Carl – Classé top 5 à chaque parisienne ! (+ ses copies)

Rencontre avec Carl, major à l’ESCP Europe BS avec une moyenne de 18,51/20, 5ème à l’ESSEC BS avec 17,72/20,  4ème à HEC Paris avec 17,92/20, en 2020. Il est passé près d’être major dans les trois parisiennes et a gentiment accepté de nous accorder un entretien pour donner ses conseils (mais aussi ses copies !) pour réussir au mieux ses concours !

 

Salut, pourrais-tu te présenter brièvement ?

Salut, je m’appelle Carl Mougeot, j’ai 19 ans. J’ai grandi à Marseille puis je suis allé à Paris pour faire une prépa ECS au lycée Henri-IV. J’ai passé les concours l’an dernier et je suis maintenant à HEC Paris en première année.

 

Quels étaient tes points forts durant la prépa ?

J’avais un profil assez équilibré dans toutes les matières. J’étais classé dans les 5 premiers aux concours blancs et sur les trimestres. J’étais assez efficace dans ma manière de travailler, ce qui me permettait de me coucher aux alentours de 22h30, de m’accorder des pauses les week-ends et de lever le pied pendant les vacances.

 

Comment organisais-tu ton travail durant l’année ?

Sur les deux années de prépa, étant interne, je travaillais au CDI du lycée à la sortie des cours jusqu’à 22h. Avec mes amis nous faisions une pause d’une heure pour le dîner. En première année, je travaillais moins le week-end et je profitais de mon samedi soir avec mes amis. En deuxième année, je me remettais au travail le samedi après-midi vers 14h après le DS du matin, et le dimanche à partir de 9h, souvent à la BSB (Bibliothèque Sainte-Barbe) ou dans des salles du lycée.

Ce qui est important, c’est de compartimenter. Quand je travaillais, je m’y mettais vraiment et je rangeais mon téléphone. Et quand je ne travaillais pas, je ne pensais pas aux devoirs ou à la prépa.

 

 

Tu as eu de longues révisions avec le confinement, comment as-tu procédé ? 

Pendant le confinement, je suis retourné à Marseille avec deux autres élèves de ma classe. Nous avons travaillé ensemble ce qui nous a permis de rester motivés. Quand la date des écrits est tombée pour juin, nous avons pris un rythme moins soutenu (9h-19h). Il ne faut pas hésiter à faire d’autres choses pour décompresser ! On faisait du sport, de la cuisine, on regardait les Marseillais ou Koh-Lanta. Avec l’arrivée des beaux jours, on a fait plus de pauses en extérieur avec des balades à la mer et des siestes au soleil.  

Tous les jours je faisais des maths (je revoyais un chapitre ou je faisais/refaisais une annale). Ensuite je faisais soit de la culture générale soit de la géopo. Dans ces deux matières j’avais fait des fiches assez synthétiques que je relisais régulièrement, et je m’entrainais sur des sujets que nos professeurs nous envoyaient. Et je terminais par de l’anglais ou de l’espagnol. Pour les langues j’avais une fiche de civilisation avec plusieurs sujets, des quizlet, et je reprenais des traductions que j’avais faites sur les deux années. J’ai aussi lu The Grapes of Wrath de Steinbeck et des nouvelles de Borges.

 

Tu as passé les concours durant l’été après 3 mois de révisions, comment as-tu abordé et vécu tes concours ?

J’ai passé les concours chez moi à Marseille dans mon ancien lycée, ce qui était assez rassurant. C’était un moment très stressant et très intense car tout se jouait sur une seule semaine. La veille j’ai eu du mal à m’endormir mais ensuite avec la fatigue qui s’accumulait le sommeil venait tout seul. C’est aussi un moment libérateur même si l’on sort des épreuves en se disant qu’on aurait pu mieux faire. Je me suis mis dans ma bulle pendant une semaine. J’évitais de réviser le soir mais pour me rassurer il m’arrivait de relire une fiche de formules ou de citations. Je dînais avec ma famille, je traînais un peu sur mon tél ou je regardais une série.  

 

Quelle a été ta réaction au moment des résultats ?

J’étais à Londres en vacances lors des résultats. Je ne savais pas trop quand ils allaient tomber puis en prenant mon téléphone j’ai vu que j’avais reçu un mail de la part de HEC m’annonçant que j’avais été pris ! J’étais super surpris de l’apprendre comme ça d’un coup mais très content

 

Quels conseils, pourrais-tu donner aux étudiants dans chaque matière ?

Des conseils généraux à toutes les matières : il faut lire les rapports de jury. C’est quelque chose que je n’aurai pas fait s’il n’y avait pas eu plusieurs mois de révision alors que c’est vraiment formateur. Ce sont des leçons de méthodologie dispensées par les correcteurs qui livrent leurs attentes concrètes sur chaque épreuve !

  • En mathématiques, il faut d’abord connaître son cours le plus possible. Les théorèmes et les propriétés évidemment, mais aussi les exemples types et les démonstrations, dont le raisonnement peut permettre de répondre à plein de questions ! Ensuite il faut s’entraîner régulièrement avec des annales. Pendant l’épreuve, il faut bien gérer son temps. Lorsqu’il restait 45 minutes, j’arrêtais ce que je faisais et j’entourais toutes les questions restantes où je pouvais gagner des points puis je les faisais en priorité.
  • En géopo, il y a beaucoup de contenu à maîtriser et il faut apprendre son cours régulièrement. Je fichais les cours de la semaine tous les dimanches puis quand je relisais, j’essayais d’être actif pour retenir plus efficacement (stylo en main, réécrire le plan au fur et à mesure, les chiffres, les références, …). Lors du concours, il faut soigner son introduction et sa conclusion, et vraiment montrer qu’on traite le sujet qui nous est donné en discutant des termes et de leur éventuelle polysémie. Au niveau du temps, même si cela est frustrant, on n’a généralement pas le temps d’entrer dans tous les détails que l’on s’est donné du mal à apprendre. Il faut privilégier l’équilibre entre les parties et rendre une copie avec toutes les grandes idées directrices.
  • En culture générale, il faut apprendre le cours et le ficher régulièrement. Pour la dissertation, l’introduction est ici aussi déterminante ! Que le sujet soit une question explicite ou non, il faut le problématiser et mettre en avant pourquoi la réponse n’est pas évidente ie pourquoi les concepteurs ont donné ce sujet-là. Le développement doit s’apparenter à une démonstration et des connecteurs logiques doivent jalonner toutes les parties. J’ai préféré mettre deux références par partie et bien les développer plutôt qu’en mettre trois de façon plus concise.
  • Pour la contraction et la synthèse, il faut vraiment faire très attention au temps. J’ai mal géré le mien pendant la contraction, ce qui fait que la fin du texte a été mise à mal sur ma copie.
  • Pour les langues, j’étais abonné aux newsletters du NY Times et d’El País que je recevais dans ma boîte mail le matin. Ça permet d’être au point sur ce qu’il se passe en 5 minutes de lecture. J’apprenais du vocabulaire pour mes essais (des tournures de phrase, des expressions). Les épreuves de langues sont assez cadrées avec 4 « tâches » à compléter en 3 ou 4 heures. Il faut donc faire bien attention au temps !

 

Le mot de la fin

Donnez tout jusqu’au bout lors des épreuves, efforcez vous d’appliquer les méthodes que vous avez appris durant vos deux ou trois ans de prépa ! Ne négligez vraiment pas la forme et soyez rigoureux, votre travail acharné payera !

Les résultats de Carl au concours :

Mes copies

Copie de HGG ECSP-(17/20)

Copie de CG HEC-(20/20)

Copie de Maths 2 ESCP HEC-(20/20)

Retrouve le témoignage et les conseils d’Isabelle première à HEC Paris en 2020 ici

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Retrouvez ici un concentré des meilleurs auteurs et ouvrages à citer dans une khôlle ou dissertation d'ESH sur l'Europe.