La géopo en films #4 – L’Europe

Si tous les préparationnaires ont bien compris depuis longtemps l’intérêt qu’ils pouvaient trouver à citer dans une copie d’HGGMC des références littéraires venant d’auteurs spécialisés, il est un autre type de références qui est aujourd’hui encore très délaissé par les candidats : les références cinématographiques. En effet, bien développée, elle représente un élément original et souvent pertinent dans une copie, ce qui ne pourra que surprendre le correcteur. En plus d’être un bon moyen de se détendre, regarder des films est donc un investissement rentable de temps. Troisième partie aujourd’hui d’un large passage en revue de films ayant leur place dans une copie de géopo aux concours, en poursuivant avec ceux concernant l’Europe.

 

 

  • L’auberge espagnole, 2002, Cédric Klapisch

Pour commencer ce passage en revue de films traitant de l’Europe, commençons par un dressant un tableau plutôt positif de ce qu’est devenu aujourd’hui l’Union Européenne. Sorti il y a maintenant près de 20 ans, le film de Cédric Klapisch montrait une Europe unie, multiculturelle, en se basant sur l’une des plus grandes réussites sur ce plan de l’Union Européenne : le Programme Erasmus. Le film présente ainsi des étudiants en échange qui arrivent à cohabiter ensemble, alors qu’ils sont pourtant issus de huit pays différents. Avant tout, il s’agit ici d’une ode au vivre-ensemble qui montre que cela est bien possible. Il s’agit donc d’un vent de fraicheur et d’un message d’espoir bienvenu dans une copie sur l’Union Européenne, à l’heure où cette ACR est confrontée à des problématiques multiples qui fragilisent son difficile équilibre.

 

 

  • Fuocoammare, 2016, Gianfranco Rossi

Film le plus méconnu de cette libre, mais petit bijou de réalisation récompensé par l’ours d’or au festival de la Berlinale en 2016 et nommé à l’oscar du meilleur film documentaire la même année, Fuocoammares’intéresse au thème plus que jamais d’actualité des migrations anarchiques en mer Méditerranée. Sous-titré « Par-delà Lampedusa », il dépeint un portrait poignant de l’île devenue célèbre pour les flux intenses de migrants qui y arrivent.  Ce qui rend particulièrement pertinent la présentation de ce film dans une dissertation de géopolitique pour un élève de classe préparatoire ECS, c’est qu’il montre à la fois les images déjà maintes fois vu de la détresse des migrants et réfugiés arrivant désespérés et démunis sur l’île, sans oublié d’insister aussi sur l’envers du décor, montrant comment la vie des habitants de Lampedusa a pu évoluer sous l’effet de ces flux.

 

 

  • Auf der anderen Seite, 2007, Fatih Akin

Récompensé du prix du scénario au festival de Cannes en 2007, ce film aborde plusieurs thèmes majeurs pour l’Europe contemporaine. Tout d’abord, la double nationalité du réalisateur (Fatih Akin est turque et allemand) transparaît pleinement dans ce film qui traite de l’intégration imparfaite des populations turques en Allemagne, alors même que les premiers travailleurs immigrés sont arrivés dans la région il y a maintenant plus de soixante ans. Ce film offre également un portrait sans concession d’une Allemagne qui à l’image de l’Europe est rongée par des inégalités croissantes qui favorisent les coupures de tout ordre dans sa population. Ainsi, on voit les difficultés dans la liaison entre un professeur de littérature et une jeune prostituée, comme si outre la culture, les barrières actuelles étaient également économiques et sociales.

 

 

  • Parlement, 2017, Noé Debré

Après la France, l’Italie et l’Allemagne, place maintenant à une série belge réalisée en partenariat avec la France et l’Allemagne. Celle-ci décrit l’arrivée d’un jeune assistant parlementaire à Bruxelles. Celui-ci se heurte à l’opacité des institutions européennes, aux différentes reprises des souverainetés étatiques. A la fin de son parcours pour faire adopter un amendement par le parlement européen, il aura ouvert les yeux sur les limites de l’Union Européenne. A tout ceux qui veulent dans une copie évoquer les difficultés de décision de l’Europe, de la faiblesse législative européenne ou encore de l’organisation labyrinthique de l’Union Européenne qui la rend impossible à assimiler pour les observateurs extérieurs, cette série parodique est faite pour vous !

 

 

  • Bloody Sunday, 2002, Paul Greengrass

Achevons maintenant notre cours d’Europe entre l’Irlande et l’Angleterre avec le film de Paul Greengrass. Celui-ci y présente l’épisode dit du « Bloody Sunday » également décrit par le groupe U2 dans sa chanson éponyme. Une manifestation entre manifestants pour l’égalité des droits entre catholiques et protestants en Irlande du nord est interrompue par l’armée britannique qui tirent à bout portant sur des manifestants. Ce qui devait être une marche pacifique tourne alors au bain de sang. Quatorze victimes seront à déplorer. Ce film a l’intérêt en s’attachant à la situation irlandaise même si celle-ci s’est depuis apaisée, de montrer que même si beaucoup aimeraient voir l’Europe comme un bloc uni et soudé, les irrédentismes et nationalismes persistent et qu’ils sont nombreux !

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer