Les avantages d’avoir fait khâgne avant école de commerce

Si les khâgneux sont de plus en plus nombreux à rejoindre les bancs de grandes Business Schools françaises au terme de leur classe préparatoire, il serait faux de prétendre qu’ils n’ont pas leur place ou sont davantage en difficulté une fois en grande école. Au contraire : forts de leur bagage littéraire, ces étudiants tirent parti de leurs compétences et de leurs qualités différenciantes qui les rendent indispensables aux yeux des recruteurs. Découvrez dans cet article les atouts des anciens khâgneux en école de commerce.

 

Lire plus : 5 bonnes raisons d’aller en école de commerce après une khâgne

Lire plus : Inscription à la BCE : quelle stratégie pour les khâgneux

 

 

 1) De belles qualités de rédaction

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la rédaction reste finalement très présente en école de commerce : les rapports écrits de projet et de recherche sont presque systématiques. À cet égard, les anciens khâgneux jouissent d’un certain avantage en ce qu’ils sont familiers de cet exercice de style : élégance de l’expression, esprit de synthèse, clarté du propos, autant de qualités essentielles en école de commerce comme dans le monde professionnel et que les khâgneux ont apprivoisées. Vous l’aurez compris : votre belle plume reste un allié précieux en école de commerce !

 

2) Une aisance précieuse à l’oral

Si l’expression écrite est incontournable, l’expression orale reste quant-à elle primordiale. Pitchs, présentations, réunions : la communication orale n’est pas à négliger dans le monde professionnel. En effet, puisque la richesse des idées doit s’accompagner de la rigueur de la forme, les grandes Business Schools ont-elles pour vocation de vous préparer à prendre la parole devant un auditoire pour convaincre, séduire, argumenter. Là encore, les khâgneux peuvent avoir une petite longueur d’avance : la réputation de leur rhétorique élégante n’est plus à faire. Avoir fait khâgne avant école de commerce se révèle ainsi être un atout précieux pour les étudiants.

 

Lire plus : Les associations littéraires en école de commerce

 

3) De fortes appétences pour les sciences humaines et sociales

Particulièrement portés sur les humanités, les étudiants littéraires sont déjà forts de nombreux réflexes dans le domaine des sciences humaines et sociales. En effet, les humanités sont de plus en plus présentes au sein des écoles de commerce, permettant par-là même aux anciens khâgneux d’exprimer leur plein potentiel dans ce domaine. Philosophie, sociologie ou encore anthropologie, autant de disciplines dont ils sont déjà un peu familiers et grâce auxquelles ils peuvent se démarquer une fois en grande école. Aussi les anciens khâgneux ont-ils parfois une petite longueur d’avance ! 

 

Lire plus : Quelles écoles de commerce pour les khâgneux

Lire plus : L’ EM Lyon : une école qui place les humanités au cœur de son enseignement

 

 4) Un niveau en langues honorable

La dimension internationale des grandes écoles de commerce requiert nécessairement un certain niveau en langues vivantes : stages à l’étranger, étudiants et professeurs internationaux, cours et cursus anglophones, autant d’éléments qui justifient l’importance d’avoir un bon niveau en langue. Cette ouverture cosmopolite séduit notamment les khâgneux, souvent friands des parcours anglophones et des stages à l’étranger. Autrement dit, forts de leur précédent parcours exigeant en langues, les étudiants littéraires sont aguerris pour affronter la dimension internationale des Business Schools.

 

Lire plus : Comment enrichir son anglais quand on est en khâgne

 

 5) Un esprit critique aiguisé

Fermement opposés aux logiques binaires du bien et du mal, du non et du oui, les khâgneux sont plus que jamais valorisés au sein des écoles de commerce qui placent désormais l’esprit critique au cœur de leurs préoccupations : en effet, l’analyse, la nuance et la réflexion sont désormais les qualités essentielles du manager d’aujourd’hui, soit le manager capable d’anticipation, de prospection, de recul, de choix.Puisque faire preuve d’esprit critique reste finalement le plus grand enseignement de la khâgne, il semblerait que les littéraires soient particulièrement habilités à diriger dans un monde complexe et incertain qui ne se réduit pas à une simple équation.

 

 

Vous l’aurez compris : avoir fait khâgne avant une école de commerce n’est pas un handicap. Au contraire, ces étudiants peuvent se différencier par leurs qualités littéraires essentielles et indispensables dans le monde professionnel.

Vous pourriez aussi aimer