Misterprepa

Réouverture du bureau d’immigration des États-Unis à Cuba

Sommaire

Dans cet article, nous allons nous demander si la réouverture du bureau de l’immigration des États-Unis à la Havane est un signe de changement dans les relations Cuba-États-Unis. 

Depuis le début de la crise économique qui sévit à Cuba, de plus en plus de Cubains cherchent à émigrer aux États-Unis. Ils sont dans l’espoir de trouver une meilleure qualité de vie.

Récemment, ce phénomène s’est amplifié car le gouvernement américain a annoncé la réouverture du bureau de l’immigration à La Havane. C’est une décision qui pourrait avoir un impact significatif sur le processus d’immigration et les relations entre les 2 nations. En effet, cela conduit à des mouvements massifs de la population cubaine et à des défis pour les 2 pays. L’un fait face à l’exil de ses habitants et l’autre fait face à l’afflux de migrants.

 

La crise économique à Cuba

En décembre 2018, le bureau de l’immigration des États-Unis à La Havane a été fermé. L’ère TRUMP avait considérablement durci le ton avec Cuba. 

Cette fermeture a majoritairement impacté les Cubains qui cherchaient déjà à émigrer aux États-Unis. De nombreux entretiens d’immigration ont dû être réalisés dans d’autres pays d’Amérique Latine comme au Nicaragua, rendant le processus coûteux et difficile pour les demandeurs.

Cependant, la réouverture récente du bureau de l’immigration à La Havane est perçue comme un signe positif. Les Cubains peuvent désormais demander à entrer légalement aux États-Unis directement depuis leur capitale. Cela devrait accélérer le processus d’immigration pour de nombreuses personnes. Cette mesure est interprétée comme un engagement des États-Unis en faveur de l’immigration légale, visant à dissuader les déplacements clandestins.

La décision d’ouvrir à nouveau le bureau de l’immigration à La Havane est intimement liée à la grave crise économique qui frappe Cuba depuis plusieurs années. Cette crise se manifeste par une inflation galopante, des coupures de courant fréquentes, des pénuries de médicaments et de nourriture. Nous constatons à Cuba une détérioration générale des conditions de vie. Lésés par cette situation, de nombreux Cubains font le choix de quitter leur pays en quête de meilleures perspectives.

L’effondrement économique de Cuba a été amplifié par la pandémie de COVID-19. Les impacts de la pandémie sur le commerce ont réduit les réserves financières de Cuba et entraîné une diminution drastique des importations notamment de nourriture et de carburant. Cette situation précaire a poussé de nombreux Cubains, en particulier les jeunes en âge de travailler, à chercher un avenir meilleur ailleurs. Les Etats-Unis deviennent alors un rêve pour plusieurs d’entre eux.

 

L’impact sur les relations Cuba – États-Unis

Au cours de la dernière année, près de 250 000 Cubains ont émigré vers les États-Unis. Cela représente plus de 2 % de la population de l’île. Cette vague d’émigration est plus importante que les précédents mouvements de l’exode de Mariel en 1980 et de la crise des radeaux cubains en 1994, réunis. La situation est devenue critique, menaçant la stabilité d’un pays dont la population est déjà l’une des plus âgées du continent.

Les Cubains ont cherché à émigrer aux États-Unis de diverses manières. Il y a des migrations par voie terrestre ou par avion en traversant l’Amérique centrale ou aussi, par des voyages risqués en bateau vers la Floride. Cette migration massive a également posé un défi majeur pour les États-Unis. En particulier, leur frontière avec le Mexique constitue d’autant plus un enjeu politique majeur pour le président Joe Biden.

La réouverture du bureau de l’immigration à La Havane est un signe tangible de l’évolution des relations entre Cuba et les États-Unis. Bien que certaines sanctions aient été assouplies sous l’administration Biden, la politique de rapprochement initiée par Barack Obama n’a pas encore été pleinement reprise. Les 2 pays conservent des désaccords sur diverses questions. Néanmoins, la réouverture du bureau de l’immigration montre une volonté des États-Unis de faciliter l’immigration légale depuis Cuba. En revanche, les États-Unis veulent maintenir des mesures pour dissuader l’immigration clandestine.

Cette décision est perçue comme un pas vers une coopération bilatérale plus constructive.

 

Lire plus : L’immigration hispanique aux US 

 

Pour conclure, la réouverture du bureau de l’immigration à La Havane offre une lueur d’espoir pour les Cubains qui cherchent à immigrer aux États-Unis dans un contexte de crise économique majeure. Les défis liés à cette migration massive persistent, tant pour Cuba que pour les États-Unis. L’avenir des relations entre les 2 pays demeure complexe, marqué par des divergences politiques et économiques. Cependant, la réouverture du bureau de l’immigration représente un pas vers un dialogue constructif.

En résumé, elle offre aux Cubains une voie légale pour atteindre l’ « American Dream », tout en contribuant à réguler les flux migratoires dans la région.

 

Lire plus : Tout ce que tu dois savoir sur CUBA 

Newsletter
Picture of Nadia Saidi
Nadia Saidi
Etudiante à Rennes School of Business après 2 années en ECS, j'ai pour objectif de partager ma passion pour la géopolitique et l'espagnol aux étudiants de classe prépa
Vous pourriez aussi amer