Géopo ESSEC 2020 – Analyse du Sujet

HGGMC ESSEC 2020 – Analyse du Sujet

 📸 Ne manquez aucune information concours en nous suivant au quotidien sur notre compte Instagram 📸

Découvre sans plus attendre l’analyse du sujet d’Histoire Géographie et Géopolitique du Monde Contemporain ESSEC 2020, épreuve phare en voie scientifique qui marque le début de la BCE. 

POUR VOIR LE SUJET DE LA GEOPO ESSEC

POUR VOIR TOUS LES SUJETS ET LES ANALYSES DU CONCOURS BCE 2020

 

Le bassin méditerranéen : un espace de crises et de rivalités internationales depuis la fin de la guerre froide

Le sujet de cette année en a bluffé plus d’un mais bonne nouvelle :  il est plus facile de faire la différence et de marquer positivement le correcteur.

La difficulté du sujet résidait dans le traitement seulement des États sur le pourtour du bassin méditerranéen, et non de l’Europe, de l’Afrique ou du Proche Orient dans son intégralité. Le bassin méditerranéen regroupe une vingtaine de pays comme le montre la carte ci-dessous.

Un espace est une zone, dans le cadre de ce sujet il s’agit du bassin méditerranéen. Le sujet précise que le bassin méditerranéen est un espace de crises et de rivalités, il faut donc définir ces deux termes.

Une crise provient d’un conflit dans les relations entre deux ou plusieurs États, dû à une certaine rivalité. Une rivalité, en géopolitique, est une situation dans laquelle deux États sont engagés dans une relation compétitive durable. La rivalité est l’esprit « l’un contre l’autre » entre deux États. La rivalité est l’antonyme de la coopération.

« Depuis la fin de la guerre froide » : l’intitulé du sujet impose la temporalité, cependant cette temporalité demeure assez vague. En effet il n’y a pas de date précise de la fin de la guerre froide. Le candidat pouvait « choisir » sa temporalité en la justifiant. Par exemple, le candidat pouvait prendre le 09 novembre 1989, date de la chute du mur de Berlin, ou bien le 26 décembre 1991, date de la dislocation de l’Union soviétique. Toute autre date était la bienvenue à condition de la justifier correctement.

 

Nommée « la mer de toutes les batailles » par les Romains, la mer Méditerranée est, depuis au moins trois mille ans, le lieu d’innombrables conflits car son contrôle est la clef de l’approvisionnement des pays riverains.

Le sujet présuppose ainsi que le bassin méditerranéen est un espace de tension géopolitique.

 

Dans un premier temps, il est nécessaire de confirmer ces propos en illustrant avec des exemples. Une multitude d’exemples sont à votre disposition : la crise migratoire, le printemps arabe, la guerre civile syrienne. Mais il faut tout de même faire attention : l’objectif du sujet n’était pas d’énumérer toutes les crises et les rivalités présentes dans le bassin méditerranéen. Le candidat doit dresser une problématique solide qui va lui donner les moyens de raisonner et de créer une réflexion sur l’instabilité et le futur de l’interface méditerranéenne.

De plus, le sujet précise « Le bassin méditerranéen : un espace de crises et de rivalités internationales ». Il est important de mentionner les interventions des pays extérieurs au bassin dans les rivalités et les crises, et tout principalement celles de la Russie et des États-Unis.

 

Il peut être intéressant de faire un parallèle entre la fin de la guerre froide, qui opposait ces deux États, au fait que le bassin méditerranéen est devenu un espace où chaque État exprime sa puissance et son influence.

L’ambition du président russe Vladimir Poutine est de garantir à son pays l’accès à toutes les mers. La présence de la base navale Tartous, en Syrie, à 30 kilomètres de la frontière libanaise en témoigne. Presque abandonnée au moment de l’effondrement de l’URSS, elle est redevenue absolument stratégique depuis dix ans, ce qui affirme l’importance du bassin méditerranéen dans la stratégie de puissance de la Russie.

A la chute de l’Union soviétique, le bassin méditerranéen était devenu une priorité pour les États-Unis. Il était l’axe stratégique de projection vers l’Est. Ils sont intervenus dans de nombreuses guerres sur le pourtour de la mer Méditerranée. Cependant, les États-Unis se retirent peu à peu du bassin méditerranéen.

 

De son côté, la Chine procède au rachat d’infrastructures portuaires en Europe pour faciliter l’acheminement de ses marchandises vers le marché européen dans le cadre de ses nouvelles routes de la soie. 

Quand on parle de la mer Méditerranée, un mot revient souvent : celui d’interface. La Méditerranée serait la limite commune à deux systèmes, deux ensembles, deux appareils que tout séparerait. Et ce serait justement ces différences entre ces ensembles distincts qui généreraient tensions et conflits. Toutefois, la séparation classique entre une côte septentrionale riche, démocratique, stable, laïque et un sud pauvre, sous le joug de tyrans et proie au chaos doit être dépassé pour comprendre la réalité plus complexe des pays du bassin méditerranéen.

 

 Il serait donc intéressant de subdiviser le bassin méditerranéen en différents espaces telles que la rive Nord, la rive Sud et la rive Est.

La rive Nord, c’est-à-dire les pays européens, possédent un niveau de développement supérieur aux autres rives, et subit, en quelques sortes, les conflits et les rivalités dans le bassin méditerranéen. La rive Sud fait face à la pauvreté et à la guerre, et est à l’origine de la crise des migrants dès 2010. Il en est de même pour la rive Est, espace de rivalités religieuses et territoriales.

 

Enfin, il est important de nuancer l’intitulé même du sujet. « Le bassin méditerranéen : un espace de crises et de rivalités » : cela implique-t-il nécessairement que cette espace se retrouve dans l’incapacité de coopérer ?

Par exemple, l’Europe a mis en place le Programme multilatéral de coopération transfrontalière “Bassin Maritime Méditerranée”, qui fait partie de la Politique Européenne de Voisinage. Le bassin méditerranéen est également un espace d’échanges qu’il est nécessaire de relever.

 

Pour finir sur les mots d’Yves Lacoste « Pour l’avenir, l’évolution de l’ensemble géopolitique Méditerranée dépend sans doute de ses relations avec l’Union européenne, mais probablement bien davantage du monde musulman. »

Vous pourriez aussi aimer :
Découvre sans plus attendre l'analyse du sujet d’Economie Sociologie et Histoire du Monde Contemporain ESSEC 2020, épreuve phare en voie…