Les historiens à citer en dissertation : module France (1/2)

Tout comme les théories littéraires en dissertation de français, placer des historiens dans ta copie d’histoire peut être un réel atout, d’autant que ceux-ci peuvent te permettre d’approfondir certains points de ton cours de manière un peu plus claire et ludique. Le plus simple est d’associer un auteur à une œuvre correspondant à un chapitre. C’est pourquoi nous t’avons préparé une liste de livres d’historiens à placer selon les thèmes, dans le module France pour commencer. Bien sûr cette liste ne peut être exhaustive et les chapitres désignés sont certainement différents d’une prépa à une autre. Toutefois, celle-ci peut te donner une piste de recherche et peut t’aider à structurer ta pensée et ton développement.



La guerre franco-prussienne et la naissance de la Troisième République 

Pierre Milza, L’année terrible

“L’année terrible” (expression de Victor Hugo), est une année charnière non seulement entre guerre ancienne et moderne, mais aussi entre Empire et République. Elle est d’autant plus singulière par l’expérience de la Commune qui, loin d’être une révolution comme les autres, a des conséquences importantes sur la naissance de la Troisième République. Toutefois, le Commune est pleine d’erreurs et de contradictions en manquant notamment de figure forte qui rassemble. 

 

Michel Winock, Le siècle des intellectuels

La naissance des intellectuels, c’est-à-dire des personnalités qui s’engagent publiquement pour une cause, débute avec l’affaire Dreyfus. Cette crise politique, en plus de contribuer à l’émergence des nationalismes, provoque une fracture de la société entre dreyfusards (qui façonne la gauche) et anti-dreyfusards (la droite). 

 

La Première Guerre mondiale en France

Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, 14-18, Retrouver la guerre 

Ces historiens soutiennent la thèse de l’école du consentement (opposée à la thèse de l’école de la contrainte représentée par Antoine Prost par exemple) selon laquelle l’attachement à la nation et la protection contre l’ennemi sont les valeurs qui ont prévalu au sein de la société, ce qui a pu notamment expliquer certaines réactions très enthousiastes en 1914. 

 

Pierre Darmon, “Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France”

La grippe a touché toute la société, jusqu’aux familles très isolées, de par la densité extrême des germes et dû au manque de renseignements dans certains départements. La pandémie était très présente parmi les soldats dont l’évacuation était longue et compliquée et qui mouraient pour la plupart avant leur hospitalisation. La propagation du virus a également été aggravée par le mouvement des troupes et l’alcool qui circulait dans les usines. 

 

La période d’Entre-Deux-Guerres

Sophie Delaporte, Gueules cassées de la Grande guerre

Les “Gueules cassées”, c’est-à-dire les soldats défigurés à cause de la guerre selon l’expression du colonel Picot, sont les oubliés de l’histoire. Ils ont souffert d’une réinsertion beaucoup plus difficile malgré les nouveaux progrès de la médecine : greffe, appareils pour mâchoire, masques…

 

Gérard Noirel, Les ouvriers dans la société française

L’après Première Guerre mondiale voit le décollage de l’industrie française, d’autant que la reconstruction du pays nécessite 2 millions d’ouvriers supplémentaires. Avec la crise des années 1930 on assiste à la naissance du syndicalisme de masse, et le moment Front Populaire constitue un tournant pour la classe ouvrière qui s’impose sur le plan politique notamment en raison des grèves qui ébranlent la société.

 

Le régime de Vichy

Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944

Robert Paxton s’oppose fermement à la thèse du bouclier et de l’épée de Robert Aron selon laquelle le Maréchal Pétain aurait simulé une collaboration dans le but de protéger la France. En plus de minimiser la responsabilité de l’Etat français dans la déportation juive, cette thèse occulte le soutien de la population dont jouissait Pétain à son arrivée au pouvoir. En effet, le soutien à Vichy et la résistance seraient plutôt deux courbes qui se croisent en 1942. 

 

Eric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas

La mémoire de Vichy est particulièrement complexe car elle mêle besoin d’oublier et d’assumer à la fois. Le mythe résistancialiste qui est survenu après la guerre est révélateur de cette nécessité de refouler un souvenir honteux. Mais les institutions en place sont également attaquées et on leur demande d’assumer leur responsabilité. Pour les deux historiens, il s’agit surtout de tirer une leçon universelle de ce génocide car “cet évènement singulier n’est pas diabolique, il est humain et proprement humain”.

 

La France et ses colonies

Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce

Les effets positifs de la colonisation sur l’Empire français tels qu’on les pense habituellement sont à nuancer. A partir des années 1930 notamment le marché colonial ralentit l’émergence de nouveaux secteurs et la crise contribue au divorce de la France avec ses colonies. 

 

La Quatrième République 

Daniel Gaxie, “Les structures politiques des institutions. L’exemple de la Quatrième République”

Daniel Gaxie met en évidence les failles du régime des partis en expliquant que les petits partis, en multipliant les clivages politiques, empêchent une majorité potentielle et créent une impossibilité de coordonner les votes. De plus, les groupes politiques étant divisés, leurs membres sont davantage indisciplinés et chacun jouerait davantage son propre jeu que celui du groupe. 



Voici donc les points importants des ouvrages historiques en lien avec une partie des chapitres que tu as étudiés dans le module France. Ne manque pas les articles à venir sur les autres chapitres “France” ainsi que le module Monde !

 

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Rien de mieux pour vous entrainer à l'épreuve de la contraction de texte que les sujets des quinze dernières années.