L’importance de l’ESH et comment le travailler

L'importance de l'ESH et comment le travailler

L’importance de l’ESH 

E.S.H : 3 lettres qui peuvent faire frissonner bon nombre d’entre vous. 3 lettres qui permettront à certains de se propulser au concours, mais aussi 3 lettres qui peuvent anéantir bon nombre d’espoirs.

Et pour cause : le coefficient de l’ESH oscille aux concours entre 6 et 8, faisant de cette matière LA matière à travailler au quotidien avec les maths.

Chaque année, de nombreux étudiants font l’objet d’une énorme surprise en découvrant leur note finale, dans le bon comme dans le mauvais sens. A titre d’exemple, un de nos camarades de classe avait l’habitude de minorer dans cette matière et s’en est tiré le jour J avec pas moins de … 20/20 (épreuve ESCP Europe) ! Un autre encore était habitué des 9/20 pendant deux années et a fini avec un joli 16/20 (épreuve ESCP Europe). Comme quoi, tout est possible.

Evidemment, ce genre de surprise fulgurante n’a rien de garanti, raison pour laquelle il vous faut mettre toutes les chances de votre côté pour être prêt le jour des épreuves. Cela passe nécessairement par une stratégie bien précise et organisée qu’il convient d’appliquer scrupuleusement pendant vos années de prépa.

Comment travailler l’ESH ?  

Avant toute chose, rappelons que l’ESH est une matière à dissertation. Nul espoir donc de décrocher la moyenne pour celui qui n’en maitrise pas la méthode. Votre premier objectif est donc de savoir comment vous comporter face à un sujet : comment le problématiser, comment le ramener à une dizaine de questions essentielles, quels sont les points d’inflexion du sujet, quels en sont ses tenants et aboutissants ? Pour maîtriser la méthode, nous vous conseillons d’enchaîner des sujets sur des plages d’1h30. Objectif : réfléchir en profondeur sur la problématique posée et rédiger l’introduction, le plan détaillé et la conclusion.

Une fois la méthode acquise, il va vous falloir alimenter votre réflexion par du contenu. Il convient alors de diversifier vos sources d’informations.

1.Votre cours. Il doit être pris de manière scrupuleuse, organisé et clair. Vous en résumerez ensuite les points essentiels dans des fiches récapitulatives qui seront vôtres. Votre cours sert à comprendre et maitriser les grandes lignes de différents concepts et événements économiques. Il est donc crucial d’être à l’aise avec.

2.Les journaux & magazines économiques. La lecture assidue de ce genre de supports a le mérite de vous présenter de manière actualisée tous ces points abordés en cours. Tirez-en les idées, chiffres et citations essentielles et rajoutez les à vos fiches. Privilégiez : Les Echos, Alternatives Economiques, Courrier International et Le Monde.

3.La lecture active d’ouvrages de spécialistes. Cela peut paraître chronophage mais cette pratique, ô combien efficace, peut être salvatrice. Nous vous conseillons vivement de lire au moins un ouvrage de référence en lien avec le chapitre que vous êtes en train d’étudier. Cela a le mérite de vous faire rentrer dans des réflexions poussées sur le thème abordé par un auteur qui ramène pour vous le sujet à de grandes questions (n’est-ce pas là tout l’objectif d’une dissertation, au passage?). Privilégiez une lecture active, munie donc d’un stabilo. Les notes que vous prendrez seront à rajouter à vos fiches.

4.L’écoute de podcasts économiques. Cette pratique a le mérite d’être ludique tout en vous offrant l’opportunité d’écouter des spécialistes de l’économie livrer chacun leur point de vue sur un sujet bien précis. Nous vous conseillons en particulier : Splash et L’économie en questions.

5.Le travail sur de bonnes copies de concours. Trop souvent négligé, ce travail là vous permet de voir concrètement ce qui a fonctionné le jour J. Il vous sera d’une précieuse aide non seulement pour la méthodologie mais également pour le contenu (n’hésitez pas à tirer les idées de la copie et à les rajouter à vos fiches).

Pour plus de conseils au quotidien, retrouvez-nous sur Snapchat : mister_prepa

Benjamin Hautin

Etudiant à emlyon et fondateur du média, je m'occupe principalement des relations avec les Grandes Ecoles et du contenu en culture générale. Mon mot d'ordre : que chacun d'entre vous puisse viser les écoles de ses rêves, peu importe son lycée d'origine !

Vous pourriez aussi aimer :
Jugée à tort par les candidats comme une matière à la notation aléatoire, la culture générale mérite toute notre attention.…