Tout ce qu’il faut savoir pour bien aborder l’anglais

L’anglais fait du tord à beaucoup d’étudiants et pour cause, il est difficile d’obtenir des excellentes notes. Les techniques pour faire mouche dans cet article !

 

Le concours n’attend pas de vous que vous soyez bilingues

Vous avez l’impression que vous ne maîtrisez pas assez de vocabulaire ? C’est normal. Même les étudiants les plus brillants en langue peuvent tomber sur des mots qu’ils ne maîtrisent pas, et c’est tout l’enjeu de l’exercice. Le concours ne vous demande pas d’être bilingues mais d’être méthodiques. Le correcteur veut voir comment vous surmontez la difficulté d’un mot ou d’une expression, comment vous poursuivez votre traduction dans l’adversité. Vous devez à tout prix éviter l’omission qui est la faute la plus lourde-ment sanctionnée.

Lire plus : Comment j’ai eu 19/20 en anglais LV1 à la BCE

 

Une méthode pour aborder la traduction peut être la suivante :

a) Procédez à une première lecture du texte afin de repérer les difficultés.
b) Au cours d’une deuxième lecture, procédez à une ébauche de traduction. Ne vous arrêtez pas, qu’importe les difficultés que vous rencontrez.
c) Retravaillez les points de difficultés repérés en première lecture. Attachez-vous au sens : c’est bien cela que vous ne devez pas perdre dans votre traduction.
d) Relisez votre traduction et corrigez les erreurs et maladresses que vous relevez.
e) Recopiez au propre !
 
 
Continuez et accentuez votre analyse de l’actualité
La lecture d’articles est un exercice très fructueux pour ceux qui s’y attèlent régulièrement. Vous y repérerez des mots que vous êtes susceptibles de recroiser au détour d’une traduction mais aussi des ex-pressions que vous pourriez ressortir dans vos essais. Pensez aussi à prêter attention à des points de grammaire que vous n’avez pas étudiés afin d’éviter quelques erreurs le jour J et faire remarquer positivement votre copie. Enfin, les articles de presse sont aussi une mine d’or d’arguments pour vos essais. Variez les sources et vous aurez différents points de vue !
 

 

Faites le point sur les différentes épreuves que vous passez

LV1 ou LV2 ? Thème grammatical ? Thème suivi ? Version littéraire ? Version journalistique ?

Toutes ces épreuves demandent des entraînements spécifiques et il serait très déroutant d’arriver devant une épreuve sans savoir quels exercices la composent. Multiplier les thèmes grammaticaux dans un premier temps peut être une stratégie gagnante puisqu’à chaque phrase, il est question d’un point de grammaire différent qui peut être utile dans d’autres exercices. Toutefois, ne négligez pas l’exercice de traduction journalistique. Avec des tournures parfois très spécifiques, il est toujours intéressant de l’avoir pratiqué préalablement. Enfin, on considère souvent que les traductions littéraires sont les plus dures. C’est en partie vrai, puisqu’il arrive qu’elles portent sur des sujets dont on ne maîtrise pas le champ lexical. Une fois de plus, il ne s’agit pas d’être bilingue mais bien de savoir rebondir face à une difficulté. Pour vous préparer au mieux, pourquoi ne pas faire une petite fiche des verbes de description et de mouvement qui reviennent régulièrement dans les récits ?

 

N’oubliez pas les essais 

Sur Snapchat, en début d’année, nous vous avions livré une recette qui a bien marché pour nous au concours. Elle consiste à envisager votre essai en trois parties. Dans un premier temps, il s’agit d’introduire votre sujet avec une très belle accroche et une problématisation. Ensuite, il s’agit de faire une concession : ce n’est pas la position que vous défendez mais vous reconnaissez qu’il est possible de penser autrement. Enfin, il s’agit de défendre votre opinion avec deux à trois arguments agrémentés d’exemples précis. Vous finissez ensuite par une brève conclusion. En essai, tentez d’introduire des tournures élégantes que vous aurez repérées dans des articles de presse anglophone. Mais veillez en même temps à faire des phrases simples afin que le correcteur ne perde pas le fil de votre argumentation.

 

Les sujets « piège » en essai

Cela peut arriver et vous devez y être préparés. Certaines épreuves proposent des sujets qui posent débat dans la société. Souvent, chacun a sa propre petite opinion, justifiée ou non d’ailleurs. Toutefois, l’essai vous demande de produire une réflexion argumentée et illustrée d’exemples précis. Ainsi, sur des sujets très généraux, pensez à apporter des exemples de qualité qui souligneront la pertinence de vos arguments.

Un autre piège pourrait être les sujets qui ne font justement pas débat. Vous risquez de proposer les mêmes arguments que tout le monde. De la même façon que vous le feriez en dissertation, prenez le temps de vous demander en quoi le sujet est pertinent : ce sera le point de départ d’une réflexion intéressante.

Enfin, certains sujets sont particulièrement épineux et il peut arriver que vous ayez peur de prendre position. La structure de l’essai que nous avons détaillé au point 4 assortie d’arguments solides vous garantit que votre opinion est tout à fait acceptable. N’ayez crainte ! Avec ces cinq points, vous devriez aborder la suite des événements avec un peu plus de sérénité.

Travaillez progressivement, à votre rythme, en vous fixant vos propres objectifs même si cela est rendu plus difficile par les événements actuels. Ne perdez pas de vue que vous avez des capacités et qu’il ne s’agit plus que de les exploiter en vous montrant rigoureux sur chacun des exercices !

 

👉🏼 Les essais d’anglais depuis 2010👈🏼

Dorian Zerroudi

Directeur de Mister Prépa et étudiant en stratégie, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Profite de ces derniers jours de révision avant les écrits pour t'entraîner sur du thème littéraire espagnol, que tu sois…