Prépa : 5 conseils pour gérer sa rivalité avec les autres étudiants

Si la classe préparatoire donne naissance à de belles amitiés et à de précieux moments de fraternités, il est évident que l’enjeu du concours ouvre aussi la porte à une certaine rivalité avec les autres étudiants. Dès lors, comment trouver l’équilibre entre entraide collective et réussite individuelle ? Autrement dit, comment trouver sa place dans un groupe tout en réussissant à s’en démarquer ? Découvrez dans cet article 5 conseils pour gérer sa rivalité avec les autres étudiants quand on est en prépa.

 

Lire plus : L’esprit de compétition en prépa

 

 

 

S’entourer des bonnes personnes

Sachant que la prépa est un endroit fécond au développement de rivalités, il est essentiel de s’entourer de présences saines, c’est-à-dire d’étudiants réellement bienveillants, que vous ne verrez pas tant comme des rivaux que comme des personnes qui traversent les mêmes difficultés. Vous l’aurez compris : il est essentiel de fréquenter les étudiants qui vous ressemblent et que vous estimez afin de ne pas être dans un rapport de rivalité. S’il est toujours tentant de se comparer les uns aux autres, mieux vaut que cela se fasse de manière saine : votre ami qui a mieux réussi ce devoir que vous vous fait lire sa copie, et inversement.

 

 

Accepter d’aider les autres…

Plus vous entretenez de bonnes relations avec les autres étudiants de votre prépa, plus vous vivrez bien ces années difficiles. Autrement dit, se montrer agréable, avenant et sympathique avec les autres est aussi dans votre intérêt. Vous l’aurez compris : il ne s’agit pas de raisonner en termes de « Si je l’aide, alors il a plus de chance de réussir au concours, donc cela n’est pas bénéfique pour moi », mais en termes d’ambiance générale de classe. Ceux qui se sentent bien sont ceux qui réussissent le mieux. Il ne faut donc pas avoir peur d’apporter son soutien aux autres : si vous donnez vos notes à un camarade qui n’a pas suivi le cours, il est peu probable qu’il se l’approprie vraiment ; en revanche, cela créé une ambiance d’entraide et de soutien agréable pour tout le monde.

 

Lire plus : Trois idées originales de travail en groupe pour réussir sa prépa

 

 

… Et accepter de se faire aider

Dans la continuité du raisonnement précédent, il importe de comprendre que vous ne pouvez progresser qu’avec le soutien d’autrui, qu’il soit psychologique ou académique : en effet, avoir quelques amis bienveillants sur lesquels vous pouvez compter peut vous permettre de surmonter certaines difficultés de tous types (coup de blues, cours manqué pour diverses raisons, devoir à rattraper, etc.). Vous l’aurez compris : si vous êtes certes en compétition avec les autres étudiants dans la mesure où vous passez le même concours à la fin de l’année, ce sont ces mêmes étudiants qui peuvent vous aider à progresser et à surmonter ces difficiles années de prépa. Dans cette perspective, il n’est pas absurde de former un petit groupe de travail avec d’autres étudiants que vous avez identifiés comme sérieux, et avec lesquels vous allez certainement très vite sympathiser.

 

Lire plus : Khâgne : travail en groupe, bonne ou mauvaise idée ?

 

 

Fixer ses limites

S’il est essentiel de ne pas être dans un rapport constant de rivalité avec les autres étudiants de sa prépa, il importe également de ne pas tomber dans l’excès inverse : vous avez le droit de refuser de tout partager si vous réalisez que certaines personnes profitent de vous. Aussi est-ce à vous de fixer vos propres limites : par exemple, vous acceptez de partager vos notes de cours, mais vous préférez garder pour vous les notes des lectures personnelles que vous avez effectuées de manière complémentaire. Ainsi, vous parvenez tout de même à vous démarquer tout en entretenant un rapport sain aux autres.

 

 

Essayer de conserver ses principes

Refus de partager ses notes, cours volés ou encore ordinateur cassé, autant de tristes réalités en prépa, notamment dans les lycées les plus prestigieux. Aussi est-il essentiel de rappeler que la pression du concours et l’intensité de ces années de prépa ne justifient pas de renoncer à toute humanité ou à ses principes : au contraire, il est primordial de rester fidèle à votre caractère. La classe préparatoire n’est pas la jungle : elle ne le devient que si les étudiants choisissent de ne plus faire aucun effort les uns avec les autres. Aider autrui ne signifie pas lui donner un ticket d’entrée pour l’école la plus prestigieuse, mais faire preuve d’humanité même pendant les moments les plus difficiles.

 

 

Vous pourriez aussi aimer