La théorie de la segmentation du marché du travail : une perspective néoclassique de Gary S. Becker

Dans le domaine de l’économie, le chômage est un sujet d’étude complexe qui a suscité l’intérêt de nombreux auteurs à travers l’histoire. Parmi eux, Gary S. Becker, lauréat du prix Nobel d’économie en 1992, propose une approche novatrice à travers sa théorie de la segmentation du marché du travail. Cette théorie, souvent méconnue mais pourtant pertinente, offre un éclairage différent sur les mécanismes du chômage.

 

Le chômage selon Gary S. Becker

Selon Becker, le marché du travail n’est pas homogène, mais plutôt segmenté en différents groupes de travailleurs ayant des caractéristiques et des compétences spécifiques. Ces segments peuvent être déterminés par des facteurs tels que l’éducation, l’expérience professionnelle, ou encore la mobilité géographique. Ainsi, au lieu de considérer le chômage comme un phénomène généralisé touchant l’ensemble des travailleurs, Becker soutient que certaines catégories de travailleurs sont plus vulnérables aux fluctuations économiques que d’autres.

Pour formaliser cette idée, on peut utiliser un modèle mathématique simple.

Supposons qu’il y ait deux segments sur le marché du travail :

  • Les travailleurs hautement qualifiés (H)
  • Les travailleurs peu qualifiés (L)
  • Le taux de chômage dans chaque segment peut être représenté respectivement par uH​ et uL

Selon la théorie de Becker, le chômage dans chaque segment dépend de la différence entre le salaire d’équilibre (W) et le salaire de réservation (Wr​) pour chaque groupe de travailleurs. Plus précisément, le chômage dans chaque segment peut être modélisé comme suit :

Uh = (Wr – Wh)/Wr 

UL = (Wr – WL)/ r

Dans ces équations, Wh et Wl​ représentent respectivement les salaires d’équilibre pour les travailleurs hautement qualifiés et peu qualifiés, tandis que Wr​ représente le salaire de réservation.

Lire plus : 4 théories indispensables sur le chômage

Le pays de Galles, exemple atypique jamais utilisé ! 

Dans l’histoire économique, un exemple souvent méconnu mais très instructif pour illustrer la théorie de la segmentation du marché du travail de Gary S. Becker est celui des mineurs du Pays de Galles au XIXe siècle. Cette période a été marquée par une forte demande de charbon, entraînant une expansion rapide de l’industrie minière dans la région. Dans ce contexte, deux segments distincts ont émergé sur le marché du travail minier : les mineurs expérimentés et hautement qualifiés, et les mineurs novices et peu qualifiés. Les mineurs expérimentés étaient souvent des travailleurs plus âgés, ayant accumulé des années d’expérience dans les mines et possédant des compétences spécifiques dans l’extraction du charbon. En revanche, les mineurs novices étaient généralement des jeunes recrues, souvent issus de familles pauvres, qui entraient dans l’industrie minière sans formation préalable et avec peu d’expérience.

Lorsque la demande de charbon augmentait, les compagnies minières avaient besoin de plus de main-d’œuvre pour exploiter les mines. Dans ce contexte, les mineurs expérimentés étaient en forte demande en raison de leurs compétences spécialisées et de leur capacité à produire davantage de charbon en moins de temps. En conséquence, leur salaire était relativement élevé par rapport aux mineurs novices.

Cependant, lorsque la demande de charbon diminuait, les compagnies minières réduisaient souvent leurs effectifs pour s’adapter à la baisse de la production. Dans ce cas, les mineurs novices étaient les premiers à être licenciés en raison de leur manque d’expérience et de compétences spécialisées. De plus, les mineurs expérimentés étaient souvent en mesure de négocier des contrats de travail plus avantageux avec les compagnies minières, ce qui leur permettait de conserver leur emploi même en période de crise.

Cette dynamique illustre parfaitement le concept de segmentation du marché du travail. En période de prospérité, les travailleurs hautement qualifiés peuvent bénéficier d’une demande forte et constante pour leurs compétences spécialisées, ce qui leur permet de maintenir un niveau d’emploi relativement stable. En revanche, les travailleurs peu qualifiés sont plus vulnérables aux fluctuations économiques et sont souvent les premiers à être touchés par le chômage lorsqu’il y a une contraction de la demande.

Lire plus : Le Pays de Galles en 5 chiffres : PIB et taux de chômage

 

Vous pourriez aussi aimer