Entretien avec Thomas Flichy, professeur de Géopolitique à Rennes SB

Nous nous sommes entretenus avec Thomas Flichy, professeur de Géopolitique à Rennes SB, spécialisé dans la géopolitique asiatique.

 

Bonjour Thomas, pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis chercheur dans une école qui a créé il y a quatre ans un parcours hybridant le management et une ouverture sur la géopolitique. Mon rôle est de contribuer à la formation de cadres complets, alliant des compétences techniques et une vision personnelle du monde. Cette vision se construit progressivement grâce à des contacts, avec des livres et des personnalités. Elle permet à chaque étudiant de grandir en tant qu’être singulier. 

 

Pourquoi avoir fait le choix de l’enseignement supérieur et plus particulièrement de la Géopolitique en Asie ? 

Je n’ai jamais été intéressé par des fonctions exclusivement opérationnelles ou bien seulement intellectuelles. L’enseignement supérieur dans le monde des grandes écoles permet d’établir un contact entre la réflexion et l’action. Ce contact est souvent déroutant, mais toujours gratifiant. J’ai abordé l’Asie étudiant lorsque je me suis intéressé à la langue et la civilisation de la Perse. Mes recherches m’ont conduit de l’Asie de l’Ouest vers les nouvelles usines de ce continent que sont l’Inde et la Chine. 

 

Quels sont les grands enjeux contemporains de la Géopolitique en Asie ? 

Le monde est en train de basculer vers l’Asie. Pour l’instant, cette mutation est imperceptible. Mais tout pourrait s’accélérer, si à long terme, le dollar perdait sa fonction de réserve de change mondiale au profit d’un panier de monnaies concurrentes. Ce que nous savons, c’est que le centre géoéconomique du monde se déplace lentement vers le continent asiatique. Or, ce continent est divisé entre une alliance structurante entre des puissances continentales telles que la Russie, l’Iran et la Chine et une périphérie océanique liée aux démocraties occidentales. Cette division se traduit par une véritable opération d’électrolyse séparant les réseaux monétaires, industriels et numériques. 

Lire plus : Les rivalités spatiales en Asie. 

 

Quelle sera l’évolution de l’Asie en 2024 ? 

En 2024, l’Asie sera plus que jamais déchirée entre un centre continental en voie d’intégration géoéconomique et une périphérie océanique tournant ses regards vers l’Occident. Entre ces deux entités, la guerre des monnaies aura peut-être été déclarée. L’économie russe basculera vers les usines chinoise et indienne, toutefois, cette intégration sera ralentie par la distance séparant les principaux gisements d’hydrocarbures de Sibérie, de leurs débouchés chinois.  

En Asie de l’Est, une disjonction s’opérera entre le continent contrôlé par les Empires centraux et sa périphérie maritime occidentalisée. Le Moyen-Orient basculera définitivement vers le Nouvel Empire Mongol ce qui soumettra les entreprises européennes à une rude concurrence. En Asie du Sud, la lutte d’influence entre la Chine et l’Inde se poursuivra. Quant à l’Asie du Sud-est, elle sera plus que jamais en quête d’équilibre géopolitique afin d’échapper à la lutte entre les Empires. C’est sans doute dans cette péninsule que les multinationales en quête de territoires décarbonés et neutres rapatrieront leurs usines. 

Après la glaciation générée par la pandémie puis la soudaine remise en mouvement des appareils de production par la guerre, l’Asie rejettera la présence occidentale sur ses rives sans parvenir à se structurer autour d’un centre unique de gravité. 

 

Une citation pertinente à mobiliser sur les sujets portant sur la Géopolitique asiatique ? Pourquoi celle-ci en particulier ? 

Charles de Montesquieu écrit dans l’Esprit des Lois : « Il règne en Asie un esprit de servitude qui ne l’a jamais quittée ; et, dans toutes les Histoires de ce pays, il n’est pas possible de trouver un seul trait qui marque une âme libre ». Cette réflexion est emblématique d’une certaine vision du monde. L’Asie est à ses yeux la matrice du despotisme, alors que les sujets du roi de France respirent la liberté avec l’air qui les fît naître. Trois siècles après Montesquieu nous sommes-nous débarrassés de ces préjugés ? Ce n’est pas si sûr ! 

Lire plus : Bonne copie Géopolitique ECRICOME 2023 – Victor 

 

Pour cette rentrée 2023-2024, vous lancez votre revue de Géopolitique… Un mot sur cette nouveauté ? 

Cette revue est destinée à ceux qui souhaitent bénéficier d’une mise en perspective de l’actualité asiatique. Son numéro mensuel irrigue la réflexion de façon synthétique et permet ainsi aux abonnés de bien se préparer aux concours. Pour s’en rendre compte, les étudiants peuvent télécharger gratuitement le numéro de septembre sous le lien suivant : 

 

La préparation des concours est technique et peut se décomposer en trois actes. Le premier acte consiste à inventorier de façon systématique les questions anciennement posées, puis à déterminer un certain nombre de familles de sujets. Le second acte consiste à acquérir un certain nombre d’actes réflexes, afin de pouvoir composer une introduction, un chapeau de partie, une transition ou une conclusion dans les règles de l’art. Le troisième acte consiste à s’approprier les connaissances utiles, accroches d’introduction, exemples de paragraphes et ouvertures de conclusion, qui sont les munitions du préparationnaire. L’Asie stratégique propose aux préparationnaires abonnés cinq vidéos afin d’aborder ces questions méthodologiques.

Vous pourriez aussi aimer