Le Japon : éternel second ?

Lawrence Summers, secrétaire au trésor américain, déclare en 1989 que « Le Japon représente une menace plus grande pour les Etats-Unis que l’URSS ». En effet, à cette époque, le Japon était sur le point de rattraper et dépasser les Etats-Unis dans l’ordre des puissances économiques mondiales. Dans les années 1980, le Japon connaissait une croissance de 4-5%, là où les Etats-Unis stagnaient à 1,3%. Les politiques du « Just in time », de l’emploi à vie ou encore du Toyotisme battaient leur plein et promettaient au Japon la première place dans l’économie mondiale. Cependant, ce dernier n’a jamais réussi à dépasser les Etats-Unis, il est resté pendant près de 50 ans la deuxième économie mondiale. Aujourd’hui, le Japon a été rattrapé par la Chine, et est la deuxième puissance économique de l’Asie. Le pays avait pourtant toutes les cartes en main pour devenir la première économie du monde. Que dire alors de la place du Japon dans le monde ? Ce pays est-il destiné à être un éternel second ?

 

Une seconde place jamais dépassée

Pendant près de 50 ans, le Japon a été la deuxième puissance économique mondiale, juste derrière les Etats-Unis. Au début des années 1990, il était sur le point de dépasser les Etats-Unis et de devenir la première puissance économique mondiale. Pour éviter cela, les Etats-Unis ont imposé les accords du Plaza en 1985 au Japon, qui ont permis de déprécier le cours du dollar par rapport à celui du yen. La bulle financière japonaise, alimentée par l’assouplissement de la politique monétaire japonaise suite à la dépréciation du dollar (et donc la création de l’inflation), a explosé. La croissance japonaise passe de 5,1% en 1996 à 0,9% en 1997. La faillite japonaise atteint des records. La crise des années 1990 a donc été la raison du maintien du Japon à sa seconde place. Il est ensuite dépassé en 2010 par la Chine. Aujourd’hui, rien ne semble indiquer que le Japon retrouve la deuxième place mondiale. De nouvelles puissances se développent, là où son économie, encore sous l’impact de la crise des années 1990, ne parvient pas à retrouver une croissance supérieure à 1%.

En Asie maintenant, le Japon a été pendant longtemps la première puissance économique. Il était le moteur de l’Asie, il a lancé la croissance de la Corée du Sud, de Taïwan et tant d’autres. Cependant, après avoir propulsé la croissance de la Chine littorale à des sommets dans les années 1980, le Japon a été rattrapé par cette dernière, et dépassé en 2010. Il devient donc la deuxième puissance économique de l’Asie. Un paradoxe est à souligner : en général, le deuxième tente de dépasser le premier. Ici, le Japon n’espère plus pouvoir dépasser la Chine, mais seulement se maintenir à sa place.

 

Quelles sont les raisons à cette seconde place ?

Pourquoi le Japon n’a-t-il jamais réussi à dépasser ses adversaires ? Le pays a une économie performante, une bonne capacité d’innovation et un peuple impliqué qui respecte les politiques mises en place par l’Etat. Que lui manque-t-il alors ? Dans les années 1990, ce sont les Etats-Unis qui ont empêché le Japon de devenir la première puissance économique mondiale. Mais pourquoi la Chine a-t-elle, elle aussi, réussi à dépasser le Japon ? Certains parlent d’un manque de charisme de la part des dirigeants japonais. En effet, que peut faire un Premier Ministre tel que Yoshihide Suga face à Xi Jinping ou Donald Trump ? Cela explique le fait que Shinzo Abe ait été le premier dirigeant à rencontrer Donald Trump après son élection : il voulait créer une relation privilégiée avec lui en affirmant sa présence. Cependant, peut-on réellement penser que le charisme du dirigeant justifie tout ? Il faut certainement prendre en compte la taille du pays : 125 millions de Japonais face à 1,4 milliard de Chinois ou 328 millions d’Américains. Incluons aussi dans l’équation les succès militaires de ces pays : les Etats-Unis ont la première armée au monde et l’armée chinoise n’a jamais perdu une guerre depuis 1949, là où le Japon n’a pas de force militaire. Le Japon est aussi un pays très fermé sur lui-même : sa population ne voyage que peu et n’accueille pas d’étrangers (seulement 50 000 immigrés par an). Son soft power ne peut donc pas se répandre. Or, cet élément est aujourd’hui nécessaire à tout pays souhaitant s’imposer dans le monde. Ainsi, malgré une bonne capacité d’innovation et une économie performante, le Japon manque d’arguments pour s’imposer comme géant économique dans la mondialisation.

 

Une seconde place jamais égalée ?

Le Japon n’a jamais réussi à dépasser la deuxième place. Certes, c’est un fait. Il ne faut cependant pas oublier que le Japon ne joue pas avec les mêmes armes que ses adversaires. Rappelons-le : le Japon n’a pas d’armée. Cela peut paraître insignifiant dans notre monde où le commerce et la finance semblent gouverner les relations internationales. Cependant, la force armée est bien celle qui dissuade et ramène l’ordre. Pourquoi les Etats-Unis sont-ils la première puissance au monde ? Parce qu’ils sont aussi la première armée au monde. Pourquoi la France peut-elle encore peser dans les décisions mondiales alors qu’elle ne joue pas dans la même cour que la Chine ou les Etats-Unis ? Parce qu’elle possède l’arme nucléaire. Ainsi, le Japon, petit pays sans arme nucléaire ni armée, ne peut pas espérer convaincre par la force. Il ne peut que miser sur ses arguments économiques. Ainsi, se maintenir à la seconde position (mondiale pendant longtemps, asiatique aujourd’hui) est plus qu’honorable et démontre de la force du pays.

 

Pour conclure

Le Japon est-il voué à rester éternel second des grandes puissances ? En effet, il semble qu’il en soit ainsi. Il ne faut cependant pas oublier que le Japon paraît se contenter de ce choix. En effet, étant un petit pays, il a toujours cherché à avoir l’appui et le soutien d’une grande puissance. Ainsi, ce rôle de second semble lui convenir et même lui être nécessaire, puisqu’il n’a pas les atouts suffisants pour s’imposer comme première puissance.

Elise Casado

J'ai intégré TBS après 2 ans de prépa ECS. J'ai à coeur de partager avec vous mon expérience "prépa" afin de vous aider à profiter à 100% de ces deux ou trois années inégalables de votre vie !

Vous pourriez aussi aimer