La France dans le monde à l’heure de la mondialisation

Dans La politique étrangère de la France, Frédéric Charillon explique qu’une nécessité s’impose à la France : être considérée comme une puissance de proposition plutôt que de barrage. Ce défi implique une adaptation de l’outil diplomatique, une évolution de ses perceptions du monde, et une réflexion sur la communication de son message. Aujourd’hui, à l’heure de la mondialisation les relations sont tournées vers l’économie encore plus en ces temps de crise (perpétuelle depuis 2008 et rechute avec le COVID). Dès 2003, un autre auteur Nicolas Baverez invitait ses lecteurs à prendre conscience d’une forme de déclin de son pays dans ce nouveau monde concurrentiel dans La France qui tombe. Alors, quel rôle peut et veut jouer la France dans les relations internationales autant économiques que politiques ? Comment peut-elle concilier ambitions nationales et réalités nationales ? Si Valéry Giscard D’Estaing la définissait comme une « grande puissance moyenne » l’effacement de la France à l’échelle internationale est-il inéluctable ?

 

La politique étrangère de la France

Bien sûr les réponses à ses questions se trouvent dans la manière d’agir de la France à l’international ainsi que dans ses choix. Ainsi, après la perte de son Empire, la France s’est-elle investie massivement dans le projet européen. En effet c’est un des pays fondateurs de la CECA et de la CEE devenue plus tard Union Européenne. C’est d’ailleurs sous la présidence de Jacques Delors à la commission européenne que cette institution a changé d’échelle avec notamment l’acte unique, le traité de Maastricht et la volonté de créer une monnaie unique à tous les pays de l’Union. La France est également très influente sur le plan de la défense Européenne avec sa participation au traité de Saint Malo et à la conférence de Lancaster House. De plus, le président actuel pousse pour une armée européenne. Alors l’Europe permet-elle à la France de rester une puissance sur la scène internationale ? Si ce pays est à l’origine de nombreux approfondissements majeurs, il est aussi à l’origine de l’échec de la constitution de 2004 pourtant fièrement portée par les politiques français. De plus la France semble aujourd’hui dépassée par l’Allemagne sur tous les plans en Europe : autant sur l’influence que dans l’économie. En effet avec l’intégration des pays de l’est depuis 2004, l’Allemagne est devenue le centre géographique de l’Europe et domine l’Union par son importance démographique (1erpays) et évidemment son importance économique (1ereuropéen 4emondial).

 

L’économie et la société française, un obstacle à la puissance ?

Si la France arrivait à se maintenir au classement du PIB dans le monde elle semble dépassée depuis peu par des rivaux historiques comme le royaume uni en 2014-2015 et par les nouveaux émergents comme l’Inde. Elle ne représente que 3% des exportations mondiales ce qui fait de la France le 8eexportateur mondial. Conséquence directe de la pandémie actuelle, le PIB français a chuté de 8,3% l’an dernier, et les indicateurs de la croissance ne sont pas au vert en ce qui concerne cette nouvelle année 2021. Le déficit commercial s’est également creusé : passant de 56 à 65,4 milliards d’euros l’an dernier. Depuis plusieurs années la France s’est désindustrialisée et a perdu en compétitivité autant au niveau mondial qu’européen. En 2018 le secteur manufacturier représentait seulement 10% du PIB en France contre 21% en Allemagne. Cela s’explique par un coût du travail élevé et qu’il est assez difficile en France pour les PME de trouver des financements, notamment car l’industrie s’est tournée vers les produits de moyenne gamme ce qui n’est pas attractif sur le marché. Avant la crise du COVID le chômage était évalué à 8,7% des actifs : ce qui montre une corrélation nette entre coût du travail, désindustrialisation et chômage. En effet l’activité française s’est tournée vers le secteur des services et est aujourd’hui le 4epays exportateur de services au monde.

 

Certaines caractéristiques de puissance

La France compte bien des défauts mais aussi des atouts. En effet nous pouvons mettre en avant les secteurs agroalimentaire et agricole qui est très important en France et qui fait pencher la balance lors de décisions sur la PAC dans l’UE. La France est la première puissance agricole européenne et concentre à elle seule 22% de la production de l’union. De nombreux secteurs d’activité restent attractifs et dynamiques ne France comme celui de l’aéronautique avec Airbus comme entreprise phare qui mise sur l’innovation comme avec le projet Arianespace. Même si Sanofi n’a pas (encore) trouvé le vaccin promis, il reste un important laboratoire pharmaceutique au niveau mondial. Par ailleurs, le groupe LVMH représente ¼ du CA des 100 premières entreprises mondiales du secteur du luxe. Sur le plan plus traditionnel, la France demeure une vraie grande puissance. Ce pays est 5een termes de dépenses dans l’armement, possède l’arme nucléaire une armée de 220.000 hommes et de nombreuses bases qui lui permettent d’intervenir à l’étranger (interventions mondiales mais en particulier en Afrique). Elle est notamment impliquée dans la lutte contre les cybers attaques et contre le terrorisme plus particulièrement depuis les attaques de Charlie et du Bataclan. La France dispose encore d’un rayonnement à l’international avec notamment le 3eréseau d’ambassades au monde, un siège de membre permanent au conseil de sécurité de l’ONU qui lui permet une influence non négligeable dans le règlement de conflits mondiaux.

En conclusion la France semble touchée sur le plan économique, en particulier avec la gestion de la crise du COVID. Dans des lendemains meilleurs la France semblera, sur le plan économique devoir s’aligner sur la politique allemande, une politique de rigueur pour redresser l’économie. L’Europe ne parait pas être pour elle un moyen de retrouver sa place sur la scène internationale à proprement parler, étant donné que cette Union indique pour la France une perte de souveraineté et de son identité très forte. Cette union est d’ailleurs de plus en plus fortement critiquée par les partis de l’opposition revendiquant justement la présence de cette forte identité française. En revanche, la France dispose de moyens d’influence importants, au niveau international, et n’est pas prêtre d’y renoncer.

Vous pourriez aussi aimer