De l’importance des œuvres hors-programme en français

Trop souvent négligées, les références hors-programme sont pourtant d’une importance capitale dans votre copie de composition française. En effet, attestant d’une culture générale en littérature et d’une capacité à mobiliser soi-même ce qui n’a pas été étudié pendant l’année, les références hors-programme sont attendues par le jury du concours, et peuvent sans aucun doute faire la différence entre les copies. Mais sont-elles réellement nécessaires pour obtenir une excellente note ? Peut-on s’abstenir de les mobiliser dans sa copie ?  Découvrez dans cet article quelles sont les attentes du jury concernant les références hors-programme, mais aussi comment les acquérir et comment les mobiliser intelligemment dans votre dissertation.

 

 Lire plus : Khâgne – philosophie : les 8 auteurs incontournables en sciences sociales

  

Composition française : rappel du format

Comme quasiment toute dissertation en khâgne, la composition française s’articule en trois grandes parties, chacune étant composée de trois sous-parties. Chaque sous-partie est menée par une idée directrice, alors développée par au moins un ou deux exemples tirés d’œuvres littéraires et idéalement par une citation de critique. Autrement dit, l’argumentation dans un paragraphe ne doit pas tourner à vide, mais s’appuyer sur des références littéraires concrètes, sur des passages cités avec précision, sur des réflexions de critiques. Aussi importe-t-il de maîtriser avec précision vos quatre œuvres au programme de l’ENS, mais aussi ce que l’on appelle les « références hors-programmes », soit des passages d’œuvres littéraires autres que celles au programme du concours.

 

Lire plus : Introduction : la méthode gagnante en français

 

Références littéraires : les attentes du jury

Le jury de composition française attend -idéalement- que vos références littéraires soient pour deux-tiers issues des œuvres au programme et pour un tiers tirées d’œuvres littéraires autres. Vous l’aurez compris : au-delà de la maîtrise parfaite du programme de l’ENS, il s’agit de prouver au jury que vous disposez d’une solide culture littéraire, que vous vous intéressez à d’autres œuvres, que vous êtes capables d’analyser sérieusement des passages que vous n’avez pas étudiés. Vous pouvez dès lors librement mobiliser des passages de roman, de poésie, de théâtre, d’essais, et bien d’autres encore, du moment que cela permet d’enrichir votre argumentation.

 

Lire plus : Paragraphe argumentatif : la méthode gagnante en français

 

A quel moment mobiliser ses références hors-programme ?

Il ne s’agit néanmoins pas tant de citer au hasard une œuvre hors-programme pour combler l’exigence du jury que de mobiliser intelligemment ces références. Il est nécessaire de garder le sens des proportions et que ces références hors-programme n’empiètent pas sur le cœur de votre copie -à savoir les quatre œuvres du programme. Citer au maximum une fois une œuvre hors-programme dans chaque sous-partie semble raisonnable. Par ailleurs, vous pouvez mobiliser une référence hors-programme pour l’accroche de l’introduction ou pour l’ouverture de la conclusion : une citation incisive en lien avec le sujet rendra votre propos plus percutant.

 

Peut-on réussir sa copie de français sans références hors-programme ?

Si vous n’aurez sûrement pas une mauvaise note en ayant fait une copie intelligente avec uniquement des références des œuvres au programme, il demeure que vous ne pourrez pas vous démarquer des candidats qui auront non seulement utilisé à bon escient les références du programme mais aussi injecté du hors-programme dans leur copie. Dès lors, il ne s’agit pas tant d’affirmer que vous aurez une note médiocre en n’utilisant pas de hors-programme que de reconnaître que vous pouvez obtenir une excellente note en mobilisant à la fois les bonnes références du programme et des passages judicieux d’œuvres hors-programme.

 

Lire plus : Khôlle : la méthode gagnante en français

 

Comment avoir des références hors-programme ?

La question se pose désormais de savoir comment obtenir une culture littéraire suffisamment solide pour mobiliser au bon moment et de la bonne façon des références hors-programme dans votre copie. A la question de savoir s’il est nécessaire de relire tous ses classiques, la réponse est non. Si votre culture générale est d’un atout précieux, en réalité votre florilège de références hors-programme va s’étoffer au cours de l’année : votre professeur va faire le lien avec d’autres œuvres littéraires, ou encore proposer des analyses dans des corrigés de dissertation. Aussi est-ce à vous de vous familiariser avec ces références pour finalement les mobiliser au bon moment dans votre copie.

 

Lire plus : Les livres utiles quand on est en khâgne

Vous pourriez aussi aimer