Un mois pour performer en composition française : les 10 erreurs à éviter

Pour conclure cette série # Un mois pour performer en composition française, découvrez dans cet article un florilège des erreurs à ne surtout pas faire dans votre copie : présentation, méthode, réflexion personnelle, gestion du temps, équilibre de la copie, références, style, on vous explique tous les travers à éviter !

 

 

 

Négliger la présentation de sa copie

Il s’agit de garder à l’esprit que la présentation est d’une part la vitrine de votre copie, et conditionne à ce titre la première impression que se fait le correcteur de votre composition ; d’autre part, une présentation soignée -introduction et conclusion soigneusement délimitées du développement, parties facilement identifiées, copie aérée- permet au jury de repérer clairement les différentes étapes de votre composition.

 

 

Sous-estimer la méthode

Performer à son épreuve de composition française n’est pas une question de « talent » : il s’agit avant tout d’une question de méthode. En effet, il est primordial de ne pas se précipiter, pour bien plutôt respecter soigneusement la méthode de chaque étape. Quelles sont les différents mouvements de mon introduction, comment se décompose une grande partie, comment présenter mon introduction, autant de questions à se poser.

 

 

Ne pas identifier la spécificité du sujet

Il est absolument primordial de ne pas substituer au sujet à traiter un ancien sujet qui ressemble plus ou moins : recycler paresseusement vos anciens sujets vous fait échouer à identifier la spécificité du sujet. Il s’agit donc de reprendre le travail d’analyse dans son intégralité et de ne pas céder trop facilement aux conclusions hâtives.

 

Lire plus : # Un mois pour performer en composition française : l’analyse du sujet

 

 

Rester dans les lieux communs

Le jury se lasse des lieux communs et des mêmes références sans cesse recyclées. Pour vous démarquer, il importe donc d’apporter une touche spécifique, des détails de votre cru : une analyse plus personnelle, une référence originale qui sort des sentiers battus, une remarque.

 

  

Apporter une réponse floue

Au terme d’une réflexion de près de six heures sur le sujet, il faut accepter de conclure, soit d’apporter une réponse tranchée et définitive. En effet, il ne s’agit pas seulement de faire une synthèse de votre réflexion, mais bien d’apporter la pierre finale à votre copie. Il serait dommage de rester dans le flou et l’incertain au terme d’une analyse bien menée !

 

Lire plus : # Un mois pour performer en composition française : la conclusion

 

 

Ne pas réfléchir à la gestion du temps

Il est impensable de vous lancer dans votre épreuve de composition -comme dans toute autre épreuve finalement- sans avoir en tête une idée de la manière dont vous allez gérer votre temps : cela vous exposerait à une copie déséquilibrée, voire inachevée. Dès lors, il importe de savoir combien de temps exactement vous vous réservez pour faire l’analyse du sujet, élaborer votre plan, rédiger votre introduction puis développer votre copie. N’oubliez pas de jeter régulièrement un œil à l’horloge !

 

 

Ne pas terminer sa copie

Il s’agit d’une erreur fatale, qui s’enracine souvent dans celle évoquée juste avant : ne pas terminer votre copie par manque de temps. Gardez à l’esprit qu’il vaut toujours mieux écrire une conclusion sur trois lignes en une minute que de ne pas avoir de conclusion du tout !

 

 

Faire des parties déséquilibrées

Il est essentiel que votre copie soit équilibrée : votre introduction ne doit pas être plus longue qu’une partie, vos parties doivent faire à peu près la même taille, etc. Ainsi, assurez-vous dès la phase d’élaboration du plan que vous avez suffisamment de références pour traiter chaque partie argumentative. Essayez d’avoir toujours le même nombre d’exemples dans une sous-partie (deux ou trois), de sorte à ce que l’ensemble de la copie soit bien équilibré.

 

 

Sous-estimer les références hors-programme

Sous-estimer l’importance des références hors-programme, c’est renoncer à la possibilité de se distinguer des autres copies : en effet, au-delà de la maîtrise des œuvres du programme, c’est bien le choix de références plus personnelles et plus originales qui permettra à votre copie d’être valorisée.

 

Lire plus : # Un mois pour performer en composition française : les références hors-programme

 

 

Partir dans des considérations trop compliquées

Attention à ne pas partir dans des développements trop philosophiques, des phrases à rallonge ou des concepts flous et mal maîtrisés : le plus simple est bien souvent le plus percutant. Faîtes des phrases simples, concises, avec du sens. L’important reste d’être compris par le correcteur !

Vous pourriez aussi aimer