Les principaux chefs d’Etat d’Amérique latine #1

Il est important d’avoir une très bonne connaissance des chefs d’Etat sur le continent latino-américain pour développer vos idées et vos arguments dans les essais en espagnol. Cet article comme les suivants de cette série a pour objectif de revoir les différents chefs d’Etat en Amérique latine et leurs défis à relever durant leur mandat.

 

Gabriel Boric, le nouveau président chilien.

Le 19 décembre 2021, Gabriel Boric devient le nouveau président du Chili et succède à Sebastian Pinera. En effet, le représentant de la coalition progressiste Apruebo Dignidad a remporté le second tour des élections présidentielles avec 55% des voix face à son adversaire politique Jose Antonio Kast.

Alors que ce dernier était arrivé en tête du premier tour, Gabriel Boric a su convaincre les électeurs et mobiliser de nouveaux votants pendant la période de l’entre-deux tours pour finalement s’imposer avec 11 points d’avances. Le nouveau président de 35 ans est ambitieux puisqu’il souhaite avant tout tourner la page avec les vestiges politique de la dictature mais aussi adopter des mesures économiques importantes pour rendre le pays plus juste car, il faut le rappeler, le Chili est l’un des pays les plus inégalitaires de l’OCDE.

Enfin, son mandat sera aussi marqué par le changement historique de la constitution du pays puisqu’on le rappelle en 2020 le peuple chilien s’était exprimé positivement lors d’un référendum pour rédiger une nouvelle constitution et remplacer l’actuelle héritée de la dictature d’Augusto Pinochet.

Lire plus : Pourquoi la politique environnementale chilienne est-elle paradoxale ? 

 

Luis Arce, le nouveau visage du socialisme en Bolivie.

Le 8 novembre 2020, Luis Arce, l’ancien ministre de l’Économie de l’ex-président charismatique Evo Morales devient le nouveau président du pays andin. En effet, l’économiste de 57 ans fut élu le 18 octobre 2020 avec une victoire écrasante face à Carlos Mesa, dès le premier tour en récoltant 55% des voix.

Durant son mandat, Luis Arce devra relever le défi de réconcilier un pays fracturé par la crise politique post-électorale. En effet, on se souvient que lors des élections de 2019, Evo Morales en voie d’être élu de nouveau président, avait dû quitté le pays puisqu’il était accusé de fraude électorale par l’opposition provoquant une mobilisation massive du peuple bolivien dans les rues. Si Luis Arce est devenu le nouveau visage du socialisme en Bolivie, la question sera de savoir si ce dernier sera bien le dirigeant du pays ou au contraire l’homme de paille de son mentor Evo Morales.

Enfin, le nouveau président connu aussi comme le fondateur  du « miracle économique bolivien » sous la présidence Morales en obtenant un PIB record de 6% et une baisse de la pauvreté de plus de 20% devra rétablir et garantir la stabilité de l’économie du pays pour le moment plus que fragilisée.

Lire plus : L’Amérique Latine : un continent frappé en plein fouet par la violence

 

Alberto Fernandez, le président argentin aux multiples défis.

Alberto Fernandez devient le nouveau président argentin succédant à Mauricio Macri en août 2019 en remportant 48% des voix face à l’ancien président. Alberto Fernandez est défini comme un libéral de gauche, un libéral progressiste et débute sa carrière politique en 1983 aux côtés de Raul Ricardo Alfonsin, le premier Président élu argentin après les sept années de dictature instaurée par le général Jorge Videla. Il devient également un collaborateur important de la présidente Cristina Fernandez de Kirchner en 2007 mais décide finalement de démissionner un an plus tard par désaccord avec la cheffe d’Etat. C’est uniquement en 2018 qu’il décide de créer le « Frente Todos Coalicion 2019 » à nouveau avec Cristina Fernandez de Kirchner afin d’empêcher la réélection de Mauricio Macri.

Aujourd’hui, Alberto Fernandez doit faire face à une crise économique d’envergure avec un taux d’endettement extrêmement important, une baisse du revenu par habitant, un taux de chômage à plus de 10%, une inflation peu contrôlée et une augmentation importante de la pauvreté. Néanmoins, l’un des faits marquants de son mandat est sans nul doute pour le moment la légalisation de l’avortement depuis le début de l’année 2021.

 

Conclusion

Vous voilà parés pour utiliser ces chefs d’Etat dans vos essais et illustrer vos arguments afin d’obtenir une très bonne note en espagnol le jour des concours.

Matthieu Castagnos

Etudiant à Neoma Business School après 3 années de classe préparatoire. Je souhaite partager mon expérience à tous les candidats afin de leur permettre d'obtenir l'école qu'ils souhaitent.

Vous pourriez aussi aimer