Social immobility : un plan détaillé pour réussir en colle d’anglais

Le rêve américain, pierre angulaire du récit national, incarne la conviction qu’à travers l’ardeur au travail et la détermination, chacun, quelle que soit son origine, peut accéder à la prospérité et une ascension sociale. Cependant, cette aspiration se trouve aujourd’hui confrontée à un défi grandissant : l’immobilité sociale. Les conclusions d’un rapport approfondi de l’OCDE révèlent qu’il faudrait cinq générations, voire davantage, à un enfant issu d’une famille défavorisée aux États-Unis pour atteindre le revenu moyen du pays. Cette réalité contraste avec le succès des pays d’Europe du Nord dans la promotion de la mobilité sociale, suggérant ainsi une limitation manifeste de cette mobilité pour les individus nés dans des conditions moins favorables.

Problématique générale : l’immobilité sociale érode-t-elle le rêve américain ? 

 

Lire plus : American Dream : tout ce qu’il faut savoir

 

I- L’immobilité sociale sape les principes fondamentaux du rêve américain

A) L’immobilité sociale perpétue les inégalités

  • L’immobilité sociale perpétue les disparités existantes entre les classes socio-économiques : il est de plus en plus difficile pour les personnes issues de milieux défavorisés d’échapper à leur situation. Lorsque la mobilité économique est limitée, elle renforce l’idée que le succès et la prospérité sont prédéterminés par la naissance plutôt que par le mérite individuel, ce qui érode les fondements du rêve américain.

  • L’écart croissant entre les richesses aux États-Unis est un reflet frappant de l’immobilisme social. Les recherches menées par les économistes Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Gabriel Zucman ont montré que la concentration des richesses s’est considérablement accrue au cours des dernières décennies, les 1% les plus riches accumulant une part de plus en plus disproportionnée de la richesse nationale. Cette concentration de la richesse fait qu’il est difficile pour les individus issus de milieux socio-économiques inférieurs de combler le fossé et de parvenir à une mobilité ascendante.

B) L’immobilité sociale entrave la mobilité ascendante

  • L’éducation, voie clé vers l’ascension sociale, révèle un fossé criant entre les étudiants de divers horizons socio-économiques, obstruant ainsi la progression sociale. Des études, menées par le Pew Research Center et le National Center for Education Statistics (NCES), mettent en lumière des disparités flagrantes dues à un accès inégal à une éducation de qualité et à des ressources limitées, entravant la réussite scolaire de certains élèves.

  • Le système éducatif, loin d’atténuer ces inégalités, semble les reproduire. Les universités prestigieuses, portes d’entrée vers des carrières lucratives, favorisent principalement les étudiants issus de milieux favorisés. Ce manque de diversité économique, observable dès le plus jeune âge avec des différences notables dans les opportunités éducatives, se perpétue à l’université, avec des frais élevés, des bourses limitées et des ressources insuffisantes pour les familles à faibles revenus. Cela empêche donc ces familles d’accéder aux mêmes opportunités, créant ainsi un cycle d’inégalité qui érode la promesse d’égalité des chances.

II- Par conséquent, que peut-on faire pour rétablir les principes fondamentaux du rêve américain ?

A) Améliorer l’égalité d’accès à l’éducation et promouvoir des politiques économiques qui réduisent les inégalités

  • L’augmentation du financement des écoles publiques dans les zones à faibles revenus, la mise en œuvre de programmes de soutien complets et la fourniture de ressources et d’interventions ciblées peuvent contribuer à uniformiser les règles du jeu et créer l’égalité des chances en matière de réussite scolaire.
  • Il est également nécessaire de mettre en place des politiques économiques proactives qui s’attaquent à la concentration des richesses et à l’inégalité des revenus. Cela peut se faire par le biais d’une fiscalité progressive, où la charge fiscale est transférée vers les segments les plus riches de la société, et par la mise en œuvre de politiques qui soutiennent la distribution équitable des ressources et des opportunités. L’investissement dans la création d’emplois, le développement des compétences et les filets de sécurité sociale peuvent jeter les bases d’une mobilité ascendante et réduire le cycle de l’inégalité.

B) Favoriser une culture de l’inclusion et de la mobilité sociale

  • Afin de restaurer le rêve américain, il est essentiel de promouvoir une culture qui valorise l’inclusion, la diversité et la mobilité sociale. Cela implique de promouvoir l’égalité des chances pour les individus de tous horizons, lutter contre la discrimination et les préjugés, et de créer un environnement où chacun a une chance équitable de réussir. La mise en place de réseaux de soutien solides, de programmes de mentorat et d’initiatives visant à fournir des conseils et des ressources aux personnes issues de milieux défavorisés peut contribuer à faire tomber les barrières et à ouvrir la voie à une mobilité ascendante.

Conclusion

L’impact de l’immobilité sociale sur le rêve américain est manifeste, mais ce dernier ne devrait pas demeurer un simple idéal lointain ; il doit devenir une réalité concrète pour chacun. En prenant les mesures nécessaires pour lutter contre cette immobilité sociale, il est possible de reconstruire les fondations du rêve américain. Bien que cette entreprise soit complexe, elle demeure essentielle pour rétablir l’esprit d’égalité des chances.

Vous pourriez aussi aimer