🎙Interview Paul (EDHEC)🎙

🎙 INTERVIEW 🎙
Paul (EDHEC)

AprĂšs 2 ans de prĂ©pa ECS, Paul a intĂ©gré EDHEC Business School oĂč il suit le fameux parcours GETT (Global Economic Transformation & Technology) entre Paris (France), SĂ©oul (CorĂ©e) et Berkeley (Etats-Unis). Il nous a livrĂ© son ressenti sur la prĂ©pa, ses impressions et nous explique pourquoi tous vos efforts valent le coup ! Entretien. 

M.P. : Peux-tu nous résumer ta prépa en 3 mots ? 

Paul :

Rigueur : « L’important n’est pas la quantité de travail mais la qualité et la régularité du travail que vous fournissez. » C’était vraiment l’un de mes mots d’ordre en prépa.

Indépendance : Étant dans une petite prépa, certains cours ne me préparaient pas efficacement au concours autant que je pouvais y parvenir seul. Il ne faut pas hésiter à prendre son indépendance vis-à-vis du cadre académique lorsque cela paraît nécessaire.

Objectif concours : J’ai toujours gardé une approche concours en tête tout au long de ma prépa. L’idée était de me détacher des deadlines de court terme imposées par la prépa et de maintenir une régularité de travail de fond vraiment efficace.

M.P. : En quoi la prĂ©pa t’a-t-elle Ă©tĂ© le plus utile ?

Paul:  Mon expérience en prépa a été enrichissante principalement sur le plan personnel. En travaillant autant j’ai été amené à beaucoup réfléchir et à remettre en question mes ambitions personnelles voire même à les construire.

Le sérieux et la rigueur de la prépa m’ont donné une grande connaissance de mes capacités, besoins et limites et je sais maintenant quoi faire pour m’épanouir pleinement dans tout ce que je fais.

 

M.P. : Comment as-tu fait face aux difficultés pendant ta prépa ?

Paul :  J’ai appliqué une logique stoïcienne à tous les « obstacles » auxquels j’étais confronté, c’est Ă  dire que je donnais mon maximum tout en n’attendant aucun rĂ©sultat en particulier, afin de ne pas ĂȘtre déçu pendant mes annĂ©es prĂ©pa. En bref : m’attendre au pire tout en espĂ©rant le meilleur bien sĂ»r.

M.P. : Comment as-tu vécu la période des concours ?

Paul :  J’avais fait le choix discutable pour certains, mais bien réfléchi de mon côté, de ne pas présenter HEC, ESSEC et ESCP Europe. Venant d’une petite prépa qui n’avait jamais rentré personne au- delà d’Audencia.

Ces 3 dernières ont beaucoup d’épreuves spécifiques en ECS, ne pas les présenter m’a libéré quelques plages horaires pour « décompresser » entre les épreuves, ce que beaucoup, présentant toutes les écoles, n’ont pas eu la chance d’avoir.

Je ne regrette absolument pas ce choix qui m’a permis d’être plus efficace sur les épreuves qui étaient vraiment importantes pour moi.

M.P. : Quelle école as-tu intégrée ? Comment résumerais-tu la vie en école de commerce ?

Paul :  J’ai intégré l’EDHEC.

En école de commerce il n’y a pas de pression imposée par le cadre académique, le gain considérable de temps libre par rapport à la prépa offre la possibilité d’explorer une multitude de domaines et d’engranger un maximum d’expériences, c’est très épanouissant.

M.P. : Pour finir, un mot pour les milliers de candidats qui s’apprĂȘtent Ă  passer les concours ?

Paul : Quels que soient vos résultats, si vous êtes arrivés jusqu’aux concours c’est que vous avez donné le maximum de ce que vous pouviez donner pendant deux ans et c’est déjà une réussite en soi. Bravo à vous !

Benjamin Hautin

Etudiant Ă  emlyon et fondateur du mĂ©dia, je m'occupe principalement des relations avec les Grandes Ecoles et du contenu en culture gĂ©nĂ©rale. Mon mot d'ordre : que chacun d'entre vous puisse viser les Ă©coles de ses rĂȘves, peu importe son lycĂ©e d'origine !

Vous pourriez aussi aimer :
Entretien avec Emilie, Ă©tudiante Ă  Grenoble EM et actuellement Ă  Vancouver oĂč elle suit le parcours “Entrepreneurship & Innovation”.