[LIVRE] Lettre à nos petits-enfants – Keynes (1930)

Lettre à nos petits-enfants KEYNES, 1930

 Une vraie mine d’or pour les concours : Lettre à nos petits-enfants de J.M Keynes. Cet ouvrage est rempli d’idées qui recouvrent bon nombre de chapitres d’ESH de 1A et de 2A : Capitalisme, chômage, croissance …

Une ressource qui s’avère donc très utile pour une amorce, une ouverture, un argument, une partie 3 : Bref, une vraie aubaine pour apporter des « idées » originales à une copie.

La dernière édition du bouquin commence par une belle préface d’Orléan, aussi très intéressante, que nous nous sommes donc permis d’intégrer à cette fiche de lecture.

Ce type de fiche a un but purement utilitaire, le but n’est pas de vous raconter une histoire mais de relever les éléments utiles à retranscrire dans une copie d’ESH.

 

1)Préface d’André Orléan : De l’abondance à la sobriété

André Orléan explique que Keynes s’oppose aux classiques notamment parce leurs valeurs soutiennent que « le juste est injuste et que l’injuste est juste, parce que l’injuste est utile et que le juste ne l’est pas », et c’est à cause de la lutte pour la subsistance que l’humanité a adhéré à ces “principes pseudo-moraux”.

L’activité marchande, contrairement à ce que soutiennent les classiques, ne trouve pas son fondement dans le désir de liberté mais dans la soif de l’or alliée à la dépréciation systématique des plaisirs immédiats

Chez Keynes comme chez Marx, le capitalisme n’est qu’un régime transitoire dont la mission est de perfectionner les capacités productives humaines, afin de permettre l’avènement d’une société d’abondance. Une fois que la mission accomplie et la rareté disparue, le capitalisme n’a plus lieu d’être. 

« Mais le capitalisme doit impérativement susciter de nouveaux besoins pour écouler une production toujours croissante »

Keynes, qui s’est plus grandement penché sur la question du travail, estime que « le travail deviendra inutile et il en fixe la durée à trois heures pas jour pour “satisfaire le vieil Adam” »

Mais la durée du travail, même si elle a baissé, est encore loin des trois heures pas jour. 

 

  • Thèse de Marshall Sahlins (dans Age de pierre, âge d’abondance)

L’humanité a déjà connu un âge d’abondance : au temps du paléolithique, celui des chasseurs-cueilleurs. 

Explication : si une société d’abondance est une société où tous les besoins matériels sont satisfaits, alors « on peut aisément satisfaire des besoins en produisant beaucoup ou bien en désirant peu »

L’abondance que promet le capitalisme est un leurre, ce vers quoi nous devons tendre est la sobriété

 

2) Lettre à nos petits-enfants

A) Keynes explique premièrement comment le niveau de vie en Europe a quadruplé au XVIème siècle et prend l’exemple du trésor de Drake volé à l’Espagne et ramené en Angleterre en 1580. 

« Je prédis que, dans les pays de progrès, le niveau de vie dans 100 ans sera de quatre à huit fois celui d’aujourd’hui »

Selon Keynes, c’est la rapidité même de ces changements qui créée des problèmes structurels 

Le chômage technique apparaît quand « nous découvrons plus rapidement de nouveaux moyens d’économiser la main d’œuvre que de nouvelles façons de l’utiliser »

 

B) Keynes distingue les besoins humains absolus et relatifs. Nous éprouvons les besoins relatifs uniquement car leur satisfaction nous élève au-dessus de nos semblables. 

Keynes se penche ensuite sur la question des loisirs, et étudie le cas des femmes mariées des milieux aisés, qui, grâce à la fortune, sont privées de leurs tâches habituelles et « s’ennuient ». En fait, « le loisir est un délice auquel aspirent ceux qui gagnent leur pain à la sueur de leur front »

Une fois le problème de la satisfaction des besoins résolus, l’homme devra donc faire face au panel de liberté qui lui est offert.

Par cet extrait, Keynes montre à quel point l’homme cherche à assurer l’immortalité de ses actes en ne leur voyant un intérêt que pour plus tard. 

Pour conclure, Keynes s’attend au plus grand changement de tous les temps, à un horizon proche. Quatre facteurs détermineront le rythme de cette avancée :

  • aptitude à réguler la croissance démographique
  • détermination à éviter les guerres
  • volonté de confier à la science ce qui relève du scientifique
  • capacité à gérer le taux d’accumulation

Selon Keynes, il est primordial que la confiance envers les économistes soit revalorisée :

« Si les économistes réussissaient à devenir, aux yeux de tous, des professionnels modestes et compétents, à égalité avec les dentistes, ce serait merveilleux ! »

Vous pourriez aussi aimer :
Une des rares copies à avoir obtenu une bonne note sur le sujet "Protection sociale et croissance économique depuis le…