Les notes de prépa : Comment les aborder ?

C’est bien connu, les notes en classe préparatoire font mal ; et surtout les premières. Choc, déception, colère, frustration,… nous sommes tous passés par là, et il est parfois difficile de garder le moral. Mais ne vous en faites pas ! On vous rédige aujourd’hui, à l’aide de témoignages d’anciens élèves de prépa, que l’on remercie, comment aborder ses premières notes en prépa et que faire pour les améliorer et garder le moral.


I/ Une première approche souvent brutale.


Une première chose qui me semble importante à dire : vous ne pouvez pas arriver en classe préparatoire en étant prêt. Sinon, le nom de la filière n’aurait aucun sens ! Lorsque vous entrez en classe prépa, vous avez le niveau du baccalauréat et non celui d’un élève entrant en grande école. Or, les professeurs font très rapidement preuve d’exigence pour que vous soyez parés pour les concours, ce qui est normal après tout. Vos notes risquent de chuter, surtout au début, que vous ayez déjà des difficultés dans certaines matières ou non.

«J’avais déjà des grosses lacunes en maths au lycée car j’avais pas eu beaucoup de cours et j’aimais pas trop ça. J’ai donc commencé avec des très mauvaises en première année, dont un 3 au premier DS, et elles n’ont pas beaucoup progressé tout de suite, entre 5 et 8 par la suite. Forcément j’étais déçu. » (EDHEC BS, Arthur Costa)

De même, si vous arrivez avec un bon niveau de Terminale en classe préparatoire, il est normal que vos notes baissent dès les premiers DS, ou plus tardivement. Les exigences se faisant de plus en plus ressentir sur les copies, il est tout à fait possible de se retrouver avec des notes insatisfaisantes.

« Quand je suis arrivée en prépa, je m’attendais à des séries de 3,4,5,… mais j’ai été agréablement surprise quand je pense à toute la pression que j’entendais quant à cette filière. Mais bon, quand les premières notes en-dessous de la moyenne sont arrivées, il a été difficile pour moi de prendre du recul. » (ESSEC BS, Alexandra Pommier) 

 

II/Prendre du recul sur ses notes sans tomber dans le piège de la « facilité ».


Vous l’aurez compris, il est primordial de savoir prendre du recul quant à ses notes en prépa. Vos professeurs vous l’ont sûrement déjà dit ou vous le diront, mais ce n’est pas vous qu’ils notent mais bien votre travail à un moment précis. Nous insistons sur ce point pour que vous compreniez que vos notes ne résument pas votre niveau global mais votre performance à un moment T.

« J’ai pris beaucoup de temps à me rendre compte que mes notes en DS ne représentaient pas mon niveau en soi et je pense que tous les élèves devraient savoir ça. De plus, en prépa, il est bien connu que les notes ne sont pas toujours équivalentes à celles que nous pourrions avoir dans d’autres programmes » (NEOMA BS, Patricia Salloum)

ll est tout à fait normal que cette prise de recul soit difficile parce que nous avons tendance à penser que notre copie, c’est nous. Et cela est bon signe car cela signifie que vous êtes impliqués dans votre travail. Gardez donc en tête que « personne n’est nul en prépa, seulement le travail peut être perfectible » (ESSEC BS, Alexandra Pommier) 

Ayez toujours en tête l’objectif de progresser, et vous y arriverez ! Ce que je vous conseille d’éviter néanmoins, c’est de rentrer dans la facilité et de dire que d’avoir des mauvaises notes en prépa, c’est normal. Évidemment que tout le monde aura une ou plusieurs mauvaises notes (sauf vous, chers lecteurs, car vous êtes trop forts!) mais il ne faut pas que cela devienne un prétexte. Vous connaissez vos capacités, alors soyez forts et accrochez-vous pour vous améliorer !

 

III/Demander des conseils et faire de ses faiblesses une force.


Maintenant que vous avez pris du recul sur vos notes, il est temps pour vous de progresser. Cela demandera du temps, de la remise en question et de l’investissement, pour sûr, mais la récompense n’en sera que plus belle ! Prenez le temps de réfléchir et de vous demander ce que vous devez travailler en priorité et ce que vous maîtrisez déjà bien pour prendre les bonnes habitudes au plus vite.

« Je me suis servi du choc des mauvaises notes pour me fixer des objectifs et travailler les points défectueux dans les matières où j’avais des difficultés pour grapiller des points, aussi faibles soient-ils. Et puis un jour, mes efforts ont fini par payer et j’ai décollé en maths en milieu de deuxième année jusqu’à 16,5 ! Je vous conseille donc de garder le moral, de croire en vous et d’apprendre des professeurs et des autres. » (EDHEC BS, Arthur Costa) 

Rappelez-vous donc que vous êtes accompagnés par des professeurs qualifiés, et que, même s’ils vous mettent des mauvaises notes en khôlles ou en DS, ils sont là pour vous aider ! Il est essentiel d’écouter leurs conseils car ils connaissent les attentes du concours et sauront vous guider. Donc osez les solliciter !

« Je demandais beaucoup de conseils à mes professeurs en khôlle, de maths et de micro-économie surtout, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs lors des DS et qu’ils puissent m’aider à mieux comprendre. » (NEOMA BS, Patricia Salloum) 


En conclusion, je vous dirai que le choc des mauvaises notes est inéluctable en prépa, mais qu’elles sont aussi le signe d’une marge de progrès que vous allez réaliser. Ayez confiance en vous, osez tenter en DS et en khôlle pour apprendre et progresser. Et surtout, soyez fiers quand vous aurez une bonne note. Vous l’aurez méritée !

Vous pourriez aussi aimer :
Les théories de la croissance forment un incontournable du programme d’ESH de première année. Ici, on te dit tout sur…