L’actualité anglo-saxonne du mois de novembre 2020

Angleterre :

  • 31/10/2020: Boris Johnson (premier ministre du pays) a annoncé un deuxième confinement à partir du 5 novembre et allant jusqu’au 2 décembre. Le choix a été de tout fermer sauf les écoles/universités, les magasins essentiels ainsi que les usines. Boris Johnson avait pourtant résisté aux conseils de nombreux scientifiques qui lui préconisait un confinement depuis plus de 3 semaines, ce qui dégrade de nouveau sa crédibilité. En effet, de nombreux anglais lui reproche sa mauvaise gestion de la première vague ainsi que celle de la deuxième vague. Les retombées économiques de ce confinement risquent d’empirer la situation économique britannique qui est déjà l’une des plus mauvaises (recule du PIB attendu à 11% ou 12% du PIB en 2020).
  • 07/11/2020 : lors d’un entretien téléphonique entre Boris Johnson et Ursula von der Leyen (présidente de la Commission Européenne), de nombreux désaccords sur l’accord post-Brexit ont été observé. Ces désaccords renforcent le risque d’une situation de « no deal » de la part de l’Angleterre. L’un des accords importants pour l’union européenne est l’accord concernant la pêche dans les eaux nationale anglaises ainsi que les garanties que réclame l’UE en matière concurrentiel. L’idée est de limiter au maximum les dégâts du Brexit dans le domaine halieutique.
  • 09/11/2020 : la Chambre des lords a décidé de ne pas inclure dans un projet de loi les dispositions qui aurait permis au gouvernement britannique de ne pas respecter certains engagements avec l’UE (notamment concernant l’idée du retour d’une frontière physique entre l’Irlande du nord et la République d’Irlande). Par ailleurs, ce même jour les Britanniques ont annoncé qu’ils allaient accepter une partie de la régulation financière européenne. Les Britanniques ont fait un geste en reconnaissant certaines règles européennes dans le secteur financier (Principalement : les firmes européennes pourront continuer à offrir leurs services au quartier des affaires de Londres).
  • 17/11/2020: Boris Johnson a présenté son plan « en dix points pour une révolution verte ». L’idée de ce plan est de lutter contre le réchauffement climatique. L’une des mesures phares de ce plan est l’engagement pris par le gouvernement de bannir les véhicules neuf à essence et au diesel dès 2030, et non 2040 comme prévu initialement. L’objectif est donc de favoriser le développement des véhicules 100% électriques puisque la vente de véhicules hybrides neufs doit quant à elle cesser dès 2035.
  • 23/11/2020: Boris Johnson a pris la parole pour expliquer les modalités du déconfinement à venir. A travers son élocution, le premier ministre Britannique a annoncé que les commerces « non essentiels » pourront dans la majorité rouvrir et qu’un système de semi-confinements régionaux sera mis en place. Le couvre-feu sera quant à lui étendu à 23h. Certains reprochent à Boris Johnson d’avoir annoncé un déconfinement alors que ça n’en est pas un.
  • 28/11/2020: un nouvel accord franco-britannique a été passé afin de limiter les traversées de la manche par les migrants en luttant d’avantages contre les passeurs. Cet accord passera par le doublement des effectifs des patrouilles française britanniques sur les côtes, par la construction de « logements appropriés » en France pour les migrants, par l’utilisation de drone pour surveiller les plages ainsi que par la sécurisation de l’entrée du tunnel sous la manche.

Ecosse :

  • 24/11/2020: L’écosse est le premier pays à rendre les protections périodiques accessibles gratuitement. Le but de cette décision est de lutter contre la précarité menstruelle et notamment d’obliger les écoles à équiper les toilettes de protections périodiques. La totalité des membres du parlement ont approuvé cette loi. Le premier ministre Nicola Sturgeon a exprimé sa « fierté d’avoir voté pour cette loi révolutionnaire » puisque l’écosse est désormais le premier à prendre cette décision à cette échelle.

Australie :

  • 12/11/2020: l’Australie a annoncé qu’une enquête sera menée sur la possibilité que ses soldats aient commis des crimes de guerre en Afghanistan de 2001 à 2013. Le but du premier ministre australien (Scott Morrison) à travers cette décision est de régler cette affaire en interne et d’éviter de passer devant la Cour pénale internationale.

 

  • 17/11/2020: le Japon et l’Australie ont signé un accord d’accès réciproques pour leurs troupes armées. L’idée est de renforcer l’interopérabilité de leurs armées.

 

  • 19/11/2020 : le chef de l’armée australienne a admis que ses forces spéciales avaient « tuée illégalement » au moins 39 afghans suite à la révélation de preuves irréfutables publiées dans une enquête officielle de 465 pages.
Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
La copie du candidat démontre qu’une connaissance fine du cours couplée à une maitrise de la méthodologie de la dissertation…