Nourrir la planète : exigences paradoxales et nouvelle « géopolitique de la faim » (de la chute du mur de Berlin à nos jours)

Bienvenue en première, en seconde ou en troisième année de prépa ! Pour certains, il s’agit de la dernière ligne droite avant les concours BCE et ECRICOME 2022 ! Pour d’autres l’arrivée en prépa doit être une épreuve déroutante. Dans tous les cas, vous devez être stressés (c’est normal), paniquer pour un rien toutes les trente secondes (encore plus normal). Bref, la période n’est pas à la joie. Pour vous rassurer et entrer sereinement dans votre année, un moyen très simple : s’attaquer aux annales des années passées. Pour vous aider dans cette démarche, voici le seizième numéro d’une vaste série de reprise d’annales destinée à vous proposer une piste de réflexion sur les nombreux sujets déjà tombés aux concours. Attention : l’idée n’est pas ici d’avoir la prétention de fournir un corrigé parfait, mais simplement de vous guider dans votre réflexion ! Bon courage à vous et bonne lecture ! Aujourd’hui au programme, le sujet tombé en 2015 à l’épreuve d’Histoire, Géographie et Géopolitique du Monde contemporain de l’ESSEC.

NB : ce sujet pourra rappeler des souvenirs aux plus assidus des écumeurs d’annales. En effet, il s’agit d’un sujet qui étaient déjà tombé sous une autre forme quelques années plus tôt sous l’intitulé cette fois plus cours « Nourrir les hommes ». Ici, les concepteurs ont cette fois choisi de rajouter quelques précisions pour mieux guider les candidats ainsi que des bornes chronologiques (toujours utile face à une copie de concours car fixant quelques bornes à la réflexion des candidats).

 

 


Sujet : Nourrir la planète : exigences paradoxales et nouvelle « géopolitique de la faim » (de la chute du mur de Berlin à nos jours)

 

 

Définition des termes du sujet

  • Nourrir : Un mot assez déroutant qu’on ne s’attend pas à trouver dans un sujet de géopolitique aux concours. Si l’on prend la définition du dictionnaire Larousse, il sagit de « Donner à quelqu’un, un animal, un végétal les aliments nécessaires à sa vie, à son développement ». Ici il faut absolument décliner le mot « nourrir » selon différentes nuances ! On pensera notamment au « suffisamment nourrir » ou au « bien nourrir ».
  • Planète: Ici il s’agit bien évidemment de la terre ce qui veut dire que le sujet ne comporte pas de bornes spatiales et demandera donc au candidat une analyse globale, c’est-à-dire prenant en compte l’intégralité des blocs continentaux au programme d’ECS (ou pour les petits nouveaux d’ECG). Attention ! Si un seul mot est utilisé pour désigner ces différents continents, il faut bien sûr ne pas tomber dans les généralités et traiter le monde certes comme un tout, mais surtout comme un ensemble composé de nombreuses situations bien différentes.
  • Exigences : Éléments requis par une situation, nécessaires dans le cadre de la réalisation d’un objectif (ici il se trouve juste avant le mot puisqu’il s’agit de « nourrir les hommes »)
  • Paradoxales : Se dit d’un élément qui contient en lui, en ce qu’il provoque ou en ce qu’il demande des contradictions.
  • Nouvelle : Implique qu’il y ait eu une ancienne « géopolitique de la faim », donc un moment de rupture pour passer de l’une à l’autre
  • « Géopolitique de la faim » : On le sait, les auteurs les plus célèbres que vous cités dans toutes vos copies n’aiment rien plus que de placer le mot « géopolitique » dans tous les titres de leurs ouvrages. « Géopolitique de l’émotion », « Géopolitique du moustique », même « Géopolitique du football » existe aujourd’hui. On définira ici cette fameuse géopolitique de la faim comme l’ensemble des rapports de forces existants dans le monde concernant l’accès à l’alimentation.
  • De la chute du mur de Berlin à nos jours : La dernière partie du sujet placée entre parenthèses dans son intitulé nous offre une précision sur les bornes chronologiques du sujet qui démarre en 1989. Pourquoi ces bornes ? On pourra dire que la chute du mur correspond finalement à quelques années près à la fin de la Guerre Froide, donc à la fin de la bipolarisation du monde. On peut donc s’interroger : quel effet a eu le passage d’un ordre mondial bilatéral à un ordre mondial multilatéral sur les rapports de force concernant l’alimentation dans le monde ?

 


Problématique : L’Agriculture moderne est-elle en mesure aujourd’hui de fournir une alimentation suffisante et saine à l’ensemble des hommes ?

 

 

Proposition de plan détaillé

I. L’agriculture mondial en profonde mutation semblait avoir pris la mesure des mutations et des défis du XXème siècle

  • Un énorme bouleversement pour l’agriculture du XXème siècle, modernisée, avec de nouveau mode de production, donc plus efficace
  • De l’agriculture du petit paysan à une agriculture de grandes FTN intégrée dans la mondialisation
  • La réduction des famines et une baisse de la sous-alimentation malgré une augmentation ayant été multipliée par 6

II. Néanmoins de nouveaux défis semblent toucher aujourd’hui le milieu agricole

  • Un fait à l’échelle mondiale : certains pays souffrent encore énormément de sous-alimentation et dispose d’une agriculture encore majoritairement vivrière… pendant un comble que d’autres semblent touchés par des maladies dues à un phénomène de surabondance dans l’alimentation
  • L’augmentation exponentielle de la population couplée à une baisse des territoires agricoles multifactorielle, l’agriculture internationale va encore devoir redoubler d’efforts, alors que sa financiarisation peut être surfé d’une instabilité terrible
  • Une agriculture plus verte est aujourd’hui nécessaire mais les solutions sont encore inabouties… nous aussi devons repenser notre alimentation

III. Comment répondre aux défis de l’agriculture au XXIème siècle ?

  • Une régulation multiscalaire de l’agriculture mondiale est nécessaire
  • Pour certains pays, le plus important semble déjà de trouver la voie d’une agriculture permettant de nourrir l’intégralité de leur population
  • Trouver la voie d’une agriculture… et d’une alimentation durable
Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer