Analyse de sujet : La Russie, partenaire ou menace pour l’UE ?

Analyse des termes de sujets

La Russie : il faut évidemment penser la Russie du point de vue contemporain : une puissance revenue au premier plan sous la direction de Poutine, mais demeurant une puissance incomplète souffrant sur certains points comme l’illustre très bien la crise actuelle du coronavirus. Mais il ne faut pas s’arrêter là, inscrire le sujet dans une temporalité bien plus longue en prenant en compte le passé proche des deux pays et notamment la période soviétique. L’URSS, doit bien évidemment être traitée au travers de ce sujet ! On peut même aller encore bien plus loin dans le passé (voir le plan) en remontant à l’empire russe et aux guerres napoléoniennes !

La France : c’est l’autre ensemble géographique clé présent dans le sujet. Outre les données géographiques (superficie, population…) classiques à maitriser impérativement pour les concours, il faut également penser dans le sujet l’évolution de la puissance française, qui semble en déclin perpétuel depuis l’aube du XXème siècle, mais qui reste néanmoins une puissance de premier plan encore aujourd’hui.

Partenaire : individu ou entité avec lequel on peut mettre en place des relations suffisamment cordiales pour pouvoir mettre en place d’une collaboration. Ici il faut absolument penser les différents aspects de la collaboration imaginables : économique, diplomatique, géopolitique, culturelle….

Menace : se dit d’un élément risquant potentiellement de nuire aux objectifs ou à la survie d’une entité. Ici il faut également voir les différents domaines dans lesquelles la Russie pourrait aujourd’hui exercer une menace sur l’Union Européenne : l’économie, la scène géopolitique internationale, le marché de l’énergie…

  • Le cadre spatial du sujet : il semble ici évident puisqu’on peut penser qu’il est présent dans les termes mêmes de l’intitulé : l’Europe et la Russie. Pourtant, il convient de réfléchir aux territoires où s’exerce la collaboration ou au contraire l’opposition entre les deux entités. On peut notamment penser au Proche et Moyen-Orient, aux anciennes démocraties populaires soviétiques pas encore entrées dans l’UE (au hasard l’Ukraine et la Géorgie) ou encore au bassin méditerranéen.
  • Le cadre temporel du sujet (les bornes historiques) : sur le coup, assez peu de doute possible comme on a pu le dire précédemment. Le principal danger devant un tel intitulé serait de se fixer sur l’Union Européenne (qui n’existe en tant que telle que depuis le traité de Maastricht de 1992) et la Russie (qui n’existe que depuis l’implosion de l’URSS en 1991) seulement sur la période récente. On préfèrera au contraire prendre toute la mesure des relations entre les deux blocs en allant voir jusqu’à bien plus loin dans le passé, par exemple en partant de la grande Russie de Pierre le grand.

 

Problématique

Quel bilan tirer de 60 ans de cohabitation entre Russie et Union européenne et quel futur celui-ci dessine-t-il pour les relations entre les deux entités voisines ?

 

 

Proposition de plan détaillé

 

1- Historiquement, une histoire entre Europe et Russie synonyme de nombreuses tensions et ressentiments

  • Entre l’empire russe et les pays européens, de nombreuses et multiples tensions qui laissent encore des traces aujourd’hui
  • L’URSS, une parenthèse de presque 70 ans qui a laissé de nombreuses traces dans l’esprit collectif
  • Depuis l’implosion en 1990 du bloc soviétique, une série de tensions résiduelles entre la nouvelle Russie et l’Europe 
 

2- Mais des  rapprochements non-négligeables existent entre les deux pays

  • Historiquement l’Asie a souvent été un allié de l’Europe, pour le meilleur… et pour le pire
  • L’Asie et l’Europe connaissent une connexion économique et commerciale importante
  • Culturellement une Russie qui a toujours été attirée par l’Europe et qui a toujours voulu garder des liens avec elle

 

3- La Russie et l’Europe, une fracture économique ou seulement un épisode de plus d’un feuilleton mouvementé

  • Une volonté d’éloignement radical de l’Europe depuis la crise ukrainienne de 2013-2014…
  • … A laquelle semble répondre une asiatisation de la politique de Vladimir Poutine, une Russie qui se détourne donc aussi de l’Europe
  • Néanmoins, une codépendance majeure semble compliquer ce volte-face commun et lier définitivement les deux entités

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer