Méthodologie : Rédiger une introduction en CG

Dans n’importe quel devoir, l’introduction représente la première entrée en matière dans le sujet mais surtout la première impression du correcteur. C’est donc une des, voire la partie la plus importante du devoir, comme un correcteur ne lira pas deux fois une même copie, alors autant mettre tous les cartes de son cote, et ce dès le début. 

 

Généralités

Il faut concevoir l’introduction comme un entonnoir : on rentre progressivement dans l’exactitude du sujet. Dans un sujet, TOUS les termes sont importants et ils ont TOUS un rôle à jouer, c’est pourquoi espérer pouvoir « plaquer » une introduction apprise par cœur pendant l’année serait une grave erreur, car une introduction joue des spécificités des termes choisis par le concepteur. Il faut prendre le temps pour la rédiger sans forcément l’écrire en entier sur le brouillon car cela ferait perdre un temps précieux, qui ne se rattrapera pas par la suite.

 

Réflexion

Une introduction ne s’écrit qu’une fois le « brainstorming » réalisé, qu’une fois les grandes idées, les paradoxes, les références trouvées. En effet, une introduction bien rédigée montre tous les paradoxes du sujet et présuppose pour le correcteur une copie qui ne les oublie pas par la suite. Il ne faut donc pas partir dans la rédaction à la va-vite. L’introduction doit d’une certaine manière refléter un cheminement mental qui a soulevé les différents problème en tentant de faire des liens entre les différentes réponses possibles ; par exemple en redéfinissant les termes du sujet, en insérant des synonymes, des antonymes…

 

Rédaction

L’introduction doit être agréable, fluide et percutante à lire. Elle doit distinguer clairement plusieurs parties : l’accroche, la définition des problèmes et des enjeux, la problématique et enfin le plan. Il ne faut pas chercher à impressionner le correcteur qui ne peut que difficilement l’être en donnant toute les clés du devoir. Factuellement, il faudrait se lancer dans la rédaction « au propre » au bout de 45min-1 heure. Je déconseille de rédiger l’entièreté de l’introduction, cela fait perdre un temps fou. Au contraire je vous conseille de ne rédiger au brouillon que l’accroche, la problématique et l’annonce de la troisième partie, la partie qui peut faire une réelle différence dans un devoir.

 

L’accroche

Première impression, elle doit être tout particulièrement soigné. Une accroche en Culture Générale peut être une œuvre d’art, un tableau, une musique, un film (classique de préférence), un livre… Cette accroche doit être précise et claire : si c’est une citation, il faut bien la citer (phrase exacte, titre de l’ouvrage, du chapitre, date). Il faut montrer dès le départ que vous maitrisez ce dont vous parler. Une accroche soulève un problème, affirme un point de vue en contradiction avec le sujet mais qui lance un premier débat, qui apparait comme nécessaire pour le traitement du sujet. Concrètement, il faut relier au plus près du sujet la référence, en nommant textuellement le sujet du devoir à la fin de ce paragraphe.

 

La définition des termes du sujet

Il faut définir les termes de manière naturelle. Il ne faut surtout pas que l’introduction ressemble à une succession de définition. Pour les définitions, il faut imaginer un raisonnement logique où on intercale qu’à la fin entre virgule, une définition adapté au sujet. Par exemple le thème du concours 2022-2023 est le monde et il apparait clair qu’il faut connaitre au moins 5 définitions conceptuelles du monde pour entrer en matière dans un sujet : en fonction de l’approche du sujet. De plus, cette première définition sera l’objet tout au long du sujet d’un travail de redéfinition car elle apparaitrait insuffisante pour continuer.

 

Pour s’inspirer des bons devoirs; lire : Des bonnes copies de Culture Générale

 

Vous pourriez aussi aimer