L’animal fait son cinéma

On se retrouve aujourd’hui avec un premier article d’une longue série sur l’animal en références cinématographiques. Ces références, si elles sont bien utilisées dans votre dissertation, peuvent vous permettre de faire la différence en Culture Générale ! Nous en décryptons 3 dans cet article.

L’animal est très souvent mis en scène au cinéma, en tant que personnage principal ou secondaire, on le retrouve aussi bien dans des films d’animation que dans des thrillers ou des films d’horreur. La relation qui unit l’homme et l’animal est intéressante à analyser : ce dernier peut être vu comme un ami, un ennemi ou même comme une menace. 

 

3 Références cinématographiques sur l’animal 

  • Les Dents de la mer – Steven SPIELBERG

L’animal, machine à tuer

           Résumé du film :

Réalisé en 1945, le film Les Dents de la mer (Jaws) se déroule sur la petite île imaginaire d’Amity dans le Massachusetts. Après une première attaque qui voit la mort d’une jeune fille, le chef de police décide de fermer les plages de l’île mais se heurte au maire de l’île qui en imposte la réouverture en pleine saison touristique. Après une nouvelle attaque, le chef de police part en mer avec Matt Hopper, un océanographe pour en finir avec le monstre aquatique.

            Un monstre marin

Jaws a beaucoup contribué à installer dans l’esprit du public la possibilité – ou sinon la phobie – d’attaques, par des requins, des baigneurs sur les plages. Dans le livre comme dans le film, le requin responsable des attaques est en fait un “grand blanc” d’une taille verte exceptionnelle mais possible.

Dans une scène d’attaque, Spielberg choisit de ne pas montrer le requin, mais la nageuse, brutalement secouée et entrainée sous l’eau : le spectateur n’en partage que davantage l’angoisse de la malheureuse n’ayant aucune idée de ce qui l’entraine ainsi à la mort. Tout cela nourrit aussi l’idée que le monstre peut surgir des profondeurs à n’importe quel moment et s’en prendre aux hommes qui ne sont pas protégés de la mer et de ses profondeurs.

Dans Les Dents de la mer, l’animal est montré comme étant une menace pour l’homme, une machine à tuer. Finalement, une des activités les plus ludiques qui soient, aller à la plage, s’y baigner, peut s’avérer purement et simplement mortelle.

 

  • Ratatouille – Brad BIRD

L’animal, meilleur ami de l’homme

          Résumé du film :

Le film Ratatouille (2007), huitième film d’animation des studios Pixar relate les aventures d’un rat français, fin gourmet, et possédant un odorat exceptionnel qui lui permet d’identifier chaque aliment, et de devenir un habile cuisinier. Il rencontre et se lie d’amitié avec un jeune apprenti cuisinier, à Paris, Alfredo Linguini qui travaille dans le restaurant Chez Gusteau et avec qui il s’associera pour créer de nouveaux plats.

            Un rat dangereux et nuisible

Une des premières scènes du film indique clairement le rapport du rat à l’homme. Rémy, avec son frère est entré dans la cuisine d’une vieille femme afin de voler de la nourriture. Découverts, ils sont violemment chassés. Cette scène montre que le monde des rats et celui des humains ne savent pas se côtoyer : les espaces sont forcément exclusifs les uns des autres; le monde animal ne doit pas souiller le monde humain. Dans cette première scène le rat est l’incarnation du danger panique et des égouts.

            Une amitié hors du commun entre un homme et un rat

Une des trouvailles de Pixar est de refuser l’anthropomorphisation (le fait d’appréhender une bête ou un objet d’un point de vue purement humain) du rat Rémy : c’est un rat qui communique avec les autres rats, comprend les paroles d’Alfredo mais qui ne parle pas aux humain. La communication verbale est impossible mais l’interaction des deux personnages va se développer autrement; Rémy va prendre le contrôle du corps du cuisinier en le commandant sur sa tête: il lui tire des mèches de cheveux pour l’actionner comme un marionnettiste. Symboliquement, le rat est la tête, l’homme est le corps: le rat est élevé au rang d’intelligence supérieure.

            Le rat au statut humain

Le rat fait preuve de facultés humaines : la créativité et l’inspiration. C’est bien ici le double triomphe de l’animal : devenir homme, quitter la répugnance qu’il fait éprouver en tant que rat tout en conservant son aspect physique.

 

  • Gremlins – Joe Dante

L’animal est une fable

        Résumé du film :

Randall Peltzer offre à son fils Billy pour son anniversaire un curieux animal un mogwaï. Le vendeur lui précise qu’il ne faut pas mouiller le mogwaï, ne pas l’exposer à la lumière vive et ne pas le nourrir après minuit. Mais mouillée par inadvertance, la bestiole donne naissance à cinq congénères et commencent à semer la terreur dans la petite ville de Kingston Falls…

        Les Gremlins, personnification des américains

Le film Gremlins, aux allures d’une fable met en scène un animal comme personnage principal. Dans leur délire jouisseur et destructeur, les gremlins tendent au spectateurs et à la société américaine de son temps un miroir hideux, il s’agit de montrer la faiblesse du mythe américain.

Les Gremlins ont tous les vices possibles et imaginables, enfin ceux des Américains : ils fument, boivent de la bière, ne pensent qu’à conduire des automobiles et jouer au poker, se gavent de sucreries. Ainsi tendent-ils aux Américains moyens, une société de consommateurs qui n’ont qu’une seule idée en tête : consommer sans limites.

Pour une analyse intéressante en dissertation, n’hésite pas à mettre en relation cette référence cinématographique des Gremlins avec la référence littéraire des Fables de La Fontaine

Vous pourriez aussi aimer