Le développement durable, une affaire de pays riches?

  • Le développement durable, une prise de conscience surtout chez les pays riches

 

C’est un fait : la majorité des grands sommets du développement durable qui ont amené aux premières prises de décision à l’échelle internationale concernant la cause environnementale ont eu lieu dans les pays riches dit du nord. Si l’on prend l’exemple des COP, ces sommets annuels qui chaque année rassemble tous les pays mondiaux pour traiter du sujet du réchauffement climatique, la plupart de ces rassemblements ont eu lieu dans l’hémisphère nord. Par exemple, la COP 21 qui a débouché sur un accord historique au sujet du climat avec la création d’un fond environnementale d’une valeur de 100 milliards d’euros a eu lieu… à Paris en 2015. Si parfois comme à la COP 23 de Bonn en 2017 certains pays comme les Fiji qui subissent de plein fouet les effets du réchauffement climatique sont mis à l’honneur, il n’en reste pas moins que c’est dans l’hémisphère nord que se passent ces sommets. Le protocole de Kyoto de 1997, signé par de nombreux pays qui ont promis de réduire de 5% leurs émissions de gaz à effet de serre, a été signé au Japon, un autre pays traditionnellement considéré comme étant du nord.

A l’échelle nationale, ce sont là encore les pays du nord qui semble être en première ligne dans la bataille contre les dégâts environnementaux. On peut prendre comme exemple sur ce point les vastes champs d’éoliennes off-shore situés en mer du nord au nord de l’Allemagne, produisant une énergie éolienne qui a le bon goût d’être propre et renouvelable En fait, l’impression qui règne aujourd’hui est que les pays du sud qui n’ont souvent pas accès à une croissance stable au long terme et encore moins à un réel développement, n’ont pas encore l’occasion de ce fait de se préoccuper de problématiques telles que le développement durable, alors que les pays du nord eux font maintenant face à cette problématique centrale.

 

 

  • Mais la problématique du développement durable est liée à celle du réchauffement climatique qui impacte d’abord les pays du sud… alors qu’elle est provoquée en majeure partie par la pollution observée au nord

 

Une statistique montre à elle seule à quel point les pays du sud sont aux premières loges face aux bouleversements climatiques : parmi les 20 pays les plus touchés par ses effets, tous sont du sud.  En effet, certains sont menacés par le fait que les déserts gagnent du terrain dans leur région, comme c’est le cas en Afrique avec les deux immenses étendues que sont le Sahara et le désert du Kalahari. D’autres sont eux menacés par la montée irrésistible des eaux. C’est notamment le cas des îles du pacifique, mais également de certains pays d’Asie comme le Bangladesh, qui voient donc une partie de leur population fuir le territoire national sous la forme de réfugiés climatiques, pertes de main d’œuvre majeure pour eux. Enfin, l’aridification globale du climat touche particulièrement certaines zones du monde qui ont donc plus de mal à faire pousser leurs récoltes, problème des plus épineux lorsque l’économie nationale est très majoritairement primaire !

Pourtant, si à présent on regarde les pays qui participent le plus au phénomène du réchauffement climatique… le classement s’inverse. En effet, ce sont cette fois les pays du nord qui occupent les premières places. En effet, ce sont eux qui ont les méthodes de consommation les plus prédatrices à l’égard de l’environnement, comme le montre l’indice d’empreinte humaine. Ce sont eux également qui font partie des principaux producteurs de gaz à effet de serre, qui sont les principaux moteurs du réchauffement climatique. Ainsi, les États-Unis sont à eux seuls responsables de 27% des émissions mondiales. Enfin, du point de vue des pollutions en tout genre, si certaines images de pays du sud telles que des décharges à ciel ouvert comme au Nigéria ou en Inde ont ému la communauté internationale, faire porter le chapeau de la pollution mondiale à ceux-ci serait bien trop facile ! En effet, là encore les pays du nord les dépassent largement.

 

 

En conclusion, il convient de voir que si les pays du nord sont encore aujourd’hui les pionniers du développement durable, ils sont aussi les principaux responsables du réchauffement climatique qui touche majoritairement les pays du sud. Si une prise de conscience environnementale est nécessaire chez les pays du sud, il faut donc avant tout que ceux du nord amplifient leurs efforts et passent à la vitesse supérieure en concertation avec ceux-ci pour arriver à créer les conditions d’une planète viable pour tous au XXIème siècle.

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Le thème grammatical vous permet de travailler l'ensemble de votre grammaire ! C'est également un très bon entrainement pour le…