La réforme du travail en Espagne: tout ce qu’il faut savoir

Dans cet article nous allons décrypter la mise en place de la réforme du travail en Espagne faite en décembre dernier afin d’en comprendre les origines et d’en analyser les effets sur le marché du travail actuel.

La situation salariale en Espagne avant la réforme

La situation salariale avant la réforme était très précaire en Espagne. En effet, 

  • plus d’un quart des emplois reposaient sur des contrats à durée déterminée.
  • la nouvelles génération des ninis (ni estudia ni trabaja) émergeait.
  • le taux de chômage en Espagne était de 14,57% en 2021, soit près du double de la moyenne de la zone euro qui était de 7,6%.

Ainsi, une réforme du travail fut proposée…

En effet, pour lutter contre la précarité du travail que connaissait l’Espagne, le gouvernement de gauche de Pedro Sánchez a décidé en décembre dernier de mettre en place une importante réforme du travail. Selon la Ministre du Travail et de l’Économie sociale, Yolanda Díaz, cette réforme repose sur un accord au sein du pays, établi entre les agents sociaux et les travailleurs. 

Dès lors, le parti politique de gauche Más País a proposé d’aider financièrement les entreprises qui mettraient en place la semaine de travail de 32 heures au lieu de 40 heures afin de les inciter à mettre en place cette réforme.

Lire plus: Comprendre la politique en Espagne : élections, partis, fonctionnement…

Ainsi, alors qu’elles pensaient à ce système depuis quelques années, certaines grandes entreprises espagnoles telles que Telefónica España ou Desigual sont passées à la semaine de 4 jours en réduisant le nombre d’heures travaillées par semaine. Dès lors, les résultats observés par ces entreprises peuvent influencer les autres entreprises face à cette réforme.

 

Les effets de cette réforme du travail sur l’économie espagnole

Depuis la mise en place de la réforme du travail, le marché de l’emploi évolue très favorablement, en effet près de 263 000 postes supplémentaires ont été créés au cours du premier semestre 2022. 

Par ailleurs, la réforme semble fonctionner puisque la nature des embauches a énormément changé avec des contrats à durée indéterminée qui ont augmenté de plus de 12% depuis le début de l’année contrairement aux contrats à durée déterminée qui ont chuté de 26%.

Ainsi, le marché du travail espagnol semble beaucoup moins précaire avec une hausse relative importante des CDI face aux CDD.

Répartition des emplois par type de contrat

Cependant, cette réforme du travail peut connaître des dérives...

En effet, en diminuant le nombre de jours et/ou d’heures, la réforme peut:

  • permettre de lutter contre l’absentéisme
  • préserver l’environnement en réduisant les déplacements des travailleurs
  • accroître la productivité des travailleurs
  • augmenter le bien-être des travailleurs puisqu’ils disposent de plus de temps pour profiter de leurs loisirs et consommer.

Cependant, la réforme, et plus spécifiquement le passage à la semaine de quatre jours peut:

  • rendre les journées plus longues et donc démotiver les employés
  • entraîner une réduction des salaires et donc réduire la capacité des salariés à profiter de leur temps libre
  • être inadapté pour certaines professions.

Ainsi, le tout de cette réforme est de parvenir à atteindre les bénéfices tout en évitant les dérives, cependant est-ce soutenable ? 

Finalement, ce système n’est pas uniquement espagnol

Ce nouveau modèle a premièrement été mis en place en Islande en 2015 avec une semaine de travail de 4 jours. Selon les autorités, ce fut un important succès puisque les travailleurs gagnaient autant tout en travaillant moins, dès lors, la productivité s’est fortement améliorée. Ainsi, les travailleurs avaient plus de temps libre et les entreprises ne perdaient pas en productivité.

Aussi, cette réforme continue de se propager au sein des pays européens puisque en octobre 2022, la Belgique a aussi choisi d’adopter la semaine de 4 jours. Cependant, ce système ne constitue pas une généralisation à l’ensemble du pays, mais la possibilité pour les salariés de concentrer leurs 38 heures de travail sur quatre jours au lieu de cinq. 

Vous pourriez aussi aimer