La réalisation de la carte : un exercice à ne pas négliger

La place de la carte aux concours


De nombreux sujets d’écrits de géopolitique portent sur des cartes à analyser ou à réaliser. Cet exercice s’avère déterminant dans la réussite de l’épreuve de géopolitique dans le sens il exerce une influence directe sur la note du candidat. Autrement dit, un candidat n’ayant pas réalisé sa carte de synthèse ne peut pas avoir sa moyenne en géopolitique.
Pourtant, nombreux sont les étudiants qui n’accordent pas assez d’importance à cet exercice durant leurs années de préparation ou trouvent des difficultés à aborder ce genre d’exercice. Pour cela et afin de remédier à ce problème, voici quelques conseils qui pourront t’aider à travailler de manière efficace la carte et à ne plus craindre ce genre d’exercice.


Comment

travailler efficacement cet exercice ?


Le premier conseil à te donner est l’organisation. En effet, les étudiants en prépa ont tendance à se focaliser plus sur les matières à coefficients élevés, à savoir les mathématiques, et ensuite, à l’approche du concours, ces mêmes étudiants, se plaignent de la difficulté de cet exercice. C’est dans ce sens que l’entrainement à la carte doit se faire en amont pendant toute l’année de préparation, ce qui nécessite de l’organisation et une bonne méthodologie. Ce jeu de mémorisation
www.jeuxgeographiques.com t’aidera à mémoriser plusieurs informations qui te seront utiles dans la réalisation des cartes tout en chillant. Cette astuce te permettra d’optimiser pleinement ton temps. De plus, afin de travailler la carte d’une manière efficace, avoir une bonne méthodologie c’est également maitriser les étapes de sa réalisation. A ce propos, voici quelques étapes élémentaires à suivre et à assimiler en multipliant les exercices.


Les étapes de la réalisation de la carte


Pour réaliser la carte, des étapes élémentaires s’imposent. Tout d’abord, il faut commencer par mobiliser ses connaissances. C’estàdire, identifier les informations qui peuvent être cartographiées. Ensuite, il faut réfléchir à une problématique qui servira de titre à la carte après reformulation. Puis vient l’étape la plus importante qui est la rédaction de la légende. Celleci représente l’élément le plus important de la carte et notamment la clé de sa lecture.  Elle doit être construite et structurée sous forme d’un plan. Enfin, avant de commencer à
réaliser la carte, il faut choisir soigneusement les figurés pour qu’ils soient adaptés aux différents éléments de la légende et doivent être localisés justement. A cet égard, il existe trois types de figurés, à savoir les figurés ponctuels (triangle, carré, disque, etc), les figurés linéaires (traits pour désigner une frontière par exemple ou des flèches pour représenter des flux) et les figurés de surface qu’il faut absolument désigner par des aplats de couleur (comme pour mettre l’accent sur un pays ou une zone). Le choix des couleurs est aussi un élément important dans le sens où chaque couleur a une signification comme pour désigner
l’eau on utilise la couleur bleue. Enfin, pour hiérarchiser les phénomènes représentés vous pouvez soit varier la couleur des aplats du moins foncé au plus foncé ou varier la taille des figurés ponctuels ou linéaires. Par exemple, pour représenter un flux migratoire massif vous pouvez opter pour une flèche de traille plus grande.


Les erreurs à ne pas commettre


Parmi les éléments sanctionnés par le correcteur on trouve une légende qui est très longue, à savoir une légende qui représente des faits non cartographiables, des erreurs de localisation ou des figurés inadaptés, une suite de figurés sans logique ni lien, des ratures (pour cela il faut avoir en sa possession un crayon de papier fin et une gomme pour de corriger en cas d’erreur).

Conclusion


En conclusion, noublie pas qu’une bonne carte, c’estàdire une carte dont les qualités s’apprécient par la note, est toujours une carte écrite avec un style simple et claire. C’est une carte réalisée avec soin, les localisations et les figurés doivent être précis. Et afin de mieux appréhender cet exercice, il faut adopter les bonnes habitudes comme la lecture des bonnes copies, des rapports de jurys et l’entrainement régulier à ce genre d’exercice qui te permettront de combler tes lacunes comme je l’ai moimême fait d’ailleurs. N’oublie pas également de lire de temps à autre des revues et journaux tels que le monde diplomatique ou le diploweb. Ceuxci publient des cartes toutes faites en permanence qui peuvent énormément t’aider. 

Lire plus : L’importance des rapports de jury pour les concours écrits

 
Vous pourriez aussi aimer