Quand une loi russe attise les tensions au sein de l’UE

Il est intéressant de maîtriser la Russie pour les concours, c’est un état de plus en plus présent sur la scène internationale (et dans le programme des prépas EC).

 

La loi en question

Le 2 juillet dernier, Vladimir Poutine a signé une loi qui régule la production de l’alcool en Russie. A première vue, rien à voir avec la géopolitique. Sauf que cette loi réserve l’appellation “champanskoïe” (dérivé du mot champagne) aux vins effervescents produits en Russie. Les vins produits en France, et le vrai champagne donc, pourront garder l’inscription “champagne” en lettres latines sur l’étiquette. La contre-étiquette devra préciser en russe qu’il s’agit d’un “vin pétillant”.

Cette loi a provoqué l’indignation des producteurs français et l’annonce de la suspension des exportations vers la Russie par Moët Hennessy.

Lire plus : La Russie, 30 ans après la fin de la Guerre Froide 

 

Des répercussions géopolitiques lourdes

Les retombées de cette loi sont loin d’être économiques, puisque la Russie n’est pas une grande consommatrice de vins français. Les retombées sont bel et bien géopolitiques.

Il faut rappeler que les relations entre les pays occidentaux et la Russie se sont gravement détériorées après la crise de la Crimée en mars 2014. Lorsque la Russie annexe la Crimée, de nombreux pays d’Europe et d’Amérique du Nord décident de mettre en place des sanctions pour signifier leur désaccord.

Ces sanctions touchent avant tout les dirigeants responsables de l’annexion, les grosses banques russes, l’industrie installée en Crimée et les entreprises du complexe militaro-industriel russe. A son tour, la Russie met en place un embargo alimentaire qui interdit l’importation d’un grand nombre de produits agricoles venant d’Union Européenne, de Norvège, des Etats-Unis, du Canada et d’Australie.

Notons également que seuls les produits alimentaires pour bébés et les alcools étaient épargnés par l’embargo russe. La loi du 2 juillet étend donc en quelque sorte l’embargo vieux de maintenant sept ans.

La Russie montre qu’elle ne compte pas changer de direction en termes de politique internationale et est prête à se fâcher avec ses voisins européens pour défendre ses intérêts. Son comportement entre en contraste avec l’Arménie, qui, au même moment, accepte d’abandonner l’appellation Cognac pour ses spiritueux à l’horizon de 2046 contre 3 millions d’euros versés par l’Union Européenne.

Il faut noter que cette loi fait des mécontents en Russie, puisque des associations de fabricants et de distributeurs d’alcool ont adressé une lettre ouverte au gouvernement. Elles demandent de suspendre ou d’annuler les effets de la loi afin que le marché ait le temps de s’adapter aux nouvelles appellations.

Lire plus : Analyse de sujet : La Russie, partenaire ou menace pour l’UE ? 

 

Rappel du contexte historique à long terme

Voisins proches, l’Union européenne et la Russie ont depuis longtemps des relations compliquées. Les deux acteurs ont des relations économiques, politiques et culturelles de longue date. Ces relations subissent les effets de la divergence entre les visions politiques de l’UE et de la Russie. De nombreux pays d’Europe gardent encore un vif souvenir de la Guerre froide et du rideau de fer.

De ce fait, la politique de l’Union Européenne vis-à-vis de la Russie est difficile à établir. D’un côté, certains pays comme l’Allemagne, l’Italie ou les Pays-Bas (respectivement le premier, le second et le troisième partenaire économiques de la Russie en Europe) sont favorables à des relations plus étroites avec le pays. D’un autre côté, des états comme la Pologne ou les pays Baltes gardent un souvenir douloureux de la domination soviétique et tiennent à se protéger de l’héritière de l’URSS.

 

L’UE et la Russie, une relation comme chien et chat

Le programme officiel nous rappelle qu’il faut étudier la place et le rôle de l’Union européenne au sein du reste de l’Europe, dont la Russie, de l’ensemble des pays du sud et de l’est de la Méditerranée ainsi que du reste du monde. Effectivement, l’UE comme la Russie ne peuvent se penser l’une sans l’autre. Il n’y aurait pas de Russie sans Schopenhauer, Louis de Funès ou encore Pierre et Marie Curie. De même, l’Europe serait différente sans Pouchkine, Soljenitsyne et Tchaïkovski.

Retenons enfin que les relations entre l’UE et la Russie ne se limitent pas seulement aux tensions en Ukraine ou au pipeline Nord Stream 2. 

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer