The power of youth : un plan détaillé pour réussir en colle d’anglais

Les mouvements de jeunesse sont devenus un moyen efficace pour les jeunes de se mobiliser sur les nouvelles questions auxquelles leur groupe d’âge est confronté. Cependant, leur rôle et leur capacité à diriger les changements sociétaux et politiques suscitent des questionnements quant à la confiance qui pourrait leur être accordée.

Problématique générale : Faut-il faire confiance aux jeunes pour conduire les changements sociétaux et politiques ?

I- Les jeunes jouent un rôle essentiel et nécessaire dans le changement sociétal et politique

A) L’activisme des jeunes est indispensable pour susciter le changement

  • La dernière décennie a vu la génération Y émerger en première ligne des bouleversements sociaux et politiques en Europe. Des mouvements tels que la grève pour le climat, portée par Greta Thunberg, ou #NeverAgain pour le contrôle des armes à feu, ont démontré leur détermination à façonner un avenir plus juste. Ce rôle n’est pas nouveau, le XXe siècle a déjà vu l’activisme des jeunes catalyser des transformations majeures, de l’opposition à la guerre du Vietnam aux droits des homosexuels. Des figures telles que Malala pour les droits de l’homme ou Emma Gonzalez pour le contrôle des armes ont incarné cette force d’action. De même, l’engagement d’Emma Watson en faveur de la mode éthique et de l’égalité des sexes témoigne de cette volonté de changement parmi la jeunesse. 

 

Lire plus : Anglais: L’activisme des jeunes

 

B) Le rôle des jeunes dans le mouvement de lutte contre le changement climatique

  • Le dynamisme des jeunes dans la lutte contre le changement climatique est manifeste. Greta Thunberg incarne cette mobilisation de façon emblématique. Sa dénonciation véhémente de l’inaction des dirigeants mondiaux lors du Forum économique mondial a propulsé sa popularité à des sommets. Son engagement a inspiré une vague de protestations environnementales à travers le monde, la nommant même pour le prix Nobel de la paix.
  • D’autres mouvements de protestation ont également vu le jour aux États-Unis, comme le Sunrise Movement en Californie, une initiative de jeunes visant à inciter la sénatrice Dianne Feinstein à adopter une approche proactive de l’environnement, ou la plus jeune représentante républicaine, Alexandria Ocasio-Cortez, avec son plan de lutte contre les problèmes de climat et d’inégalité, appelé le « Green New Deal ».
  • Dans leur lutte contre le réchauffement climatique, les jeunes générations attendent bien plus du monde de l’entreprise qu’une simple réduction de leurs émissions de dioxyde de carbone et l’utilisation d’énergies renouvelables. Il est donc urgent d’agir à tous les niveaux de pouvoir.

 

Lire plus : Focus people #1: Alexandria Ocasio-Cortez

 

II/ Cependant, les jeunes souffrent de méfiance

A) Les jeunes semblent jugés inexpérimentés dans leurs actions

  • La jeunesse se heurte à une méfiance persistante, souvent perçue comme immature et incontrôlable. Selon les générations plus anciennes, les jeunes nécessitent d’abord une éducation, leur capacité et leur savoir étant jugés insuffisants pour s’engager pleinement dans la sphère politique. Ils sont parfois catégorisés comme des « apprentis politiques » illégitimes plutôt que comme des acteurs à part entière. En conséquence, leur voix électorale est souvent ignorée, en raison d’une participation aux urnes limitée.

B) Leurs initiatives font souvent l’objet de critiques

  • Malheureusement, même aujourd’hui, les manifestations orchestrées par la jeunesse sont régulièrement critiquées. Des personnalités influentes, telles que Donald Trump, ont publiquement attaqué des activistes comme Greta Thunberg, l’exhortant à « se taire et retourner à l’école ». Greta Thunberg, en dénonçant l’inaction des dirigeants face à la crise climatique, a été la cible de dénigrements. Des réponses telles que le tweet de Donald Trump, moquant ses propos et conseillant de maîtriser sa colère, soulignent la réaction critique et parfois dénigrante envers la voix militante des jeunes.

Conclusion

En dépit de leurs aspirations, les jeunes se heurtent à des barrières persistantes. Bien que leurs actions aient façonné des mouvements majeurs et promu des changements, la confiance en leur capacité à opérer des transformations reste entachée par des critiques infondées. Reconnaître leur potentiel, non seulement comme agents du changement mais également comme moteurs de progrès, nécessite une révision profonde des attitudes et des politiques. Seule une reconnaissance authentique de leur rôle crucial dans les décisions sociopolitiques pourra bâtir un avenir où la voix de la jeunesse est écoutée, intégrée et respectée.

Vous pourriez aussi aimer