ! Autrement dit, il ne faut pas hésiter à en réaliser – d’autant plus qu’ils peuvent faire l’objet d’une sous-partie à eux seuls -, à condition d’allier rapidité et soin, et de ne pas chercher des dessins trop techniques, mais plutôt des croquis clairs et problématisés.

Lire plus : Tout savoir sur les schémas en géographie

« J’hésite encore », comment faire son choix ?

Si vous n’aimez pas les épreuves très techniques, et que l’idée d’une matière très chronophage vous effraye, alors probablement que la spécialité géographie n’est pas faite pour vous.

En revanche, si vous êtes très organisé, et efficace, et que vous aimez analyser des phénomènes, alors il y a fort à parier que vous deviendrez un amoureux de la spécialité géographie !

Se renseigner sur les autres spécialités :  Zoom sur la spécialité Philosophie

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer