Que préparer pour le concours en philosophie

 Le concours arrive tout doucement et le stress commence à monter : comment être prêt le Jour J ? Comment tout savoir ? Nous ne sommes pas encore la veille du concours qu’un sentiment d’angoisse peut se faire ressentir en toi, ou tout du moins une certaine appréhension du moment où il faudra commencer à composer. D’autant plus que la philosophie est une matière qui demande un nombre incalculable de connaissances sur le sujet et une très bonne maîtrise de ce dernier, dans toutes ses facettes possibles. Il ne faut néanmoins pas désespérer : il est tout à fait possible d’arriver prêt et certain de réussir lors du concours. Cela tient néanmoins à la condition de se préparer en amont : tu ne pourras pas tout faire la veille de l’épreuve : un an de connaissances et de travail personnel est bien sûr impossible à réaliser en une nuit. Mais comment se préparer ? Que faire pour user aux mieux des dernières heures de révision que tu auras avant le concours ? Dans cet article, nous te donnons tous nos conseils pour préparer au mieux l’épreuve de philosophie.

 

Un résumé des livres essentiels

Ce qui sera tout d’abord très utile pour construire ton propos et asseoir ton argumentation est la bonne connaissance des auteurs et de leurs idées. Ce sont des livres que tu auras normalement pu étudier en cours, ou bien des lectures que tu auras faites de ton côté, liée à la bibliographie donnée par ton professeur. Ainsi, ta maîtrise de ces ouvrages peut varier. Néanmoins, ils peuvent tous se révéler très utile le jour du concours : par les propos des auteurs ou encore la manière dont ils abordent la notion tu pourras construire une problématique en comprenant pourquoi le sujet se pose, pourquoi cela vaut la peine de réfléchir à lui, et comment divers regards existent et ont été formulés sur ce dernier. Ta copie ne doit pas être un simple copier coller de ce que disent les auteurs bien évidemment, mais ils peuvent t’aider à construire ton plan ou à voir ce qui se joue dans le sujet qui t’a été donné. 

Nous te conseillons donc tout au long de l’année de réaliser des fiches de ces livres, plus ou moins approfondies en fonction de la manière dont tu les auras étudié, puis de les résumer plus succinctement dans un autre document que tu pourras relire la veille du concours. Il s’agit tout au long de l’année de se familiariser avec les auteurs et ce qu’ils disent dans leurs ouvrages : ce document te servira lui à bien te souvenir des auteurs et l’idée générale qu’ils développent dans leur ouvrage la veille de l’épreuve.

 

Les articulations du cours de ton professeur

Résumer les articulations du cours de ton professeur, avec les idées générales mises en exergue avec le plan suivi est également un bon moyen d’assurer des révisions de dernière minute efficaces. Ainsi, reporte dans un document le plan adopté par ton professeur dans son cours, qui est un plan travaillé par ton professeur pour te permettre une bonne compréhension de sa réflexion proposée autour du sujet. Ce plan ne doit, et ne peut, bien sûr pas être reproduit tel quel dans une copie : on n’attend pas de toi que tu refasses le cours sur la notion dans ta copie. Mais la certaine articulation qu’il aura proposé autour d’un angle précis de la notion au programme, les liens qu’il aura tissé entre les auteurs, les notions qu’il aura mis en parallèle…pourront t’être très utiles pour ta réflexion personnelle, dans la mesure où tu pourras t’appuyer sur cela pour réfléchir au sujet en affinant un peu plus cette articulation, en la reliant plus au sujet, en modifiant quelques éléments…Le cours de ton professeur est une tentative d’exposition des enjeux de la notion qui te permettra de ne pas te retrouver perdu devant elle : elle doit te servir de fil d’ariane dans le labyrinthe que représente la notion. Tu dois donc te sentir à l’aise avec ton cours car celui-ci t’as justement été dispensé pour que tu ne te retrouves pas perdu le jour du concours. 

 

Lire plus : Comment améliorer son niveau de français ? (Partie 6)

 

Une liste des notions les plus utiles

Tenir une sorte d’abécédaire des notions utilisées par les auteurs en lien avec la notion au programme est également une très bonne idée. En effet, la philosophie repose sur l’usage de notions, que tu auras vu en cours ou que tu pourrais relever lors de lectures personnelles. Ces notions serviront à appuyer ton argumentation et à développer la pensée des auteurs. N’hésite donc pas à les renseigner dans un carnet avec pour chacune une définition synthétique, telle que donnée par l’auteur ou bien telle que donnée par un tiers (ton professeur, ou bien un universitaire qui a travaillé sur l’auteur). 

Pour certains sujets, la mobilisation de ces notions sera un véritable incontournable, attendu des correcteurs. Parler d’un auteur sans mobiliser sa notion phare sera perçu comme une simple répétition de ton cours, ou bien de sa mauvaise compréhension de ta part. Si tu peux mobiliser la notion et la définir en quelques mots ce sera déjà beaucoup mieux vu, charge à toi de la mobiliser correctement dans ta copie.

 

Une bonne compréhension des problématiques que soulève le thème

Enfin, il existe une liste presque infinie de sujets qui peuvent tomber concernant la notion au programme. Néanmoins, quelques grands axes de réflexion existent : le sujet s’inscrira donc sûrement dans un de ses axe de réflexion, mais en adoptant un angle plus précis. C’est pourquoi préparer à l’avance une liste des grandes problématiques qui peuvent tomber autour de ton sujet (que tu auras pu trouver au travers de ton cours ou dans des manuels) te permettra de te rassurer lors de l’épreuve en identifiant tout de suite à quelle axe en particulier le sujet répond.

Néanmoins, chaque sujet est particulier, et il faut donc faire droit à toute sa singularité : ainsi n’hésite pas à réellement t’emparer des auteurs étudiés pour faire droit à une pensée originale qui répond directement au sujet. Cela demande donc une bonne connaissance des auteurs, mais aussi beaucoup de courage : quand simplement réciter son cours peut paraître simple et rassurant, on attend au contraire de toi que tu proposes quelque chose d’innovant, que tu réfléchisses réellement autour de ce sujet. Ainsi, une fois que tu as identifié la problématique générale, empare toi du sujet et essaye de rester au plus proche de lui. Néanmoins, identifier la problématique générale te permettra de ne pas faire de hors sujet. 

 

Lire plus : Comment améliorer son niveau de français ? (Partie 7)

 

En conclusion, la philosophie est une matière qui peut souvent effrayer les étudiants par sa « très grande généralité » et la « contingence de la notion ». Néanmoins, tout cela est faux : il s’agit pour toi de bien connaître les auteurs mais aussi de proposer une réflexion véritablement personnelle : il faut alors avoir confiance en soi et ne pas se dire que quelque chose est attendu par les correcteurs : il n’y a aucun plan, aucun auteur réellement attendu. La seule chose attendue est que tu proposes une argumentation bien exposée, avec des références développées, et qui fait droit à toute la singularité du sujet. Ainsi, la préparation du concours toi te permettre de devenir familier avec la notion au programme pour pouvoir à ton tour proposer quelque chose d’innovant. 

Vous pourriez aussi aimer