La transformation de Medellin : un modèle pour la Colombie

Après s’être illustrée par de très forts taux de criminalité rarement atteints, Medellin atteste d’une extraordinaire transformation qui la rend un modèle à suivre pour la Colombie.

En effet, Medellin, ville autrefois dominée par la criminalité, le trafic de drogue et la guerre intérieure au cours des vingt dernières années du siècle dernier, figure désormais sur la liste des dix principales innovations urbaines. Cela peut ressembler à un titre de presse, mais c’est bien plus que cela. C’est la déclaration liminaire d’une histoire de transformation rapide, de croissance et d’inspiration en provenance d’Amérique latine.

L’ampleur de sa réussite ne se mesure pas seulement à son inclusion en tant que démonstration d’une innovation urbaine. Mais aussi à sa reconnaissance en 2012 en tant que ville la plus innovante du monde.

Ainsi qu’à sa réputation dans le domaine de la fabrication de textiles, en tant que phare de l’industrie de la mode, à sa contribution à plus de 8 % du PIB colombien en plein essor.

Enfin, à sa population chaleureuse et amicale de 2,49 millions de personnes qui ont contribué à la riche culture latino avec des artistes de renom comme Fernando Botero.

Lire plus : Comprendre les manifestations qui secouent la Colombie.

 

L’histoire de Medellin avant sa transformation : minée par le trafic de drogue et le crime organisé

La fortune de Medellín s’est accrue au fur et à mesure que les cartels de la drogue de Colombie s’affaiblissaient. En 1991, lorsqu’un caïd notoire, Pablo Escobar, dirigeait la ville, 7 000 meurtres ont été commis en une seule année. La Colombie était un point chaud mondial en matière d’homicides.

Escobar a été tué en 1993 ; les querelles ultérieures entre les groupes paramilitaires se sont estompées au début des années 2000. Medellín a prospéré. La proportion de personnes extrêmement pauvres, définies comme gagnant trop peu pour acheter suffisamment de nourriture, a diminué de moitié  entre 2008 et 2016.

La ville a développé les transports publics, reliant le seul système de métro de Colombie (Bogota vient de commencer à construire le sien) à un réseau de téléphériques et d’escaliers mécaniques, et reliant ainsi les bidonvilles des franges vallonnées de la ville à son centre plus chic.

De petits gangs locaux connus sous le nom de combos contrôlent encore de vastes zones dans et autour de la ville. « Si vous avez un problème ici, vous allez voir un combo, pas la police », dit-on encore à Medellin.

Des recherches publiées l’année dernière par le National Bureau of Economic Research ont montré que cette opinion est partagée par la plupart des habitants les plus pauvres de Medellín. Ces derniers font davantage confiance aux combos pour répondre rapidement à leurs problèmes qu’à la police ou à la mairie.

En plus des taxes municipales, de nombreux habitants paient une vacuna (vaccin) aux combos « pour leur sécurité ». La rupture d’une trêve entre les combos en 2009 a entraîné un pic d’homicides. Depuis, ils ont réglé leurs différends, mais cela pourrait changer. 

Lire plus : l’arrestation historique du baron de drogue Otoniel en Colombie

 

6 Leçons à retenir de la transformation de Medellin qui en fait un modèle pour la Colombie

De cette approche, il y a de puissants enseignements que nous pouvons tirer, et partager, en tant que nouvelles méthodes d’urbanisation dans le monde.

  • Les villes ne créent pas de la pauvreté. Les villes attirent les individus pauvres et vulnérables à la recherche d’un avenir meilleur. Il faut donc les accepter et les intégrer dans la dynamique de la ville afin de favoriser leur potentiel individuel et collectif. Comme le montre la réduction de 8,9 % de la pauvreté entre 2008 et 2013, selon le département des statistiques de Colombie.
  • L’architecture ne doit jamais être une barrière à l’interaction humaine. La meilleure façon de réduire les inégalités est de promouvoir les connexions et l’engagement en face-à-face entre les individus, sans tenir compte de leur condition socio-économique.
  • Les services urbains publics et accessibles réduisent les inégalités. Permettre à tous les individus de profiter d’une ville, de son environnement et de ses services est le meilleur moyen d’en faire des citoyens actifs.
  • L’éducation est le moteur du changement. Le fait de placer des bibliothèques et d’autres biens culturels à côté des systèmes de transport public a joué un rôle central dans la vente de la nouvelle identité que la ville voulait créer pour elle-même, en la plaçant directement dans l’esprit collectif.
  • Utiliser la technologie comme un moyen et non comme une fin en soi. Medellin a compris que, quelles que soient les mises à niveau technologiques nécessaires, leur succès reposerait sur leur fonctionnalité et non sur le progrès scientifique qu’elles représentent.
  • Enfin, et non des moindres, placer la culture en priorité contribuera à libérer le potentiel des citoyens. La culture joue un rôle majeur dans la transformation d’une ville du fait de sa capacité à fédérer les individus, à s’affranchir des paradigmes socio-économiques traditionnels et à partager une vision et des valeurs communes.

Lire plus : Demain est un autre conflit, le conflit armé en Colombie

 

Conclusion 

Si la transformation de la Colombie est un miracle sur le plan socio-politique et urbain. Elle devrait surtout servir de modèle pour les autres États latino-Américains.

Vous pourriez aussi aimer