Les références incontournables sur la France

Après ma série de fiches sur les références incontournables sur les continents du monde, voici une fiche qui cible la France !

 

  • H. Mendras, La fin des paysans 

Il constate la disparition numérique et sociologique du mode de vie paysan durant les 30 Glorieuses. C’est selon lui : «le dernier combat de la société industrielle contre le dernier carré de la civilisation traditionnelle».

 

  • De Gaulle

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France » ; « La France ne peut être la France que si elle est grande » ; « La décolonisation est notre intérêt et par conséquent notre politique » ; « La France ne fait des réformes qu’à l’occasion des révolutions ».

 

  • Jospin :« L’Etat ne peut pas tout »

Fait référence à l’impuissance publique vis-à-vis de licenciements prévus chez Michelin.

 

  • Christophe de Margerie

Total « nous sommes avant tout une entreprise française et européenne, une entreprise mondiale ça ne veut rien dire« .

 

  • François Dupuy 

Le sous travail, un fléau qui gangrène la société française.”

 

  • JF Gravier, Paris et le désert francais

Il dénonce la macrocéphalie parisienne. Double déséquilibre entre Paris et la Province et entre Est et Ouest.

 

  • Valérie Giscard d’Estaing

« l’agroalimentaire est le pétrole de la France » ; « la France est une grande puissance moyenne« .

 

  • Joachim du Bellay

« France mère des arts, des armes et des lois« .

 

  • Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses la révolution invisible

Montre l’ampleur des transformations et les causes du changement: rôle de l’industrialisation et de la modernisation sur l’amélioration des modes de vie. La France passe d’un état “en voie de développement”, à la situation aujourd’hui normale en France – économie industrielle et tertiaire.

 

  • Christophe Guilluy, La France Périphérique

D’un côté, Guilluy distingue des dominants vainqueurs de la mondialisation, à l’abri des grandes métropoles.

De l’autre, l’ancienne classe moyenne blanche, perdante de la mondialisation appauvrie, reléguée dans les espaces ruraux et périurbains. «Il  y a moins de distance entre un Parisien et un New Yorkais qu’entre un Parisien et un Creusois ».

 

  • Sébastien Abis et Thierry Pouch, Agriculture et mondialisation, un atout géopolitique pour la France, 2013

Les enjeux de la question alimentaire mondiale ont été mis en relief avec la crise de la faim de 2007. Une véritable géopolitique des matières premières se met en place, dans laquelle la France possède une place de leader. Au XXIème, la puissance de la France passera par une diplomatie agricole au service de son influence mondiale.

 

  • Nicolas Sarkozy : discours controversé de Dakar en 2007

« L’Afrique qui jamais ne s’élance vers l’avenir, il n’y a pas de place pour l’idée de progrès ».

 

  • Richelieu

«Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée ». Cette phrase de Richelieu porte toujours. Le gouvernement français méprise ce potentiel de notre pays. La mer est pourtant le nouvel horizon de l’humanité.

 

  • Emmanuel Macron à l’ONU

La France joue le « rôle d’une puissance d’équilibre ».

Climat, Amazonie, santé, tensions entre l’Iran et les Etats-Unis, Syrie, Libye, Alliance pour le Sahel, commerce international : le président Emmanuel Macron monte sur tous les fronts pour que la France joue le « rôle d’une puissance d’équilibre ». 

Emmanuel Macron avait appelé à une « une prise de conscience et la défense d’une souveraineté européenne » face à Pékin, qualifié par la Commission européenne de « rival systémique ». 

 

  • Ambassadeur de France en Chine

« La France doit rester une puissance d’équilibre entre la Chine et les États-Unis » ça veut dire qu’il ne faut pas qu’elle choisisse un camp.

 

  • Nicolas Baverez, Les Trente piteuses

La France est aujourd’hui « l’homme malade d’une Europe décadente. » Il évoque un rôle trop fort de l’État, une chute de l’industrie, l’absence de projet politique, l’immobilisme pendant la période 1974-2004 qui a conduit à un déclin de la France.

 

  • Guillaume Duval, La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! 

La France ne parvient pas à faire le deuil de sa puissance. Sentiment d’un déclin ininterrompu du pays, par rapport à un «âge d’or» fantasmé où la France était un modèle pour le reste du monde.

Ce déclin incontestable n’a rien de catastrophique : ses infrastructures, sa protection sociale de qualité, son épargne, ses scientifiques bien formés ou encore ses espaces agricoles importants sont des atouts.

Guillaume Duval considère que la France gagnerait à se concentrer sur la défense de son modèle social, à donner la priorité à la transition écologique.

 

  • Francois Raulin

Recomposition de « l’hyper mondialisation » terme de El Mouhoub Mouhoud

Alors qu’au milieu des années 1980, le poids du secteur industriel représentait encore 20 % du PIB français, celui-ci ne représente désormais plus que 12 % aujourd’hui. C’est un décrochage industriel (pour reprendre le titre du livre d’Elie Cohen).  

Alisa TCHEGODAEVA

Etudiante à HEC Paris après 2 ans de classe préparatoire ECS au lycée Hoche, j'ai à coeur de vous partager mon retour d'expérience et vous aider à bien vivre votre prépa.

Vous pourriez aussi aimer