Khâgne : suivre une préparation parallèle à celle de l’ENS, toutes les clés

Chaque année, de nombreux khâgneux font le choix de suivre une préparation parallèle à celle du concours de l’ENS pour espérer intégrer une autre école : Sciences po, écoles de journalisme, écoles de traduction, écoles de commerce ou encore écoles d’études cinématographiques, autant d’orientations alternatives de plus en plus convoitées par les étudiants en classe préparatoire littéraire. Encore s’agit-il de savoir comment s’organiser pour mener de front deux préparations en même temps. Orientations possibles, quand commencer, quel équilibre à trouver, découvrez dans cet article toutes les clés pour suivre une préparation parallèle à celle de l’ENS quand on est en khâgne.

 

Lire plus : 5 conseils pour concilier préparation de l’ENS et de la BCE quand on est en khâgne

 

Les préparations parallèles

Si vous savez déjà que les domaines de l’enseignement et de la recherche ne sont pas faits pour vous, alors il est fort à parier que vous n’êtes pas intéressés par l’ENS. Pour autant, vous pouvez pleinement continuer à vous investir en khâgne et à profiter des cours dispensés, tout en intégrant une filière alternative à l’issue de l’année. Aussi les khâgneux ont-ils la possibilité d’intégrer une grande école de commerce (concours de la BCE), un Institut d’Études Politiques (sur concours), l’école de journalisme le Celsa (sur dossier), une école de traduction (sur concours ou sur dossier), des écoles journalisme comme la Femis ou la Cinéfrabrique (concours indépendant), et bien d’autres alternatives encore. Vous l’aurez compris : bien que convoitées par de nombreux étudiants, les prestigieuses ENS ne constituent pas une fin en soi.

 

Lire plus : Les 10 grands débouchés d’une khâgne A/L

 

À quel moment commencer ?

Le mieux reste sans aucun doute de commencer sa préparation dès le début de l’année : à cet égard, il s’agit de vous manifester dès le mois de septembre auprès de vos professeurs pour que ces derniers puissent vous donner les entraînements nécessaires ou encore vous orienter vers les personnes compétentes. Plus vous commencez tôt, plus vous serez en mesure de distiller la quantité de travail dans le temps et ainsi de fournir un effort plus régulier. Une préparation parallèle à celle de l’ENS ne s’improvise pas, aussi importe-t-il de de ne pas commencer seulement quelques mois avant le concours !

 

Lire plus : Les avantages d’avoir fait khâgne avant école de commerce

 

Quel équilibre trouver entre les deux préparations ?

S’il est évident qu’il ne s’agit pas de totalement délaisser vos cours de prépa pour vous investir uniquement dans votre préparation parallèle, en réalité l’équilibre à trouver est éminemment dépendant de ce que vous voulez faire. Par exemple, si vous souhaitez intégrer une école de cinéma qui ne tient pas compte de vos résultats à l’ENS, alors vous pouvez vous permettre de consacrer davantage de temps à votre préparation parallèle. En revanche, si vous souhaitez intégrer une école qui tient compte de vos notes obtenues au concours de l’ENS (par exemple, l’admissibilité à une école de commerce de la BCE dépend pour un tiers de vos notes obtenues au concours de l’ENS), alors il est essentiel de continuer à suivre vos cours de prépa très sérieusement. Vous l’aurez compris : c’est à vous de vous renseigner sur la procédure d’admission à l’école que vous visez pour ainsi adapter votre programme de révisions.

 

Lire plus : Les épreuves de la BCE sont-elles plus simples que celles de l’ENS ?

 

Concrètement, comment s’organiser ?

Si suivre uniquement ses cours de prépa sérieusement demande déjà beaucoup de sérieux, il va de soi que mener de front deux préparations bien distinctes ne peut s’improviser. Faire un planning de travail chaque semaine semble ainsi judicieux pour être certain que vous ne serez pas dépassé par les événements. Par exemple, si vous passer le concours de la BCE, vous pouvez vous fixer comme objectif de faire une contraction de texte chaque semaine ; si vous souhaitez intégrer Sciences Po -qui demande une préparation et des épreuves spécifiques-, vous pouvez par exemple consacrer vos soirées de la semaine aux révisons de la Bel et vos week-end à préparer les épreuves pour Sciences Po. C’est à chacun de trouver le rythme qui lui convient le mieux !

 

Lire plus : Bien réussir en école de commerce après une khâgne, c’est possible ?

Vous pourriez aussi aimer