L’immigration : un danger pour le marché du travail ?

Tout d’abord, il est nécessaire de définir ce qu’est le marché du travail et de rappeler la définition exacte de l’immigration qui est encore trop de fois confondue par les élèves.

Premièrement, le marché du travail est le lieu fictif de rencontre entre les employeurs et les salariés. Deuxièmement, l’immigration ce sont des étrangers (donc nés dans un autre pays) voulant vivre sur le territoire d’un pays hôte.

 

Lire plus : Travailler une matière en autonomie, comment éviter de commettre une grosse erreur ? 

 

Pourquoi s’intéresser au sujet de l’immigration en cette période ?

L’immigration est toujours un sujet d’actualité qui suscite de vives réactions et qui embrase les plateaux télé en vue des élections présidentielles. En effet, certains en font même leur fer de lance comme le polémiste devenu récemment candidat : Eric Zemmour.

En général, et je mets en relief le « en général », les partis de droite et d’extrême droite sont plus favorable à une limitation de l’immigration ou pour certains à son arrêt total tandis que les partis de gauche et d’extrême gauche optent davantage pour une immigration dérégulée ou du moins sans limitation drastique.

Si le sujet est si souvent abordé, c’est parce qu’il a un impact sur le marché du travail et préoccupe donc la majorité des Français qui s’interrogent en vue de la difficulté croissante pour trouver du travail.

La question de l’immigration peut aussi être abordée en cas de contexte économique fragile comme lors d’une crise économique. En effet, lors de celle-ci, nous allons observer une augmentation du chômage et l’arrivée d’étrangers va être perçue comme une menace pour la culture commune. Menace car il en est peut-être la cause et/ou va aggraver la situation.

 

Lire plus : Une sociologie de l’emploi : le travail est-il toujours facteur d’intégration ? 

 

Pourquoi l’immigration est vue un danger sur le marché du travail français ?

Comme tout autre marché, le marché du travail fonctionne sous la loi de l’offre et la demande et donc répond à des mécanismes économiques logiques.

Du côté de l’offre, nous allons retrouver les travailleurs et du côté de la demande nous allons retrouver les entreprises cherchant à recruter. Plus l’offre est supérieure à la demande, plus il va être difficile de trouver du travail car la concurrence est rude et les entreprises disposent d’un vivier de travailleurs important. L’immigration va venir ajouter des travailleurs (immigrés) qui vont donc se placer du côté de l’offre ce qui va encore une fois rendre la tâche encore plus éprouvante pour décrocher un emploi, d’où la pensée populaire.

Face à ce déséquilibre sur le marché du travail, l’immigration provoquerait donc du chômage à court terme.

 

Quels autres facteurs peuvent entrer en jeu afin de contrebalancer cette théorie ?

Premièrement, il y a la flexibilité du marché du travail. Si le marché est plus flexible alors le coût du travail varie plus facilement à la loi de l’offre et de la demande. En effet, si l’offre de travailleurs augmente alors les salaires vont baisser car les entreprises auront moins de mal à trouver preneur. Ainsi grâce à un coût du travail moins élevé, les entreprises peuvent être tentées d’embaucher davantage ce qui ferait diminuer le chômage.

Deuxièmement, l’arrivée d’immigrés n’a pas obligatoirement un impact direct sur la difficulté des autochtones à trouver du travail car les immigrés sont plus touchés par le chômage que la population autochtone. En effet, il y a le problème du transfert de compétences, avec parfois la langue du pays qui n’est pas assez maîtrisée ou encore des diplômes non reconnus ou ne trouvant pas d’équivalent dans le pays hôte. En conséquence, ils seront orientés vers des métiers peu qualifiés. Ce qui peut aider à déconstruire l’idée populaire selon laquelle les immigrés « volent » directement le travail des autochtones.

De plus, ces métiers peu qualifiés sont souvent vacants. En effet, malgré le chômage en France, chaque année on compte des centaines de milliers de postes vacants, il s’agit souvent des mêmes secteurs comme le bâtiment ou encore le service à la personne. La population immigrée se voit donc attribuer généralement des postes dans ces secteurs-ci.

Enfin, l’arrivée d’immigrés augmente la population du pays et donc le nombre de consommateurs et cela peut être bon pour l’économie du pays et donc le chômage.

Un immigré comme toute personne vivant sur le territoire va chercher à se nourrir, à se loger, à consommer divers biens et services et ainsi accroître la demande. Pour faire face à cette hausse de la demande, les entreprises vont devoir augmenter leur production, et donc bien souvent recruter du personnel. Ainsi, en consommant dans le pays, un immigré peut contribuer à la baisse du chômage et permettre aux entreprises du territoire de se développer davantage.

 

Mais alors quelle conclusion en tirer ?

La réponse dépend évidemment des croyances et des idées politiques de chacun. C’est pourquoi nous constatons autant d’avis divergents sur la question de la part de nos politiciens. Certains sont plus pragmatiques que d’autres et n’auront donc pas la même vision de l’impact que peut avoir l’immigration sur le marché du travail. Une chose est sûre, c’est qu’avant de tirer des conclusions hâtives, il est essentiel de comprendre tous les mécanismes autour du marché du travail, ses règles, son offre et sa demande afin d’avoir un avis le plus juste possible sur la question et pouvoir en justifier.

 

Lire plus : Bien se connaître pour travailler efficacement

 

 

Yonni Dana

Actuellement à GEM, après trois ans de prépa ECE, j'ai pour but de vous transmettre mes connaissances en ESH afin que les mécanismes économiques n'aient plus de secret pour vous !

Vous pourriez aussi aimer