Le cercle des économistes appelle les candidats à l’élection présidentielle à répondre à 20 questions

Le Cercle des économistes est un cercle de réflexion, fondé en 1992, à l’initiative de Jean-Hervé Lorenzi, qui réunit une trentaine d’économistes et d’universitaires. Sa mission est d’organiser et de promouvoir un débat économique ouvert et accessible à tous. Nous retrouvons notamment les économistes Philipe Aghion, Patrick Artus, André Cartapanis… 

Au début du mois de janvier, ce cercle de réflexion s’est inquiété d’une privation du débat économique dans la campagne et a posé une vingtaine de questions articulées autour de sept thématiques (jeunesse, pouvoir d’achat, retraites, comptes publics, réindustrialisation, environnement, Europe) auxquelles tous les candidats à l’élection présidentielle devraient être en mesure de répondre.

Selon ces économistes, « le débat sur les politiques économiques n’a donc pas lieu, puisqu’aucun candidat ne s’est encore avancé de manière engagée sur la moindre thématique. Aucun ne prendra le risque d’évoquer le quoiqu’il en coûte d’Emmanuel Macron ».

 

Lire plus : Élections présidentielles 2022 : quelles sont les propositions de la CGE ?

 

La jeunesse 

Les 15-29 ans représentent 17% de la population. Dans une société vieillissante, leur impact sur la croissance est un enjeu économique majeur. Pourtant, leur insertion économique et sociale en France est un échec. Les économistes posent donc trois questions : 

Comment re-socialiser les 1,5 million de NEETS ? (les jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation) 

Comment autorise-t-on les jeunes à avoir l’accès au logement ? 

Est-ce que et comment le revenu d’engagement couvrira l’ensemble des jeunes ?

 

Le pouvoir d’achat

Quelques mois après la crise des gilets jaunes, le pouvoir d’achat est à nouveau au centre des inquiétudes des Français avec une inflation galopante (3% sur l’année selon l’INSEE) notamment dû à une flambée du prix des matières premières aggravée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Les économistes posent donc quatre questions : 

Quelle est votre stratégie d’augmentation des bas salaires ? 

Comment améliorer les rémunérations des infirmières et professeurs ? 

Avez-vous l’intention d’augmenter les impôts ? 

Faut-il rouvrir le dossier de l’impôt sur le capital ?

 

Les retraites 

Les retraites sont compliquées à aborder tant au niveau social qu’économique. En effet les réformes des dernières années repoussent l’âge de la retraite pour faire face à un déficit estimé en 2020 à plus de 25 milliards d’euros par le Conseil d’Orientation des retraites. Pourtant selon certains chiffres, en maintenant le système actuel, l’équilibre devrait revenir d’ici deux décennies. Les économistes posent deux questions :

Jusqu’où doit-on repousser l’âge de départ à la retraite ?

Pour la retraite à taux plein, faut-il s’appuyer sur des annuités ou un âge minimum ?

 

Lire plus : En vue des élections présidentielles, la CDEFM nous dévoile ses propositions !

 

La réforme de l’Etat

L’Etat, une entité souvent critiquée par les libéraux pour son inefficacité, son coût extrêmement élevé, sa dette publique qui explose, pourtant il permet à la France d’assurer de nombreux services gratuits, parfois remis en question. Les économistes posent quatre questions : 

Avez-vous une idée précise des conditions de sortie du « quoi qu’il en coûte » ? 

Avez-vous une trajectoire de réduction du déficit public ? 

Comment réorganiser la santé ? 

Comment réorganiser l’éducation ?

 

La réindustrialisation 

C’est ainsi que Patrick Artus résume la problématique macroéconomique posée aux candidats aujourd’hui. En effet, la France « ne produit pas assez de revenus », alors que « nous allons avoir un énorme besoin d’investissement, que ce soit sur la modernisation des entreprises, notre système de santé ou encore pour financer la transition énergétique ». Les économistes posent trois questions :

Dans quels secteurs faut-il réindustrialiser la France ? 

Comment financer les investissements nécessaires pour la relocalisation et pour la transition climatique ? 

Comment améliorer l’utilisation de l’épargne des ménages pour l’économie française ?

 

L’environnement

Face à l’urgence climatique et avec les objectifs fixés par l’Europe dans son plan « Fit for 55 », nous avons devant nous une décennie d’accélération et de défis climatiques, et les concitoyens sont les premiers à vouloir y participer, ce qui pousse les économistes à poser une question :

Faut-il maintenir le mix énergétique tel qu’il a été décidé ?

 

L’Europe

L’Europe, un sujet primordial notamment au niveau économique étant donné que la France ne possède plus sa monnaie et qu’elle dépend des décisions de tous les pays de la zone euro. Les économistes posent trois questions :

La BCE doit-elle remonter ses taux ? 

Faut-il un salaire minimum européen ? 

Faut-il une nouvelle tranche d’investissement de NextGenEU, en complément des 750 milliards d’euros ?

Pour conclure, le cercle des économistes tentent à travers cette initiative de mettre au premier plan de l’élection présidentielle des questions primordiales d’ordre économique, parfois éclipsées par des sujets sur l’immigration, la crise sanitaire ou la guerre en Ukraine.

 

Lire plus : Le protectionnisme doit-il être envisagé pour la France ? 

Damien Copitet

Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref, tous les mois pour les news écolo et très régulièrement pour la publication d'articles économiques donc SWIPE UPP

Vous pourriez aussi aimer