Prépa ECG : comment aborder les khôlles ?

Les khôlles sont un élément incontournable de la classe prépa. Tout le monde doit y passer, même si elles peuvent être stressante. Alors voici comment les aborder au mieux.

 

Un exercice important

Les khôlles sont très importantes et doivent être vues comme un entrainement. Même si elles sont parfois pénibles à aborder, il n’y a aucun enjeu et la note de la khôlle ne définira pas votre note au concours. Il faut cependant aborder chaque khôlle comme un entrainement d’une grande importance et qui fera progresser si on y met du sien. Ainsi, de même qu’aux DS, chaque khôlle doit être perçue comme si c’était l’exercice le plus important, mais sans stress. Cet exercice fera basculer entre niveau moyen et bon niveau. Ainsi, si les khôlles sont si nombreuses, c’est parce que l’entrainement régulier permettra de progresser plus vite.

 

Le khôlleur est là pour vous aider

Les khôlles ne sont pas piégeuse, elles sont faites pour progresser et pour s’obliger à réviser son cours au fur et à mesure. La khôlle porte sur le chapitre en cours, ou parfois sur le chapitre de la semaine précédente. Ainsi, pour réussir une khôlle, tout le monde est obligé de réviser un minimum son cours au fur et à mesure. Attention, cela ne signifie pas ne travailler que pour les khôlles et oublier de suivre le cours du moment. En effet, cette méthode n’impliquera que du retard et de plus en plus de difficultés pour les prochains chapitres. La seule méthode est donc de travailler son cours au fur et à mesure dans chaque matière afin d’arriver prêt et sans stress à chaque colle.

 

Être honnête avec soi même

Si par hasard, le chapitre concernant la khôlle n’était pas maitrisé, il vaudrait ainsi mieux l’avouer au khôlleur et éventuellement trouver ensemble une solution plutôt que de perdre son temps à essayer de berner le khôlleur qui ne sera évidemment pas dupe. Le khôlleur pourra ainsi vous faire un petit récap sur le sujet demandé, ou vous proposer un autre sujet. Attention, il ne faut pas se servir de cette excuse uniquement pour ne pas avoir à traiter le sujet demandé, ce qui ne serait pas du tout une méthode pour progresser.

 

Le khôlleur s’adapte au niveau

De même, les colleurs ne sont pas là pour piéger et les notes et conseils reçu sont toujours constructifs. Personne ne cherche à mettre en difficulté dans le simple but de piéger. Si le sujet de khôlle est difficile, c’est sans doute que le khôlleur veut vous pousser pour travailler un point plus difficile et ainsi vous faire progresser. Sans doute a-t-il remarqué que vous vous débrouilliez bien dans la matière en question.

 

Le khôlleur est de votre côté

De même, il est possible de poser toutes les questions que l’on veut au khôlleur. En effet, peut être qu’un point n’est pas clair, peut être que le professeur est passé trop rapidement sur une notion, et qu’il est nécessaire d’y revenir. Ainsi, il ne faut pas hésiter à poser des questions supplémentaires au khôlleur.

 

Les khôlles sont une aide précieuse

Les khôlles sont réellement une chance, il ne faut pas les voir comme une corvée mais bien comme une aide, un bonus, une chance. En effet, en plus d’aider à progresser sur le programme et sur le fait de travailler régulièrement, les khôlles permettront de relativiser sur les oraux. Même si les oraux paraissent encore loin pour ceux qui rentrent en deuxième année, et encore plus loin pour ceux qui intègrent leur première année de prépa, il est nécessaire de s’y préparer durant les deux années. Chaque khôlle est un exercice sur le contenu mais aussi sur la forme, qu’il faut savoir maitriser pour passer les oraux des écoles en fin de deuxième année.

 

Lire plus : Réussir ses khôlles et oraux de culture générale 

 

Se plier au format de la khôlle

Ainsi, il est nécessaire d’assimiler la méthode de la khôlle, et de s’y plier car le format est le même qu’au concours. Il faut donc être prêt pour chaque format de khôlle. Même si le contenu est important, la forme l’est tout autant. Par exemple en langues, le format est assez rigide, il faut nécessairement tenir dix minutes sur la présentation et le commentaire. Le khôlleur y sera attentif. Il ne sert donc à rien de tenter de modifier le format, car tout le monde doit s’y plier.

 

Lire plus : Les khôlles d’HGGMC, comment les gérer ?

 

Les khôlles sont indicatives

Enfin, les khôlles ne sont pas faites pour miner le moral. Si la note obtenue est mauvaise, il ne faut pas pour autant penser que le niveau est mauvais. Le travail a peut-être été insuffisant, mais pas toujours. Parfois la notion évaluée n’est pas suffisamment comprise, mais c’est justement pour cela qu’il est important de passer la khôlle. Cela permettra ainsi de se rendre compte d’un manque sur une notion. De même le khôlleur n’est pas là pour rabaisser l’élève. Chaque remarque ou conseil est fait pour progresser.

Comment préparer ses khôlles en prépa ?

La régularité des khôlles en prépa est trop importante pour toutes les maîtriser sur le bout des doigts. Pour être prêt, il faut donc connaître son sujet et comprendre le raisonnement du professeur en cours (notamment en maths). Enfin, les khôlles sont un exercice, elles doivent aussi vous permettre de revoir ce que vous n’avez pas compris !

Comment ne pas être stressé en khôlle ?

La préparation est primordiale ! Bien que vous ne puissiez pas arriver en khôlle en maitrisant tout, plus vous aurez préparé votre khôlle en amont, plus vous arriverez serein.
Vous pourriez aussi aimer