L’importance du thème grammatical

En langues, qu’il s’agisse de la LV1 ou de la LV2, le thème est une sous-épreuve incontournable. Il mérite donc d’être bien travaillé pour s’assurer d’une note correcte, voire mieux, atteindre les meilleures notes ! Selon les années ou les types d’épreuves, le thème peut être davantage littéraire, journalistique ou grammatical, mais dans tous les cas, ce dernier ne doit pas être négligé.

 

Un rappel des différents types de thème selon les banques d’épreuves

BCE

Il existe deux types d’épreuves selon les écoles visées :

ELVI (aussi appelé CCIP) : que ce soit en LV1 ou en LV2, le thème se fait sous forme d’un texte, très souvent tiré d’une oeuvre littéraire. On retrouve donc souvent des dialogues ou du vocabulaire soutenu, par exemple. Le thème compte pour 20/100 de la note, soit 4 points sur 20. Et ces points peuvent faire toute la différence !

IENA : en LV1, le thème est un texte souvent journalistique, tiré de médias comme Le Monde ou les Échos. En LV2, il s’agit de 10 phrases de thème grammatical. Chaque sous-épreuve (version, thème, compréhension et expression) est notée sur 20 ; le thème compte donc pour 5 points sur 20, soit le quart de la note.


ECRICOME

Sur le site d’Ecricome, on retrouve la présentation suivante des épreuves de langue : « Les épreuves de langues ont pour but de vérifier l’existence des bases grammaticales et lexicales ; valoriser la connaissance et la maîtrise de la langue. Afin de mieux refléter l’actualité, les textes journalistiques servant de support aux différentes épreuves de langues seront nécessairement des textes publiés après le 1er mai de l’année qui précède le concours ». Encore une fois, suivre l’actualité est indispensable pour pouvoir comprendre les textes qui vous seront proposés. Et qui sait, vous ferez peut-être partie des chanceux qui avaient déjà lu l’article qui tombe en thème le jour du concours ?

Le thème est globalement sous la même forme que pour l’épreuve IENA. En LV1, il est sous forme d’un texte d’environ 180 mots, d’un auteur français du XXème ou XXIème siècle, et il est souvent de type journalistique (mais peut aussi être littéraire). En LV2, il est composé de 10 phrases de thème grammatical, indépendantes, faisant appel à la grammaire et au vocabulaire de base. Chaque exercice est noté sur 20.


Connaître parfaitement sa grammaire et se familiariser avec des structures récurrentes

S’entraîner régulièrement sur des thèmes grammaticaux permet de perfectionner son niveau de grammaire, ce qui vous sera bénéfique pour exceller aux concours, qu’il s’agisse de l’écrit comme de l’oral ! En effet, si vous voulez parler couramment une langue, la base de la base, c’est d’avoir une grammaire solide. Le reste, comme le vocabulaire par exemple, en découle. Donc même si en épreuve CCIP le thème est davantage littéraire, il n’est pas moins attendu de vous une très haute maîtrise de la grammaire !
De plus, vous verrez en vous entraînant que ce sont souvent les mêmes structures qui reviennent, notamment dans les phrases d’Ecricome ou de IENA LV2. Les concepteurs de l’épreuve vous tendent des pièges, et les correcteurs s’attendent à ce que vous tombiez dedans : à vous de les anticiper en les connaissant ! À partir du moment où vous savez repérer des structures à problème, vous êtes en mesure de les traduire, si vous vous êtes suffisamment entraînés au préalable. Enfin, si vous connaissez une très bonne traduction d’un mot ou d’une expression, vous pouvez même avoir une bonification et ainsi gagner des points supplémentaires !

 

Enrichir son lexique

En vous entraînant sur du thème grammatical, vous allez rencontrer des expressions idiomatiques qui peuvent revenir dans des thèmes journalistiques (relatifs à l’économie ou l’environnement par exemple), ou même littéraires (tournures d’insistance, verbes de regard, expression de la durée…). Mais ce n’est pas tout : en plus de toutes les notions de grammaire, vous rencontrez aussi du vocabulaire qui peut être à la fois courant comme très spécifique. En notant le vocabulaire inconnu et en le mémorisant, vous développerez ainsi un registre solide, à base de vocabulaire précis, d’expressions idiomatiques, de mots de liaisons, etc, pour étoffer votre contenu lors de la partie d’expression personnelle (essai et question de compréhension). Et même si votre contenu doit rester fluide et pertinent, il ne faut pas oublier que dans l’essai, la forme compte pour 12 points sur 20, tandis que le fond ne compte « que » pour 8 points. Alors, en employant une langue riche et correcte, et en ayant recours à des expressions idiomatiques, votre essai sera forcément valorisé et vous pourrez ainsi espérer décrocher une très bonne note à l’épreuve !

 

En définitive, il est donc toujours utile de s’entraîner sur des phrases de thème grammatical (même si l’épreuve finale se fait sous forme d’un texte littéraire). En plus d’apporter une base grammaticale solide, indispensable quel que soit le type d’épreuve pour acquérir un bon niveau dans la langue, le thème grammatical permet aussi d’enrichir son vocabulaire.
C’est pourquoi tu retrouveras sur notre site plein d’articles avec plusieurs phrases de thème grammatical sur notre site, pour t’entraîner et être fin prêt le jour de l’épreuve !

Maiwenn Kerzerho

Étudiante en pré-master à l'ESSEC après deux années de prépa ECE, je vous apporte mes meilleurs conseils pour survivre à la prépa et réussir les concours !

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Félicitations à Timothé pour cette très bonne copie sur le sujet proposé par l'ESSEC: Le modèle français est-il à bout…