Un risque de nouvelle crise financière en 2022 ?

Selon le dernier rapport semestriel sur l’évaluation des risques financiers publié par la Banque de France en décembre 2021, le risque d’une crise financière a augmenté. La Banque de France ne dit pas quand, sûrement à moyen terme mais les vulnérabilités de moyen terme s’accentuent avec le dynamisme du cycle financier, dans un contexte d’incertitude persistante. La banque de France a estimé cinq risques pour le système financier français.

 

Valorisation de marché élevées

L’objet central de cette inquiétude est la valorisation élevée du prix des actifs mais aussi de l’immobilier. À ce titre, la Bourse n’est pas à l’abri d’une très forte correction. Rappelons que cette dernière a crû de 28%, sa meilleure progression annuelle depuis 2000, tandis qu’aux Etats-Unis, l’indice élargi S&P 500, le plus représentatif du marché américain, a bondi de 27% sur l’année 2021 malgré la crise sanitaire et l’incertitude qui pèse sur l’économie mais en grande partie grâce aux aides de soutien de l’exécutif. « Certains indicateurs de valorisation boursière pointent un niveau d’exubérance persistant, qui rend les marchés d’actifs risqués vulnérables à une correction brutale pouvant aussi éventuellement déstabiliser des acteurs financiers non bancaires ayant recours au levier de la dette et se propager à d’autres segments de marché », a estimé la banque centrale.

 

Conséquences macro-financières de l’endettement élevé 

À la suite d’un soutien budgétaire massif à l’économie, la dette souveraine a également atteint des niveaux record pendant la pandémie. En France, la hausse de la dette souveraine est continue depuis plus de 40 ans, réduisant la marge de manœuvre des finances publiques et rendant l’émetteur souverain plus vulnérable à la dégradation des conditions de financement. Cependant, les avoirs en dette publique française sont répartis entre une grande variété d’investisseurs, résidents et non-résidents, et les conditions actuelles de financement de la dette publique restent très favorables, nettement inférieures à la fois au taux de croissance de l’économie et au prix de service de la dette au fur et à mesure de son échéance. Cependant, réduire le taux d’endettement public de la France dans le temps, notamment par une meilleure maîtrise des dépenses, est une nécessité pour la stabilité financière à moyen terme.

 

Pressions sur la rentabilité des banques et le rendement des placements des assurances

La solvabilité et la position de liquidité des banques françaises se sont consolidées à des niveaux élevés au second semestre 2021. La reprise économique a permis de réduire le coût du risque et des provisions ont été constituées, soutenant les profits des banques et faisant monter le cours de leurs actions. En outre, des inquiétudes subsistent quant à la dépendance excessive des acteurs financiers de l’Union européenne (UE) vis-à-vis des chambres de compensation (CCP) britanniques, dont l’importance systémique dans certains domaines du marché de l’euro pose des risques pour la stabilité financière. Afin d’éviter tout effet déstabilisateur à court terme, la Commission européenne a annoncé qu’elle prolongerait sa décision d’équivalence début 2022, préservant ainsi l’engagement avec la contrepartie centrale britannique à court terme, mais elle considère le statu quo inimaginable à moyen terme. terme. En vue de réduire la dépendance de l’Union européenne aux services de compensation offerts depuis les CCP britanniques, la Commission souligne la nécessité de poursuivre des travaux sur les mécanismes permettant une diminution progressive des expositions à ces CCP et le développement d’une offre de compensation attractive dans l’UE.

 

Transformation numérique et menaces de cyberattaques

La transformation numérique progressive du système financier s’exprime également dans le développement de la finance dite décentralisée et la croissance des marchés des actifs cryptographiques et des pièces stables. Les risques multiples associés à cette évolution (blanchiment d’argent et financement du terrorisme, forte volatilité, exposition au risque cyber) nécessitent une action réglementaire. Le projet de règlement européen MiCA (Markets in Crypto-Assets) constitue un premier effort pour encadrer ces transactions, qui devrait se poursuivre. Les banques centrales étudient également une réponse opérationnelle, à travers l’opportunité de développer une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) qui permettrait de maintenir la souveraineté monétaire dans ce nouveau contexte. À cette fin, la Banque centrale européenne (BCE) a lancé la phase d’étude du projet d’euro numérique en juillet 2021. Ces nouvelles tendances sont détaillées dans un chapitre thématique spécifique.

 

Exposition au changement climatique

Enfin, la transition vers la neutralité carbone s’impose, comme le montre le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) rendu public en août dernier. Cependant, selon la mise en œuvre, elle peut être source de risque financier éventuel. Sa nouveauté et l’incertitude entourant le processus de transition rendent encore difficile une évaluation précise de l’ampleur de ces risques. Alors que le seuil critique de réchauffement de 1,5°C approche et que les engagements, notamment du secteur privé, se multiplient, tout porte à croire que le glissement et/ou la perception des impacts du changement climatique devraient s’accélérer significativement au cours des prochaines années. Les décisions des acteurs sont encore mal coordonnées et peuvent aggraver les chocs macroéconomiques. Des efforts sont nécessaires pour harmoniser et standardiser les approches de suivi des risques financiers. Ils aideront à clarifier les attentes et à renforcer la crédibilité et la circulation de l’information.

Source : https://publications.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/ers_2021-s2.pdf#page=4

Damien Copitet

Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref

Vous pourriez aussi aimer