Ayoub – Après 1 an en école, il retourne en prépa

Voici un témoignage surprenant de Ayoub, qui a passé 4 années entre la prépa et Neoma avant d’intégrer l’ESCP en septembre 2021. Ce parcours montre qu’il ne faut pas avoir peur d’essayer, de se tromper pour arriver là où on se sent le mieux.

 

Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Ayoub ZEGHARI. J’ai 21 ans. Je suis originaire de Nador, au nord-est du Maroc, où j’ai effectué ma première année de prépa ECT. Pour la deuxième année, je suis allé à Casablanca.

 

Comment as-tu vécu tes deux premières années de prépa? 

Ma première année s’est très bien passé parce que c’était ma ville, là ou j’ai grandi et mes camarades étaient très sympas. Le seul problème était que, dans cette prépa, on ne préparait que le concours marocain, d’où mon choix de changement.

En allant dans une deuxième prépa à Casablanca, ça ne s’est pas très bien passé parce que les conditions de vie à l’internat étaient dures: c’était un environnement toxique dans lequel j’avais peu d’amis.

Durant ma première année, je visais HEC parce que je me sentais capable d’y arriver: j’étais bon en maths mais j’avais quelques lacune en langues que j’ai beaucoup travaillées.

En deuxième année, je n’avais ni professeur d’anglais ni économie, j’ai dû travaillé ces matières en autonomie et c’était épuisant. La préparation au concours n’était donc pas idéale, excepté en Maths et Culture Générale où les profs étaient très bons.

J’ai passé les concours en postulant pour le top3 uniquement (HEC, ESSEC, ESCP). Mes résultats étaient très hétérogènes (19 en Maths et 3 en Anglais).

À l’origine, passer ECRICOME était pour moi un entraînement pour la BCE. J’ai donc rien eu à la BCE mais j’ai eu NEOMA en étant parmi les 40 premiers.

Je voulais cuber mais mes parents m’ont encouragé à aller à NEOMA car elle reste quand même une bonne école. Je l’ai donc intégrée.

 

Le bien-être en prépa, c’est essentiel. Pour en savoir plus, c’est ici !

 

Pourquoi avoir voulu repasser les concours en école?

Même en étant en école, je ne me sentais pas à la bonne place. Je me suis alors convaincu de passer les concours en Candidat Libre.

En école, je n’ai pas intégré la vie étudiante de NEOMA (pas d’assos, pas d’amis…). L’école, en soi, et ses cours étaient très intéressants: j’étais en English Track, il y avait des choix d’électifs… Mais au deuxième semestre, j’ai arrêté d’aller en cours et je me suis concentré sur le concours BCE. 

J’ai néanmoins validé mon année à NEOMA haha.

 

Quels étaient tes objectifs et quel était ton rythme de travail?

Mon objectif était toujours le même: obtenir une école du top3, là où je sentirais que je serai à ma juste place.

J’ai eu GEM et Audencia mais ce n’était pas encore ce que je voulais. Pour moi, je n’avais pas amélioré mon niveau. Si je m’étais inscrit à ces écoles la première fois, je les aurais eues. Donc je sentais que mon parcours n’était pas fini.

J’ai décidé donc de postuler pour la prépa à Reims, où j’habitais désormais.

 

Comment décrirais-tu ton retour en prépa?

Quitter NEOMA n’était pas une décision facile: mes parents n’étaient pas au courant.

Pour moi, une préparation dans une prépa en France est certainement mieux que ce que j’avais vécu au Maroc. Et l’objectif HEC était toujours présent. Je vais travailler pour.

J’ai toujours cru en moi, même en école: je ne me suis jamais dit que j’étais nul mais que je devais travailler et remettre en cause mes méthodes de travail.

À Roosevelt (ma nouvelle prépa à Reims), mon année s’est très bien passée. Les professeurs et les étudiants étaient très bienveillants et encourageants et la préparation aux concours était vraiment motivante. Je voudrais vraiment remercier Mr Fenocchio, mon professeur de Management, qui m’a toujours soutenu et c’est grâce à lui que je suis là où je suis aujourd’hui.

Aux concours, j’ai donc réussi à avoir l’ESCP et j’en suis très reconnaissant.

 

Pour avoir toutes les astuces sur comment rester concentré en prépa, vous pouvez lire cet article 

 

 

Regrettes-tu ton choix?

Non, jamais. J’ai toujours cette peur de ne pas essayer. Ces 4 ans étaient indispensables parce que peut-être qu’au début, je n’avais pas les capacités: mon niveau en langue était très faible. J’ai peut-être aussi eu un peu de malchance, mais je suis là et je suis content.

Lina Hrabi

Étudiante à l'ESCP BS depuis Septembre 2021 après une classe préparatoire ECS à Thiers (Marseille)

Vous pourriez aussi aimer