L’inflation est-elle partout et toujours un phénomène d’origine monétaire ?

Voici une proposition de réponse à ce sujet qui pourrait être posé à l’oral, ou en colle. La réponse est composée d’éléments dont il était possible de parler dans un tel sujet. Bien sûr, le jour de l’oral il aurait fallu détailler un peu plus chaque point, y compris l’introduction. Il faut également préciser qu’il n’y avait pas qu’une seule réponse possible, ce n’est qu’une proposition parmi d’autres.

 

Eléments d’introduction :

La crise de 1929 a été interprétée par les monétaristes Friedman et Kindelberger comme le résultat d’une mauvaise politique monétaire de la FED qui avait fixé ses taux d’intérêts trop bas, ce qui a généré de l’inflation (hausse continue, cumulative et autoentretenue du niveau général des prix).

Ce qui explique pourquoi Friedman formule dans son ouvrage de 1968 (intitulé Inflation et système monétaire) « l’inflation est toujours et partout un phénomène exclusivement monétaire ».

Seulement, il semblerait que la hausse de la masse monétaire en circulation ne soit parfois que la conséquence d’un changement en particulier.

Dès lors, on peut se demander si, comme dit Friedman, l’inflation est partout et toujours d’origine monétaire ?

 

I- Une origine monétaire

 

  • Inflation monétaire

La controverse Bodin-Malestroit : émettre plus de monnaie que le stock d’or => hausse monnaie en circulation => hausse des prix donc inflation.

Friedman : « l’inflation est toujours et partout un phénomène d’origine monétaire » « elle est simplement provoquée par une hausse plus rapide de la quantité de monnaie que du niveau produit ».

Ricardo: Essai sur le haut prix du lingot : après la fin de la convertibilité or, les banques sont plus libres et ont accordé trop de crédit : d’où de l’inflation. Pour lui la monnaie est exogène => l’origine ultime de l’inflation est la monnaie.

 

  • Inflation de demande : origine monétaire également

La création monétaire est endogène, c’est à cause d’un excès de demande de crédit qu’il y a trop de création monétaire.

  • MAIS: pour que cela soit inflationniste il faut qu’il y ait une contrainte d’offre, c’est-à-dire des blocages structurels comme une situation d’économie au plein emploi => l’ajustement se fait par les prix et non par les quantités.
  • Alors qu’en situation de réserve de main d’œuvre, l’ajustement peut ne pas se faire par les prix, car on est loin du plein emploi.

Concernant l’inflation de demande, Keynes parle d’« écart inflationniste », c’est-à-dire d’un excès de demande par rapport à l’offre globale, qui serait à l’origine de cette inflation.

  • ATTENTION: On lui attribue cette idée même si pour lui une relance n’était pas inflationniste de manière générale (car sous-emploi) mais l’était uniquement en situation de plein emploi.

De plus, une hausse de la masse monétaire est TOUJOURS présente en situation d’inflation (même si ce n’est pas le seul facteur d’inflation : voir partie 2).

Exemple historique illustrant l’inflation d’origine monétaire :

  • L’hyperinflation allemande de 1923 qui a pu être attribué à une origine monétaire. On voit le rôle des anticipations et de la spéculation sur la dette publique. La banque centrale a monétisé la dette, de manière contrainte par la situation de la dette publique qui menaçait un défaut souverain. L’origine est le manque de crédibilité…

 

II- Mais l’inflation n’est pas que monétaire

 

  • Inflation par les coûts

Les entreprises fixent leurs prix en fonction des coûts de production (et donc de leurs marges). Donc une hausse des coûts de production se répercute sur les prix ce qui provoque une hausse des prix.

Une hausse des Coûts Salariaux Unitaires (CSU) font augmenter les coûts de production. Cette hausse des CSU est possible par exemple quand les salaires augmentent plus vite que la productivité.

  • On observe aussi parfois des boucles prix-salaire : hausse prix = hausse salaires = hausse prix = ETC.

Inflation importée : C’est l’exemple des importations incompressibles, c’est-à-dire des biens étrangers qui coûtent plus cher mais dont on ne peut pas se passer. On peut aussi se retrouver en situation d’inflation importée quand un pays fait face à une dépréciation monétaire qui provoque une hausse des prix des biens importés.

 

  • Inflation de productivité

Des secteurs ont de plus forts gains de productivités que d’autres. Ces secteurs, face à des revendications salariales à la hausse peuvent augmenter les salaires sans augmenter les prix. Mais, cette hausse de certains salaires provoque des revendications salariales à la hausse chez les salariés des secteurs à faible gains de productivité.

  • Ces secteurs vont devoir augmenter les salaires, mais pour cela ils vont devoir augmenter les prix, ce qui générera de l’inflation.

 

  • L’inflation comme origine monétaire de Friedman ne démontre pas la cause ultime

 

  • Anticipations : L’inflation peut provenir des anticipations futures d’inflation des agents : « illusion nominale ».

 

  • Monnaie est endogène et exogène

Friedman considère la monnaie comme exogène (cause ultime de l’inflation). Mais, la monnaie est aussi endogène, c’est-à-dire qu’on émet plus de monnaie à cause de la situation de l’économie.

  • Par exemple, la guerre oblige à la création monétaire pour la reconstruction, les dépenses d’armement ou encore pour la reconversion de l’appareil de guerre (après-guerre). L’excès de monnaie n’est pas la cause ultime, c’est la conséquence de la guerre.
  • Par ailleurs, une hausse de la masse monétaire à court terme n’est pas toujours inflationniste. Il y a en effet un retard dans l’ajustement des salaires à causes par ex des coûts de catalogues.

 

CONCLUSION :

 

Ainsi, l’inflation est certes un phénomène d’origine monétaire, mais l’aspect monétaire n’est pas suffisant pour expliquer l’inflation. C’est une condition nécessaire mais pas suffisante. Il y a en effet d’autres origines de l’inflation.  

 

Voilà, j’espère que l’article aura pu t’aider. Si tu as d’autres incompréhensions concernant l’ESH, n’hésite pas à aller consulter les autres articles disponibles sur notre site !

Vous pourriez aussi aimer :
Le temps que l’on utilise le plus dans nos essais d’allemand est le passé composé. Il a la même fonction…