Le Pacifique dans la mondialisation

Le Pacifique dans la mondialisation

En 1904, Theodore ROOSEVELT disait : « L’avenir des États-Unis se situe sans doute du côté du Pacifique ». En effet, Theodore ROOSEVELT disait vrai puisqu’en 2011 Barack OBAMA et sa secrétaire d’État Hillary Clinton lancent la politique du « pivot », destinée à faire basculer le « centre de gravité » de la diplomatie américaine vers l’Asie-Pacifique, au détriment des Européens. Cette politique sous-entend le développement du Pacifique grâce à l’accentuation de la mondialisation. Ainsi, « la mondialisation est de ce fait une maritimisation d’autant plus remarquable qu’elle a désormais pour cœur la façade asiatique. La croissance chinoise exprime cette mondialisation dynamique » (Qui tient la mer tient le monde, Revue Conflits n°4).

En 1982, les Nations Unies définissent l’océan comme une étendue d’eau salée en communication libre et naturelle. Les océans représentant 70% de la surface de la Terre. La Terre est constituée de 5 océans : Pacifique, Atlantique, Arctique, Austral, Indien. L’Océan Pacifique est l’océan le plus vaste du globe terrestre, il représente environ 1/3 de la Terre.

Ainsi, dans quelle mesure le Pacifique est-il devenu un espace majeur de la mondialisation depuis 1945 ?

               Le Pacifique, un espace en émergence

Tout d’abord, l’Océan Pacifique se caractérise comme un océan d’échange. En effet, Pierre ROYER dans son ouvrage Géopolitique des mers et des océans. Qui tient la mer tient le monde (2012) nous apprend qu’au début des années 1980, les flux transpacifiques dépassent pour la première fois les flux transatlantiques.

De plus, l’Océan Pacifique concentre les trois premières puissances mondiales en termes de PIB (États-Unis, Chine et Japon), ce qui fait de cet espace, la plus importante zone de commerce mondiale.

L’Océan Pacifique relie deux des principales façades maritimes mondiales : la façade occidentale de l’Amérique du Nord du Puget Sound à la Californie et la façade de l’Asie orientale de la Corée du Sud à Singapour. Ces façades maritimes centralisent les ports les plus importants au monde. Par exemple, 7 des 10 plus grands ports mondiaux appartiennent à la façade maritime chinoise.

L’Océan Pacifique regroupe des points de passages stratégiques du commerce mondial, comme le détroit de Malacca. Le détroit de Malacca est l’une des plus importantes voies de navigation au monde. Il constitue l’une des principales voies de passage entre l’Océan Indien et l’Océan Pacifique. Plus de 50 000 navires l’empruntent chaque année. Entre 20 et 25% du transport maritime mondial y passe chaque année. Le détroit de Malacca est la principale route d’approvisionnement en pétrole de deux des principaux consommateurs mondiaux : le Japon et la Chine. En effet, la moitié du commerce maritime de pétrole transite par le détroit de Malacca.

Ainsi, grâce à l’intensification des flux et des échanges, le Pacifique devient une des artères vitales du commerce mondial. L’Océan Pacifique et ses riverains représentent les 2/3 de la population mondiale, plus de ½ du PIB et 45% des exportations.

Ces attributs font du Pacifique un espace de plus en plus convoité.

Cet espace est convoité par les hommes qui engendrent une littoralisation des territoires. Les hommes et les activités se concentrent alors à proximité des littoraux.

Cet espace est également convoité par les entreprises. L’Asie-Pacifique est la région à la plus forte croissance économique au monde.

               Le Pacifique, un espace attractif pour les États

                               L’hégémonie américaine dans le Pacifique

Les États-Unis sont la première puissance économique mondiale. Les États-Unis sont une thalassocratie, c’est-à-dire une puissance politique fondée principalement sur la domination de la mer.

Les États-Unis occupent un rôle majeur dans l’émergence du Pacifique. En effet, le PIB des États-Unis représente 1/3 des PIB de la zone.

Depuis l’attaque de Pearl Harbor par le Japon en 1941, les États-Unis portent un intérêt majeur au développement de la côte Ouest des EU. En effet, la Californie est le 1er État des États-Unis pour son PIB, sa population et ses sièges sociaux. La Californie est le centre majeur de l’économie mondiale.

Les EU ont profité de la Guerre Froide et de l’après-guerre pour ériger un véritable système stratégique et militaire dans le Pacifique avec de nombreuses bases (Okinawa, Corée du Sud, Philippines). Ils sont en mesure de contrôler le Pacifique Nord. Concernant le Pacifique Sud, l’Australie est un allié des États-Unis.

  

 

                               La tentation impérialiste chinoise

L’émergence de la Chine face aux Occidentaux repose en partie sur le Pacifique. En effet, Immanuel WALLERSTEIN disait : « Nous vivons le lent glissement du centre de l’économie monde vers la Chine ».

La Chine se présente comme rival des États-Unis pour être la première puissance mondiale. En effet, la Chine concurrence les États-Unis dans de nombreux domaines : sa croissance économique est supérieure à celle des États-Unis. En 2014, le PIB à parité du pouvoir d’achat de la Chine dépasse celui des États-Unis. La Chine est la deuxième puissance militaire mondiale juste derrière les États-Unis.

De même, la Chine dispose d’un État continent, tout comme les États-Unis et d’une population immense.

Les EU ont contribué à la montée en puissance de la Chine et cette dernière dispose d’une grande partie des bons du trésor américain.

La Chine se développe mondialement grâce à ses ports. Ces derniers ont une grande importance à l’échelle mondiale. En effet, 7 des 10 premiers ports mondiaux sont chinois.

Les grandes métropoles littorales s’affirment et jouent un rôle croissant. La population est élevée avec un niveau de formation important. Shanghai monte en puissance avec une poussée du tertiaire supérieur. Shanghai devient un pôle de dynamisme.

                               De nouveaux acteurs : les pays d’Amérique Latine

Le Mexique participe au développement de la zone Pacifique. Le Mexique développe des centres touristiques dont les stations balnéaires mexicaines (Manzanillo, Tijuana). Le Mexique est un émergent qui s’adosse aux États-Unis, par l’intermédiaire de l’ALENA créée en 1994 et du partenariat transfrontalier « Mexamérique ».

Le Chili a une importance dans l’espace Pacifique. En effet, il est le principal pôle d’attraction des IDE d’Amérique latine et possède des ports importants de la façade Pacifique, comme le port Valparaiso, en lien avec l’Asie.

De plus, la Bolivie cherche à retrouver son accès dans l’espace Pacifique, ce qui montre l’importance de cet espace.

               Le Pacifique : cœur d’instabilité mondiale ?

Le Pacifique est un espace naturel en danger.

Les risques naturels sont nombreux dans la région : tsunamis, volcans, tremblement de terre. Par exemple, en 2011 la côte Pacifique du Tōhoku au Japon a subi un tremblement de terre d’une magnitude 9,1 sur l’échelle de Richter.

Le Pacifique est également un espace qui fait face aux problèmes liés à la pollution. Les pays de la région Pacifique sont très énergivores, ce qui a de nombreuses conséquences sur l’environnement. Par exemple, près de 40% des rivières chinoises sont gravement polluées.

Comme tout océan, le Pacifique est touché par le dérèglement climatique qui entraîne la montée des eaux. Ainsi, la barrière de corail au Nord-Est de l’Australie est menacée de disparition tout comme les îles Kiribati et les îles Marshall.

Le Pacifique est un espace dangereux. La piraterie est présente dans le détroit de Malacca. la piraterie est la pratique d’attaquer et de voler des navires en mer. En 2019, 30 actes et tentatives de piraterie ont été répertoriés dans le détroit de Malacca, contre 8 en 2018.

Le Pacifique est également un espace d’affrontement. Les États-Unis concentrent leur force militaire dans cette zone. De nombreuses bases américaines y sont présentes. En effet, 60% des forces militaires navales américaines sont regroupées dans le Pacifique depuis la politique du pivot de Barack OBAMA.

Le Pacifique est un espace qui manque d’unité pour se substituer à l’Atlantique.

En effet, le Pacifique manque d’unité culturelle, politique et économique.

Tout d’abord, le Pacifique est un espace qui comprend de nombreuses religions, ce qui peut provoquer de nombreux désaccords, voire des conflits. Par exemple, les Japonais sont racistes envers les étrangers.

Le Pacifique est également composé de nombreux États aux régimes politiques différents : démocraties (États-Unis ou Indonésie), régime communiste chinois, régime nord-coréen, régimes autoritaires (Vietnam), régimes militaires (Birmanie). Ces régimes se font face et témoignent du manque d’unité politique du Pacifique. 

Malgré la tentative de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique, forum économique intergouvernemental établi en 1989 visant à faciliter la croissance économique, la coopération, les échanges et l’investissement de la région Asie-Pacifique, la zone Pacifique ne peut pas rivaliser avec la zone Atlantique.

Le Pacifique dans la mondialisation

Vous pourriez aussi aimer :
Une très bonne copie en Maths ESSEC/HEC l voie S, réalisée par Damien !