La géopo en films #2 – L’Afrique

Si tous les préparationnaires ont bien compris depuis longtemps l’intérêt qu’ils pouvaient trouver à citer dans une copie d’HGGMC des références littéraires venant d’auteurs spécialisés, il est un autre type de références qui est aujourd’hui encore très délaissé par les candidats : les références cinématographiques. En effet, bien développée, elle représente un élément original et souvent pertinent dans une copie, ce qui ne pourra que surprendre le correcteur. En plus d’être un bon moyen de se détendre, regarder des films est donc un investissement rentable de temps. Suite aujourd’hui d’un large passage en revue de films ayant leur place dans une copie de géopo aux concours, en continuant par ceux concernant l’Afrique.

 

  • Timbuktu, 2016, Abderrhamane Sissako

Ce film sorti en 2016 montre le quotidien d’un couple habitant un village de la région de Tombouctou qui tombe sous le joug de djihadistes. Dès lors, on observe l’instauration de règles radicales restreignant les libertés conformément aux lois conservatrices propres aux radicaux musulmans. Ce film coup de poing qui montre la résistance désespérée des habitants du village face à cette oppression islamiste permet également d’illustrer dans une dissertation de nombreux thèmes du programme d’ECS sur l’Afrique : l’importance du fait religieux dans le continent, la montée de l’islam radical dans l’Afrique du nord qui la transforme aujourd’hui en zone permanente d’instabilité, ou encore le sous-développement et l’absence d’unité africaine qui fait de ce continent un terreau favorable au développement de tels mouvements.

 

  • Blood Diamond, 2006, Edward Zwick

Ce film raconte la quête de deux hommes à travers l’Afrique noire pour retrouver un diamant perdu. En plus d’offrir un casting cinq étoiles mène par l’incontournable Léonardo Di Caprio, Blood Diamond offre un panorama de nombreuses problématiques africaines actuelles. Tout d’abord, ce film offre une représentation sans concession du trafic de diamant qui fait rage en Afrique encore aujourd’hui malgré les accords de Kimberley qui avaient mis fin à la guerre du diamant. La pauvreté africaine est également largement mise en avant dans cette œuvre, ainsi que le rôle toujours troublé des puissances étrangères, la fin douce-amère du film montrant bien que ce sont elles qui finissent d’une manière ou d’une autre par tirer les profits de la richesse africaine.

 

  • Invictus, 2009, Clint Eastwood

Si tous les autres films de cette liste dresseront un portrait très négatif de l’Afrique, celui-ci au contraire fera souffler par moment un vent d’optimisme. Bien sûr, le réalisateur n’oublie pas de revenir sur les difficultés rencontrées par Nelson Mandela pour unir les populations blanches et les populations noires opprimées par celles-ci pendant des décennies. Pourtant, il ressort de ce film qui raconte des événements s’étant déroulé en 1995 que à l’aube du vingt-et-unième siècle tous les espoirs sont permis pour l’Afrique. Une unité est possible, symbolisée par une équipe nationale de rugby sud-africaine capable en un an de passer de larges défaites face aux nations de l’hémisphère nord à une victoire en coupe du monde avec une équipe dans laquelle joueurs noirs et joueurs blancs sont unis. On a l’impression d’un plafond de verre brisé et d’une Afrique qui en suivant ses grands hommes comme Mandela peut atteindre ses rêves.

 

  • Le Crocodile du Botswanga, 2014, Lionel Steketee et Fabrice Éboué

J’entends d’ici s’élever les voix dénonçant la présence dans cette liste de films d’une comédie française de qualité pour le moins médiocre.  Mais ici le but n’est pas de juger la qualité d’un film, mais de voir les thèmes du programme d’HGGMC qu’il peut permettre d’illustrer. Ici, le film en aborde beaucoup : le népotisme et les dictatures africaines, les coups d’état, l’exploitation des ressources africaines (ici les jeunes espoirs africains) par les puissances étrangères, les relents persistants de la Francafrique. Sur chacun de ces thèmes, les deux réalisateurs proposent une critique certes satirique mais toujours autant d’actualité concernant la situation de l’Afrique contemporaine. Alors si vous souhaitez passer une bonne soirée devant un film qui vous détendra tout en vous donnant des amorces plus qu’originales mais pertinentes pour vos prochaines khôlles et vos DS sur l’Afrique, foncez, Le Crocodile du Botswanga vous attend.

 

 

  • Des Hommes et des dieux, 2010, Xavier Beauvois

Dernier film de ma sélection, celui-ci raconte l’assassinat des moines du monastère de Tibhirine en 1996 durant la guerre civile algérienne ayant opposé des groupuscules islamiques à l’armée algérienne. Ce film qui a obtenu en 2011 le César du meilleur film, offre là encore une plongée dans l’importance du fait religieux en Afrique, tout en montrant également dans le même temps l’instabilité chronique dont sont atteints les états africains. Ce thème est d’autant plus d’actualité alors que 23 ans plus tard l’Algérie a de nouveau connu l’an dernier une période de manifestations et de tensions ayant amené au départ du président Bouteflika. Enfin, il peut être intéressant de se demander au vu de ce film dans quelle mesure les difficultés algériennes qui y sont présentées découlent de la période coloniale française…

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer :
Lucas étudiant à l'ESSEC nous partage une des meilleurs copies de la session 2020 en mathématiques ESCP !