Méthode de l’épreuve de résumé Écricome

Que tu sois en S ou en E, l’épreuve de résumé écricome est une épreuve, certes à petit coefficient (coefficient 3), qui peut faire la différence si la note obtenue est supérieure à 15.

Tout d’abord, le résume Écricome est une épreuve de 2 heures durant laquelle tu vas devoir résumer en 250 mots un texte d’environ 2000 mots. Certes 250 mots ce n’est vraiment pas beaucoup mais il y a une marge de plus ou moins 10%, c’est-à-dire que tu auras entre 225 et 275 mots pour faire ton résumé. Il n’est pas possible de dépasser sous peine de sanctions.

Comme tu n’auras que 250 mots environ pour résumer le texte, tu devras impérativement être synthétique et efficace dans ta rédaction. Par exemple, au lieu de dire « en train de quitter » il est préférable d’utiliser le gérondif en disant « quittant ». Ainsi, une économie de mots considérable a été réalisée.

 

Au niveau de la présentation, il y a certaines règles à respecter :

  • Il est impératif de faire un décompte des mots tous les 50 mots et de l’indiquer dans la marge par une double barre. Et si d’ailleurs tu n’as pas de marge sur ta copie de concours n’hésite pas à en tracer une à la main afin de faciliter la lecture de ta copie pour le correcteur.
  • Il est également nécessaire de préciser le nombre de mots à la fin de ton résumé. Exemple : Total : 265 mots.
  • Il faut également être intransigeant sur l’orthographe ! En effet, tu ne disposes que de 250 mots pour faire tes preuves il n’est donc pas question de se décrédibiliser par une faute absurde. Si toutefois tu fais une seule faute sur l’orthographe d’un mot en particulier ce n’est pas rédhibitoire.
  • Donner un TITRE à ton résumé, dont les mots ne compteront pas dans le décompte.

 

Concernant la méthode, il faut impérativement découper le texte en plusieurs parties afin de restituer un résumé cohérent du texte étudié. En général un texte se découpe en 3 parties, mais il ne faut pas avoir peur d’en faire plus car c’est parfois la meilleure attitude à adopter.

Le plus important est en effet de rester en cohérence avec le texte étudié, peu importe le nombre de parties que cela nous amène à faire. Notons quand même qu’au-delà de 5 parties il est souvent difficile de résumer correctement le texte sans oublier des informations capitales.

Il est également impératif de ne pas oublier le titre, et de ne pas négliger le temps nécessaire à son élaboration. En effet, il s’agit du premier élément que lira le correcteur et il est préférable qu’il ait une bonne première impression afin d’aborder votre copie avec un bon a priori.

  • Concernant l’élaboration de ce titre, il ne doit pas être trop long mais ne doit pas être trop court pour autant. L’idéal est un titre qui fasse entre 7 et 9 mots environ. Le titre doit comporter un mot désignant le thème du texte, et doit être écrit de manière à ce que les enjeux du texte soient mis en évidence.

 

En ce qui concerne l’organisation que tu vas devoir adopter durant l’épreuve, elle peut se diviser en 7 étapes :

  • LIRE LE TITRE : je te conseille avant toute chose de lire le titre de l’ouvrage duquel l’extrait étudié est tiré afin d’en effectuer une première lecture avec déjà une idée en tête de la thématique principale.
  • PREMIERE LECTURE : lors de cette première lecture, n’hésite pas à entourer des idées importantes, à marquer dans la marge du texte si tu as l’impression que tel paragraphe pourrait être l’endroit de « cassure » du texte (c’est-à-dire l’endroit qui va délimiter le passage à un autre paragraphe dans ton résumé).
  • DEUXIEME LECTURE : ensuite, tu vas faire une deuxième lecture du texte en résumant, par une ou deux phrases brèves, directement chaque paragraphe dans la marge.
  • TITRE
  • PLAN : le travail effectué lors de la deuxième lecture va te permettre d’avoir une vue d’ensemble sur le résumé afin de pouvoir établir un plan cohérent de ce dernier. Je te conseille de donner un titre à chaque partie. Celui-ci sera le fil conducteur de cette dernière afin de ne pas divaguer et de rester cohérent.
  • REDACTION DE CHAQUE PARAGRAPHE : laisse libre cours à ton imagination et à ton talent d’écrivain(e) afin de rédiger les paragraphes les plus synthétiques possible et les plus agréables à lire. ATTENTION : les paragraphes doivent être proportionnels par rapport à la taille de la partie du texte qu’ils résument, tout en n’étant pas trop déséquilibrés les uns avec les autres. Par exemple, pour un résumé en 3 parties, chaque paragraphe devra faire environ 83 mots.
  • RELECTURE DES PARAGRAPHES ET AJUSTEMENT DANS LE CAS OÙ IL Y AURAIT TROP DE MOTS

 

Il est important de préciser que la méthode que tu adopteras pour réaliser l’épreuve de résumé sera de manière générale la même que celle que tu utiliseras pour l’épreuve de contraction BCE (sauf bien-sûr concernant la gestion du temps). C’est pourquoi je t’invite à lire les autres articles concernant l’épreuve de contraction BCE proposés sur notre site afin d’avoir un aperçu de différentes propositions de méthodes.

Lire plus : Contraction : choisis ta méthode #01

Lire plus : Contraction : choisis ta méthode #02

 

Enfin, l’épreuve de résumé Écricome étant plutôt courte, il est primordial de bien gérer son temps. Il s’agit là d’un élément clé pour bien réussir son épreuve.

  • Mais bien gérer son temps est aussi l’un des éléments les plus durs de l’épreuve car il faut à la fois bien lire/comprendre le texte sans pour autant passer trop de temps dessus (30 minutes maximum si l’on compte les 2 lectures).
  • Il faut également passer du temps sur l’élaboration du titre: environ 10 minutes. Il faut noter que la difficulté à trouver un titre dépend très largement du texte étudié et de ta compréhension de ce dernier.

 

Voilà ! Tu es à présent prêt(e) pour ta prochaine épreuve de résumé Écricome. N’hésite pas à tester cette méthode lors de ta prochaine échéance, et à l’ajuster selon tes préférences.

PS : le sommeil sera ton meilleur ami ! Repose-toi bien avant chaque épreuve de résumé afin d’être le plus lucide possible.

Vous pourriez aussi aimer :
Pour la première partie de cette nouvelle chronique "Une semaine, un classique" nous nous intéressons à la fameuse constante d'Euler-Mascheroni,…