Zoom sur les récentes élections au Chili

Le 19 décembre 2021 a été marqué par le triomphe du candidat Gabriel Boric. Avec 55,8% des voies contre 44,1% pour le candidat de droite José Antonio Kast, Gabriel Boric a reçu le plus grand nombre de votes jamais enregistré par un candidat au Chili. Des millions de Chiliens et Chiliennes ont célébré la victoire du plus jeune mandataire de l’histoire du pays. Quels seront les principaux défis de Gabriel Boric ?

 

Concrétiser ses promesses et mener à bien les réformes sociales dans un contexte économique incertain

Le programme de Gabriel Boric, visant à revoir profondément le modèle-socio économique qui a régné dans le pays ces dernières décennies, a conquis le peuple Chilien qui fait face à une crise sociale majeure depuis octobre 2019. L’agenda de Gabriel Boric prévoit d’importantes réformes et notamment un plan social ambitieux. Le président Chilien souhaite effectivement entreprendre des réformes au niveau du système de retraite, de l’éducation mais aussi de la santé. Ce plan social ambitieux a un certain coût et nécessite une plus grande participation de l’Etat dans ces secteurs. D’autant plus que les prévisions des organisations internationales concernant la santé économique du pays sont assez pessimistes ce qui risque de compliquer les choses. Le pays serait aux portes d’un ralentissement économique important. Le FMI estime que les prévisions de croissances seront seulement de 2,5% en 2022 alors qu’elles étaient de 11% en 2021. Le niveau d’inflation a fortement augmenté, avoisinant les 7% c’est le taux le plus élevé enregistré depuis 4 décennies. Les premières décisions économiques prises par le président seront donc décisives, car les difficultés de financement pourraient mettre en péril le plan social ambitieux de Gabriel Boric. 

 

Maintenir l’ordre et la stabilité dans un pays frappé par une crise sociale majeure

Les enquêtes menées auprès des Chiliens ont révélé une inquiétude manifeste au sujet de l’insécurité. Celle-ci ne concerne pas seulement les trafiquants de drogues ou la criminalité. Les violences en Araucanie ainsi que la question de l’immigration dans le nord du pays sont autant de sujets qui préoccupent le peuple Chilien. Le défi de Gabriel Boric sera donc de maintenir la stabilité au Chili. Ce défi sera de taille dans le mesure où il investira la Moneda deux ans et demi après le début des plus grandes manifestations sociales enregistrées par le pays depuis le retour à la démocratie.

 

Garder le soutien de ceux qui ont été ses alliés dans le scrutin

Le caractère radical des réformes que Gabriel Boric s’apprête à entreprendre risque de déplaire à certains de ses alliés et pourrait mener au délitement de leur soutien. Effectivement si les réformes menées par le nouveau président Chilien sont trop radicales, celui-ci pourrait perdre le soutien de ses alliés les plus conservateurs. De même, si ses alliés les plus radicaux considèrent que ses concessions sont trop importantes, ceux-ci pourraient eux aussi décider de ne plus le supporter. Il devra donc mener ses réformes pas à pas à l’image d’un équilibriste. 

 

Mener à bien ses négociations au Congrès 

Gabriel Boric l’avait mis en avant dans son discours lors du second tour des élections, dans la mesure où il n’a pas obtenu la majorité au Congrès, celui-ci va devoir entreprendre des négociations et s’efforcer de trouver un terrain d’entente avec d’autres partis politiques.

 

Porter et mener à bien le projet de nouvelle constitution Chilienne

Le second semestre de l’année 2022 sera marqué par la révélation du texte de la nouvelle constitution. Celui-ci est en cours de rédaction par la convention constitutive formée à la suite de la crise sociale de 2019. Si ce nouveau texte est approuvé par le nouveau président, cela pourrait changer radicalement la manière dont est distribué le pouvoir au Chili et dans le même temps transformer sa présidence. 

 

Conclusion

L’année 2022 sera donc décisive pour le Chili et son jeune président Gabriel Boric à la tête du parti « Convergencia Social ». Ce parti a séduit les électeurs dans la mesure où il rompt avec les partis traditionnels qui ont gouverné ces 30 dernières années. Reste à voir si la proposition de changement, qui a séduit les Chiliens ce 19 décembre 2021 sera menée à bien dans les prochaines années. 

Vous pourriez aussi aimer