L’actualité en bref- Semaine du 03 au 09 novembre 2020

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour notre rendez-vous hebdomadaire, marqué cette semaine par la montée en flèche des bourses, la baisse des prévisions de reprise pour les pays européens ainsi que des tensions entre Rabat et Ankara. 

1) L’annonce d’un vaccin contre la Covid-19 vient secouer les marchés.

Ce week-end, le laboratoire américain Pfizer a annoncé un vaccin « efficace à 90% ». Il a suffit de ces mots pour que les principaux indices boursiers mondiaux s’envolent, à tel point que Wall Street a atteint de nouveaux sommets et en Europe le CAC 40 a gagné 7,57% en une journée. Ce sont les valeurs les plus touchées par la pandémie qui ont été le plus recherchées et inversement les valeurs « confinement » perdaient de leur superbe. Par exemple, Airbus a pris 19% tandis que Netflix perdait 6%.

Source: https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/covid-les-marches-boursiers-senvolent-apres-lannonce-de-pfizer-sur-son-vaccin-1263323

2) Recrudescence de tensions commerciales entre Rabat et Ankara.

En 2004 un accord de libre-échange était signé entre le Maroc et la Turquie, plus de 15 ans après, cet accord est plus que discuté par les marocains pour qui le déficit commercial s’est creusé et les emplois ont été détruits par milliers à cause de la concurrence turque. Et lorsque le 26 octobre le président turc a appelé à boycotter les produits français, les producteurs locaux marocains se sont agacés en accusant la Turquie d’être la source de leurs maux et qu’il fallait boycotter les produits turcs et pas les produits français. Ces derniers pointent du doigt les prix imbattables que les Turcs proposent au Maroc, laissant sur le carreau les producteurs locaux. Au Maroc, de plus en plus les entreprises appartiennent à la Turquie ou a des proches d’Erdogan.

Source: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/06/l-offensive-commerciale-turque-suscite-la-colere-des-industriels-marocains_6058783_3212.html

3) L’économie européenne, toujours plus affectée par la crise sanitaire

Les économistes de l’exécutif européen tablent désormais sur une baisse du PIB en 2020 de 7,4%, puis d’une hausse en 2021 de 4,1% ce qui signifie que le PIB européen ne retrouvera son niveau d’avant-Covid qu’à la fin de l’année 2022. Alors qu’il y a 6 mois, ces mêmes économistes misaient sur une reprise supérieure à 6% en 2021, la propagation accrue du virus ces dernières semaines et les premières mesures de confinement viennent abaisser ces chiffres. De même, cette vague n’était pas prévue, « cette deuxième vague de la pandémie douche nos espoirs d’un rebond rapide » car personne ne pensait que le PIB ne pourrait baisser une nouvelle fois en 2020.

Source: https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/05/le-pib-europeen-ne-retrouvera-son-niveau-d-avant-covid-qu-a-la-fin-de-2022_6058593_3234.html

4) La Chine, un pays vraiment intégré à la finance mondiale ? 

La suspension surprise de l’introduction en bourse d’Ant Group (filiale d’Alibaba) relance les débats sur le capitalisme chinois et sa volonté de s’intégrer à l’économie mondiale. Cette introduction historique prévue pour le 5 novembre devait permettre à Ant Group de générer près de 31 milliards d’euros, pour une valorisation de 300 milliards d’euros, soit plus que le numéro un du secteur JP Morgan. Cependant comme le dit très bien Philippe Escande (éditorialiste au monde), « Jack Ma (le patron d’Alibaba) n’est pas le patron, le vrai chef s’appelle Xi Jinping ». Ce dernier ayant annulé l’introduction en bourse à cause de propos arrogants de Jack Ma.

Source: https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/04/ant-group-jack-ma-n-est-pas-le-patron-le-vrai-chef-s-appelle-xi-jinping_6058442_3234.html

Pour aller plus loin: Voie Chinoise : Capitalisme et empire, Michel Aglietta (2012).

5) L’exportation de vins français en très forte baisse.

Alors que la vente de vins de la Vallée du Rhône est un véritable atout pour le commerce français, les exportations aux Etats-Unis ont baissé de plus de 40% entre janvier et août par rapport à 2019. En effet le droit de douane américain et la crise sanitaire ont précipité cette chute. En octobre 2019, D.Trump a appliqué un droit de douane de 25% sur les vins français en bouteille alors que les Etats-Unis sont le plus gros importateur de vins français (17%). De même la Chine est un importateur de taille ( 8%) et le virus a fortement contribué à la baisse des exportations françaises vers ce pays.

Source: https://www.lefigaro.fr/conso/chute-brutale-des-ventes-des-vins-de-la-vallee-du-rhone-aux-etats-unis-et-en-chine-20201106

Damien Copitet

Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref, tous les mois pour les news écolo et très régulièrement pour la publication d'articles économiques donc SWIPE UPP

Vous pourriez aussi aimer :
Voici une excellente copie ayant obtenu la note de 18,6/20 à l'épreuve de Maths E de l'EM Lyon en 2020…